Energies renouvelables : Bruxelles donne son feu vert à de nouveaux mécanismes de soutien français - L'EnerGeek

Energies renouvelables : Bruxelles donne son feu vert à de nouveaux mécanismes de soutien français

La Commission européenne a donné son feu vert vendredi 5 mai 2017 à de nouveaux mécanismes de soutien aux énergies renouvelables mis en place en France dans le cadre de la transition énergétique. Ces mécanismes, appliqués à certains parc éoliens, solaires et aux installations de méthanisation à partir des eaux usées, permettront d’installer plus de 17 GW d’énergie renouvelable supplémentaires dans le respect des règles de la concurrence à l’échelle communautaire.

Finalement validés par la Commission européenne, ces trois régimes d’aide ont pour mission d’aider la France à atteindre son objectif de couvrir d’ici 2020, 23% de ses besoins énergétiques à partir de sources renouvelables. Ils permettront « d’augmenter la part de l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables, conformément aux objectifs environnement de l’UE (Union européenne), tandis que les distorsions de concurrence engendrées par le soutien de l’Etat (seront) limitées », explique la Commission dans un communiqué. Le gouvernement français compte pour cela  sur l’installation de 17 GW supplémentaires dans les prochaines années, pour un investissement annuel d’un milliard d’euros dans l’éolien, de 190 millions d’euros dans le solaire et de 58 millions d’euros dans la méthanisation à partir des eaux usées.

Lire aussi : Éolien : le mécanisme de soutien 2017 n’est pas à la hauteur des attentes des professionnels

Ces nouveaux mécanismes de soutien aux énergies renouvelables étaient très attendus des professionnels du secteur, dans l’éolien notamment où le précédent régime d’aide s’est arrêté fin 2016. Dans cette filière, ces aides viseront exclusivement les parcs d’au maximum 6 éoliennes de 3 mégawatts maximum, et prévoient le versement d’un complément de rémunération accordé par l’Etat pendant 20 ans, ajouté au prix de vente de l’électricité sur le marché.

Lire aussi : L’éolien devient la 1ère source d’énergie renouvelable d’Europe

Dans les autres filières concernées ici (solaires et gaz renouvelable), ces nouveaux régimes impliquent un tarif de rachat bonifié pour les petites installations solaires (moins de 100 kilowatts) implantées sur les bâtiments, ainsi qu’un double mécanisme de soutien pour les sites de méthanisation à partir des résidus de traitement des eaux usées (tarif d’achat pour les installations de moins de 500 kilowatts et complément de rémunération pour les plus grandes).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 27 Juin 2016
C'est un incident des plus insolites qui a paralysé le réseau électrique du Kenya au début du mois de juin. Ce pays d'Afrique de l'Est a en effet été privé d'électricité pendant plusieurs heures le mardi 7 juin dans la…
lun 22 Fév 2016
Etendu sur une surface totale de 12 000 m2, l’Institut Photovoltaïque d’Ile-de-France ouvrira ses portes dès 2017. Situé sur le campus de Paris-Saclay, il compte sur l’expertise de ses nombreux partenaires (le CNRS, l'École polytechnique, EDF, Total, Air Liquide, …)…
ven 23 Juin 2017
Désireux d’augmenter ses capacités de production renouvelable à l’international, EDF EN, filiale d’EDF spécialisée dans les énergies renouvelables, poursuit ses investissements dans les pays d’Amérique latine, très prometteurs en matière d’énergies propres. Après avoir remporté plusieurs contrats au Mexique, au…
mer 23 Mar 2016
Isabelle Kocher sera nommée directrice générale d'Engie (ex-GDF Suez) le 3 mai. Sans attendre le passage de relai, l’énergéticien veut se confronter aux contraintes de la transition énergétique. (suite…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *