BNP Paribas vise la neutralité carbone en 2017 BNP Paribas vise la neutralité carbone en 2017

BNP Paribas vise la neutralité carbone en 2017

Outre une politique d’investissement réorientée depuis plusieurs années vers les énergies vertes au détriment des activités liées aux combustibles fossiles, le groupe bancaire français s’attaque également à ses propres émissions de gaz à effet de serre. BNP Paribas s’est engagé dans un communiqué publié mercredi 3 mai 2017, à atteindre la neutralité carbone d’ici la fin de l’année pour l’ensemble de ses infrastructures et de ses collaborateurs.

Engagée depuis 2015 (avec plus ou moins d’efficacité) à ne plus soutenir ni financer de projets de centrales thermiques au charbon ou d’infrastructures associées, à l’échelle internationale, la banque française veut une fois encore se poser en exemple dans la lutte contre le changement climatique. Elle a annoncé cette semaine sa volonté de neutraliser ses émissions de carbone d’ici la fin de l’année, c’est-à-dire de réduire ses émissions au maximum et de compenser celles qui seront inévitables.

Lire aussi : Projet de terminal méthanier aux Etats-Unis : BNP Paribas mis en cause par des ONG

Pour cela, BNP Paribas compte s’appuyer sur trois leviers différents. Mettre en place tout d’abord, une politique « d’efficacité énergétique des bâtiments, des data centers » et « d’optimisation des déplacements professionnels » qui lui permettra, selon ses estimations, de réduire de 25% les émissions de carbone par collaborateur. « Ces émissions ont été diminuées de plus de 15% par collaborateur depuis 2012″, souligne le groupe bancaire. Dans un second temps, le groupe entend neutraliser la moitié de ses émissions dues à sa consommation électrique en recourant à de l’électricité bas carbone « dans tous les pays où cela est possible ». Cette électricité pourra être soit renouvelable, soit nucléaire en fonction de l’énergie disponible dans chaque pays où la banque est présente.

Lire aussi : La Société générale renonce au financement d’une centrale à charbon indonésienne

Enfin, les émissions ne pouvant être réduites, telles que celles issues des voyages professionnels ou de la consommation de gaz, seront compensées « par le biais de partenariats avec des organisations de référence », précise BNP Paribas. La banque s’est d’ores et déjà engagée dans ce cadre aux côtés de l’association GoodPlanet, présidée par le photographe Yann Arthus-Bertrand, pour construire « des biodigesteurs, équipements individuels de production de biogaz, en milieu rural en Inde » qui permettront à 50.000 personnes de bénéficier d’une énergie propre.

Crédits photo : BNP Paribas

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 6 Déc 2013
Énergie et environnement sont des domaines qui peuvent parfois se croiser de manière inattendue  C'est un peu ce que l'on a pensé en lisant, mercredi 4 décembre, l'annonce du ministère sud-coréen des Océans et de la Pêche portant sur le développement…
mer 20 Mar 2013
La limitation des taux de déperdition représente un enjeu crucial dans la production de l’énergie de demain. Parmi l’ensemble des technologies renouvelables, c’est le solaire photovoltaïque qui connaît la plus importante déperdition d’énergie. Les études estiment que les installations photovoltaïques…
mar 21 Jan 2014
La ville japonaise d'Asahikawa, située sur l'île d'Hokkaido dans le nord du Japon, a inauguré en novembre dernier une centrale solaire composée de panneaux à double-faces, capables de capter l'énergie du soleil aussi bien avec sa face inférieure que sa…
mar 21 Juin 2016
Dans une interview accordée à Filière 3E, le président du Syndicat des Énergies Renouvelables, Jean-Louis Bal, a fait part de ses priorités énergétiques pour les années à venir. S’il déplore que la programmation pluriannuelle de l'énergie ne soit toujours pas publiée, il réaffirme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *