Efficacité énergétique : comment rafraîchir votre intérieur à moindre coût ? - L'EnerGeek

Efficacité énergétique : comment rafraîchir votre intérieur à moindre coût ?

Si beaucoup pensent que la seule solution pour conserver un logement frais est d’y installer un système de climatisation ou de rafraîchissement de l’air, il existe pourtant de nombreuses alternatives qui concilient respect de l’environnement, fraîcheur dans le logement et sobriété énergétique. Des solutions architecturales ou des techniques de construction adaptées, des comportements « de bon sens », une bonne aération, et un brassage de l’air efficace permettent généralement de régler le problème, vous offrant une fraîcheur constante et naturelle tout au long de l’année, et cela même dans les régions les plus chaudes du sud de la France.

Empêcher la chaleur d’entrer

Plusieurs régions de l’Hexagone connaissent actuellement un fort épisode caniculaire. L’occasion de rappeler l’importance de bien ventiler son domicile pour éviter une surconsommation d’électricité liée à la climatisation. Les climatiseurs et autres appareils de rafraîchissement de l’air coûtent cher à l’achat, mais sont aussi très énergivores, alors que de nombreuses astuces existent pour rafraîchir son logement naturellement, et peuvent être mises en place très facilement en attendant l’arrivée de l’été. La façon la plus simple d’avoir une maison fraîche est tout d’abord d’empêcher la chaleur d’y entrer. Pour cela, il est conseillé dès la conception de votre logement de penser aux atouts d’une bonne localisation et d’une bonne orientation qui vous permettront de réguler la température intérieure hiver comme été, sans dépense énergétique excessive. Si vous êtes locataires ou dans l’impossibilité de faire des investissements conséquents, il existe malgré tout des moyens de bloquer la chaleur à la porte de chez vous. Là encore, tout dépendra de l’orientation de votre logement.

Lire aussi : Une nouvelle fenêtre intelligente régule la chaleur et produit de l’énergie

De manière générale, le soleil d’été se lève un peu avant l’Est, puis passe très haut dans le ciel à midi vers le Sud, pour se coucher un peu après l’Ouest : au moment de passer devant des ouvertures orientées au Sud, il rentre très peu dans l’habitation, et de simples protections solaires (débords de toit ou pergola par exemple) suffisent à l’empêcher totalement d’entrer. A l’inverse, lorsqu’il passe face aux ouvertures Est et Ouest, en début et fin de journée, il est plus bas sur l’horizon et pénètre alors très profondément dans les pièces, provoquant de forts apports de chaleur (jusqu’à 10°C supplémentaires). Pour y remédier, il est préconisé de garder les fenêtres fermées et d’utiliser des volets et des stores extérieurs, ou à défaut des stores intérieurs ou des rideaux (moins efficaces), qui vous permettront de limiter la hausse des températures. Il est également possible de recourir à des films anti-chaleur (à coller sur les vitres) qui ne laissent passer que 20 % des rayons solaires ou à des tissus coincés à l’extérieur des fenêtres.

En cas de rénovation enfin, à l’occasion d’un ravalement de façade par exemple, pensez à tirer le meilleur parti de votre bâtiment en l’équipant d’une isolation par l’extérieur qui vous permettra de préserver l’inertie thermique. Vous pouvez également optimiser l’isolation de votre toiture pour limiter la chaleur venant du toit et jouer avec les couleurs. Pour les façades, les stores, les volets, choisissez plutôt des couleurs claires qui réfléchissent lumière et chaleur comme le blanc, le jaune, l’orange, ou le rouge clair.

Rafraîchir la température intérieure

Une fois la chaleur provenant de l’extérieur atténuée, il est également possible de rafraîchir votre intérieur via la mise en place de quelques règles de vie simples qui vous permettront de mieux contrôler les apports internes de chaleur. Pour cela, commencez tout d’abord par réduire l’utilisation (ou débranchez lors des périodes de non utilisation) de tous les équipements électroménagers (surtout les réfrigérateurs et les congélateurs) et les éclairages, qui en fonctionnant, produisent de la chaleur. Limitez l’usage du four par exemple et de tous les équipements de cuisson, gros émetteurs de chaleur, et équipez-vous d’appareils économes en énergie afin de diminuer les apports de chaleur tout en allégeant votre facture d’électricité (les appareils de classe Energy+ ou A+ ne consomment que le tiers d’un appareil de classe B ou C). Concernant les luminaires, il est conseillé de remplacer les lampes à incandescence par des lampes basse consommation, qui dégagent très peu de chaleur : une ampoule à incandescence de 100 Watts dégage 3 Watts de lumière et 97 Watts de chaleur, tandis qu’une ampoule fluocompacte fournissant la même quantité de lumière ne dégagera que 17 Watts de chaleur.

Lire aussi : Etiquettes-énergie : les rendre plus lisibles pour une meilleure efficacité énergétique

Pour rafraîchir l’atmosphère, privilégiez les plantes à feuilles caduques dans les vérandas ou près des baies-vitrées, et limiter la surface maçonnée de votre terrasse pour engazonner le reste, elle réfléchira ainsi moins les rayons du soleil. Les plantes à feuilles caduques procurent un ombrage agréable en été (mais ne masquent pas le soleil en hiver), et entretiennent, par évapo-transpiration, une confortable ambiance de fraîcheur.

 

Enfin, tentez de profiter au maximum de l’air frais nocturne afin de rafraîchir votre intérieur en créant des courants d’air ou en favorisant le brasage de l’air via l’installation de ventilateurs portables ou de plafond. Pour que vos courants d’air soient productifs, il suffit d’ouvrir une fenêtre au sud à l’étage le plus haut et une autre au nord à l’étage le plus bas : l’air circulera de lui-même, l’air chaud étant plus léger que l’air froid. Cette ventilation naturelle peut être améliorée grâce à une VMC. De la même manière, faire sécher de grands draps près de vos fenêtres ouvertes la nuit vous apportera beaucoup de fraîcheur, et si vous laissez le bas du tissus tremper dans une bassine, cela se produira en continu par capillarité.

La climatisation en dernier recours

Si vous souffrez toujours de la chaleur malgré tous ces efforts, vous pouvez bien sûr recourir à des équipements de rafraîchissement ou de climatisation, en étant attentif à la qualité du matériel et à son utilisation. Faire installer un climatiseur performant (classe A de l’étiquette énergie) et bénéficiant de la marque Eurovent (marquage garantissant que les performances de l’appareil sont conformes aux valeurs annoncées par les fabricants), vous assurera de l’utilisation d’un matériel éco-efficient.

Lire aussi : L’essor de la climatisation : un nouveau casse-tête énergétique ?

Sachez toutefois que l’utilisation de tels équipements impliquera nécessairement une forte augmentation de votre consommation d’énergie, et est toujours très néfaste pour l’environnement et le climat. Outre le surconsommation d’électricité qu’ils engendrent, les fluides frigorigènes utilisés dans ces systèmes constituent de puissants gaz à effet de serre.

Crédits photo : Adema / Déco.fr

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 17 Déc 2015
Depuis le conseil d’administration du 16 décembre, on connait le nouveau PDG du groupe Total. Le directeur général du groupe, Patrick Pouyanné, va désormais prendre la direction de l’ex-Compagnie française des pétroles. Une mission délicate au lendemain de la COP21.…
mar 12 Avr 2016
Le 11 avril dernier, l’Institut Montaigne donnait une conférence pour évoquer l’après-COP21. Plusieurs grands patrons, tels qu’Antoine Frérot (Véolia), Pierre-André de Chalendar (Saint-Gobain) ou Jean-Pierre Clamadieu (Solvay), ont participé à l’événement pour plaider de nouveau en faveur de l’instauration d’un…
lun 20 Oct 2014
C'est certain, la France et l'Allemagne ont des visions assez différentes en matières de politiques énergétiques, et un nouveau point de désaccord pourrait prochainement poindre concernant le maintien des capacités de production nécessaires à la sécurisation du réseau. Le gouvernement français…
lun 15 Mai 2017
Dotée d'une électricité 100% renouvelable, l'Islande ne serait à priori pas si verte qu'on le pense. L'île a enregistré une hausse paradoxale de ses émissions de gaz à effet de serre ces dernières années malgré l'exploitation croissante et performante de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *