La géothermie de surface se développe timidement en France - L'EnerGeek

La géothermie de surface se développe timidement en France

projet de geothermie a Strasbourg

Même si l’Hexagone est encore en réflexion en matière de géothermie par rapport à ses voisins européens (comme la Suisse), plusieurs territoires français ont décidé de combler leur retard et d’investir dans cette énergie renouvelable. C’est notamment le cas de l’Alsace qui a développé plusieurs projets de géothermie depuis ces deux dernières années. A Strasbourg, la ville en est même à tester une nouvelle technique d’exploitation : la géothermie de surface. Plusieurs bâtiments du quartier de la ZAC Etoile fonctionnent déjà grâce à cette énergie.

La géothermie de surface : comment ça marche ?

La géothermie de surface se distingue de sa grande sœur, la géothermie profonde, à presque tous les niveaux. Là où la géothermie profonde consiste à forer le sol pour aller puiser la chaleur dans des nappes d’eau situées loin en-dessous du sol, la géothermie de surface ne réclame pas de forage ni d’installations sous-terraine en profondeur. Le principe consiste à exploiter la chaleur du soleil qui se trouve dans la croûte terrestre. Pour capter cette chaleur, on installe des capteurs géothermiques qui sont reliés à une pompe à chaleur. Ces capteurs se nourrissent des calories contenues dans le sol et collectent ainsi la chaleur qui est ensuite dirigée vers une pompe à chaleur. Cette pompe peut ensuite être reliée à deux types de systèmes : un système simple qui permet d’alimenter un bâtiment en chauffage seulement ; ou un système combiné qui embarque à la fois un réseau de chauffage et un réseau d’eau sanitaire.

Avec la géothermie de surface, les capteurs sont enterrés mais ne nécessitent pas de forage.

En Suisse, cette méthode a déjà largement fait ses preuves et, depuis plusieurs années déjà, de nombreux bâtiments neufs sont construits en utilisant cette source d’énergie naturelle. La méthode est moins coûteuse à mettre en place que la géothermie profonde et elle peut plus facilement s’adapter aux différents types de terrains. Par ailleurs, grâce au système combiné chauffage et eau sanitaire, la pompe à chaleur permet de faire plus d’économies d’énergie et donc d’être amortie plus rapidement.

Le projet de la ZAC Etoile

C’est en 2008 que la ville de Strasbourg a lancé l’appel à projet pour construire la ZAC Etoile, un ilot de logements situé en bordure du parc Etoile et qui devait respecter les normes environnementales et énergétiques d’une écocité. Dès le départ, la ville a donc voulu que les bâtiments construits soient capables de produire une part de leur énergie. A travers le fonds Ville de Demain, le projet a bénéficié d’une subvention de 1,4 millions d’euros pour le développement de la géothermie de surface.
Sur le terrain, le système a été relativement facile à déployer. L’ilot de la ZAC Etoile est composé de quatre bâtiments. 167 sondes géothermiques ont été installées sous les deux plus grands bâtiments ; elles sont directement intégrées aux piliers des fondations des bâtiments, à 8,5 mètres de profondeur. Ces sondes fonctionnent en réseau et elles sont toutes reliées à une pompe à chaleur centrale qui permet la captation de la chaleur. Cette chaleur est ensuite injectée dans un système combiné qui permet d’alimenter les quatre bâtiments en chauffage et en eau sanitaire. Les 90 logements de la ZAC Etoile sont ainsi alimentés quotidiennement. Depuis l’inauguration de l’écocité en 2017, la géothermie profonde a permis de couvrir 80% des besoins des logements, ce qui correspond à une économie d’énergie non négligeable. Par ailleurs, la mairie de Strasbourg a fait installer des capteurs de suivi de la consommation dans un logement témoin pour évaluer l’utilisation de cette nouvelle technologie sur le long terme.

L’Alsace fait partie des territoires français qui ont le plus intérêt à développer la géothermie.

Un argument de poids pour favoriser le développement de la géothermie

A l’heure actuelle, l’essor de la géothermie en France reste limité car représentant un investissement d’installation souvent jugé trop élevé. Avec la géothermie de surface, on observe une alternative intéressante car moins coûteuse et plus facile à mettre en œuvre. Par ailleurs, cette technique peu agressive pour  l’environnement ne rencontre pas d’hostilité de la part de ses défenseurs contrairement à la géothermie profonde. Avec autant d’arguments en sa faveur, la géothermie de surface a de quoi séduire les investisseurs : le marché est d’ailleurs actuellement en progression de 6% par an en France. Si ce programme pilote s’avère satisfaisant, de futurs projets immobiliers de la ville de Strasbourg pourraient également être dotés d’installations de géothermie de surface.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 15 Jan 2014
Le groupe français Alstom a annoncé jeudi 9 janvier la signature d'un contrat avec la compagnie japonaise Green Power Hamada Corporation. L'accord porte sur "la fourniture, l'installation et la mise en service de 29 éoliennes ECO 74" pour un parc…
lun 18 Nov 2013
Comme annoncé depuis quelques mois, Berlin va progressivement réduire ses aides aux énergies renouvelables, pour faire face à l’explosion du coût de la transition énergétique et à la sortie du nucléaire qui se répercutent fortement sur les factures des consommateurs…
mer 14 Déc 2016
A l'heure où la lutte contre le changement climatique et la transition énergétique nécessitent de plus en plus de moyens, les investissements en faveur du climat n'avancent plus. Selon le groupe de réflexion I4CE émanant de la Caisse des Dépôts,…
jeu 28 Juil 2016
Fin juillet dernier, pour la première fois de son histoire, la plus grande usine hydroélectrique des Pyrénées a ouvert ses portes au public pour célébrer son dixième anniversaire. Le plan de rénovation de ses installations débuté en 2014 devrait quant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *