BNP Paribas vise la neutralité carbone en 2017 - L'EnerGeek

BNP Paribas vise la neutralité carbone en 2017

BNP_Paribas-hydrocarbures

Outre une politique d’investissement réorientée depuis plusieurs années vers les énergies vertes au détriment des activités liées aux combustibles fossiles, le groupe bancaire français s’attaque également à ses propres émissions de gaz à effet de serre. BNP Paribas s’est engagé dans un communiqué publié mercredi 3 mai 2017, à atteindre la neutralité carbone d’ici la fin de l’année pour l’ensemble de ses infrastructures et de ses collaborateurs.

Engagée depuis 2015 (avec plus ou moins d’efficacité) à ne plus soutenir ni financer de projets de centrales thermiques au charbon ou d’infrastructures associées, à l’échelle internationale, la banque française veut une fois encore se poser en exemple dans la lutte contre le changement climatique. Elle a annoncé cette semaine sa volonté de neutraliser ses émissions de carbone d’ici la fin de l’année, c’est-à-dire de réduire ses émissions au maximum et de compenser celles qui seront inévitables.

Lire aussi : Projet de terminal méthanier aux Etats-Unis : BNP Paribas mis en cause par des ONG

Pour cela, BNP Paribas compte s’appuyer sur trois leviers différents. Mettre en place tout d’abord, une politique « d’efficacité énergétique des bâtiments, des data centers » et « d’optimisation des déplacements professionnels » qui lui permettra, selon ses estimations, de réduire de 25% les émissions de carbone par collaborateur. « Ces émissions ont été diminuées de plus de 15% par collaborateur depuis 2012″, souligne le groupe bancaire. Dans un second temps, le groupe entend neutraliser la moitié de ses émissions dues à sa consommation électrique en recourant à de l’électricité bas carbone « dans tous les pays où cela est possible ». Cette électricité pourra être soit renouvelable, soit nucléaire en fonction de l’énergie disponible dans chaque pays où la banque est présente.

Lire aussi : La Société générale renonce au financement d’une centrale à charbon indonésienne

Enfin, les émissions ne pouvant être réduites, telles que celles issues des voyages professionnels ou de la consommation de gaz, seront compensées « par le biais de partenariats avec des organisations de référence », précise BNP Paribas. La banque s’est d’ores et déjà engagée dans ce cadre aux côtés de l’association GoodPlanet, présidée par le photographe Yann Arthus-Bertrand, pour construire « des biodigesteurs, équipements individuels de production de biogaz, en milieu rural en Inde » qui permettront à 50.000 personnes de bénéficier d’une énergie propre.

Crédits photo : BNP Paribas

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 15 Août 2016
Si la production d'énergie solaire nécessite encore à ce jour des installations coûteuses et peu pratiques, améliorer son efficacité tout en réduisant son coût d'exploitation constitue un des grands défis de la recherche en matière d'énergies renouvelables. De nombreuses universités…
mar 1 Août 2017
Considéré comme une alternative propre et durable pour le stockage des énergies renouvelables intermittentes, l'hydrogène reste toutefois encore assez peu compétitif au regard des coûts de production qu'il implique. Un manque d’efficacité et de compétitivité auquel les chercheurs de l'Institut…
sam 20 Mai 2017
En France, la fin du monopole d'EDF et de GDF a eu lieu en 2007. L'occasion pour les consommateurs de changer de fournisseur d'énergie et de faire jouer la concurrence. Mais le changement n'est pas toujours facile pour les foyers…
mer 12 Avr 2017
Déjà investi dans le plus grand projet de parc solaire du monde aux Emirats Arabes Unis, le groupe français EDF confirme ses ambitions sur le marché des énergies renouvelables au Moyen-Orient. Candidat à l'appel d'offres émis par Ryad pour la…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *