Renouvelables : Bruxelles donne son feu vert à de nouveaux mécanismes de soutien français Renouvelables : Bruxelles donne son feu vert à de nouveaux mécanismes de soutien français

Energies renouvelables : Bruxelles donne son feu vert à de nouveaux mécanismes de soutien français

La Commission européenne a donné son feu vert vendredi 5 mai 2017 à de nouveaux mécanismes de soutien aux énergies renouvelables mis en place en France dans le cadre de la transition énergétique. Ces mécanismes, appliqués à certains parc éoliens, solaires et aux installations de méthanisation à partir des eaux usées, permettront d’installer plus de 17 GW d’énergie renouvelable supplémentaires dans le respect des règles de la concurrence à l’échelle communautaire.

Finalement validés par la Commission européenne, ces trois régimes d’aide ont pour mission d’aider la France à atteindre son objectif de couvrir d’ici 2020, 23% de ses besoins énergétiques à partir de sources renouvelables. Ils permettront « d’augmenter la part de l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables, conformément aux objectifs environnement de l’UE (Union européenne), tandis que les distorsions de concurrence engendrées par le soutien de l’Etat (seront) limitées », explique la Commission dans un communiqué. Le gouvernement français compte pour cela  sur l’installation de 17 GW supplémentaires dans les prochaines années, pour un investissement annuel d’un milliard d’euros dans l’éolien, de 190 millions d’euros dans le solaire et de 58 millions d’euros dans la méthanisation à partir des eaux usées.

Lire aussi : Éolien : le mécanisme de soutien 2017 n’est pas à la hauteur des attentes des professionnels

Ces nouveaux mécanismes de soutien aux énergies renouvelables étaient très attendus des professionnels du secteur, dans l’éolien notamment où le précédent régime d’aide s’est arrêté fin 2016. Dans cette filière, ces aides viseront exclusivement les parcs d’au maximum 6 éoliennes de 3 mégawatts maximum, et prévoient le versement d’un complément de rémunération accordé par l’Etat pendant 20 ans, ajouté au prix de vente de l’électricité sur le marché.

Lire aussi : L’éolien devient la 1ère source d’énergie renouvelable d’Europe

Dans les autres filières concernées ici (solaires et gaz renouvelable), ces nouveaux régimes impliquent un tarif de rachat bonifié pour les petites installations solaires (moins de 100 kilowatts) implantées sur les bâtiments, ainsi qu’un double mécanisme de soutien pour les sites de méthanisation à partir des résidus de traitement des eaux usées (tarif d’achat pour les installations de moins de 500 kilowatts et complément de rémunération pour les plus grandes).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 10 Avr 2017
A la suite du projet Solar Impulse qui a vu un avion exclusivement alimenté à l'énergie solaire boucler le tour du monde, c'est au tour du transport maritime de faire preuve d'audace et d'innovation en matière énergétique. Le projet Energy…
lun 4 Avr 2016
L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et le ministère de l'Écologie ont révélé les deux lauréats de l'appel à projets relatif au développement de grandes installations solaires thermiques : un bailleur social implanté dans la région…
mer 24 Déc 2014
Le musée Hydrelec, connu pour être l’unique musée consacré à l’hydroélectricité en France, a fêté ses vingt-quatre ans d’existence en 2012. Une période pendant laquelle il aura accueilli plus de 400.000 visiteurs. Après 3 années de travaux, il a rouvert ses…
mer 22 Jan 2014
La Cour des Comptes a publié, jeudi 16 janvier, un rapport de 600 pages portant sur l'évaluation de la politique française de lutte contre le changement climatique, mise en place en 2008 à travers l'adoption du paquet "énergie-climat" de l'Union…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *