La Norvège revoit à la hausse ses réserves d'hydrocarbures en mer de Barents La Norvège revoit à la hausse ses réserves d'hydrocarbures en mer de Barents

La Norvège revoit à la hausse ses réserves d’hydrocarbures en mer de Barents

La Norvège a doublé mardi 25 avril 2017, ses estimations de réserves d’hydrocarbures restant à découvrir dans ses eaux de la mer de Barents grâce à l’inclusion d’une zone objet auparavant d’un litige avec la Russie. Ces nouvelles estimations devraient renforcer les ambitions d’exploitation du gouvernement norvégien malgré les nombreuse critiques des écologistes quant à la dangerosité pour l’environnement et les ressources halieutiques de cette région.

La production de pétrole norvégienne a nettement augmenté en 2016 atteignant en juillet un plus haut mensuel depuis mars 2011, et pourrait bien continuer sur cette lancée. Après avoir démarré en mars 2017 une enquête d’utilité publique sur un nombre record de permis d’exploration pétrolière dans les eaux de l’Arctique, dont près d’une centaine en mer de Barents, le gouvernement envisagerait désormais d’agrandir la zone potentielle d’exploitation dans la région.

Lire aussi : Hydrocarbures : la Norvège veut intensifier l’exploration pétrolière en Arctique

Après plusieurs décennies de désaccords, la Norvège a signé en 2010 avec la Russie un accord délimitant leurs zones maritimes respectives dans la région, leur permettant alors de lancer de nouveaux programmes d’exploration. Or, la nouvelle zone concernée, grande de 170.000 km2, renfermerait, selon les estimations de la Direction norvégienne du pétrole, près de 1,4 milliard de m3 équivalent-pétrole (8,8 milliards de barils équivalent-pétrole) en réserves de pétrole et de gaz naturel, ce qui porte à près de 2,9 milliards de m3 (17,6 mds bep) les réserves dans les eaux norvégiennes de la mer de Barents. « Ce chiffre est naturellement incertain », précise la cheffe de la Direction du pétrole, Bente Nyland, dans un communiqué. « Cela pourrait être moins ou cela pourrait être beaucoup plus ».

Lire aussi : Contre l’extraction pétrolière sous la banquise arctique

Malgré une hausse de la production en 2016 liée à une activité plus élevée que prévu sur certains gisements, la filière pétrolière norvégienne connaît une conjoncture difficile marquée par de nombreux licenciements, et la mer de Barents attise logiquement les convoitises des compagnies pétrolières. La perspective d’activités pétrolières en mer de Barents est néanmoins fortement contestée par les défenseurs de l’environnement, qui considèrent cette zone trop proche des limites de la banquise arctique. Plusieurs ONG dont Greenpeace ont déjà porté plainte contre l’État norvégien pour protester contre l’attribution de licences pétrolières dans la région.

Crédits photo : Oleocene.org

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 28 Avr 2016
Souvent cité en exemple pour ses objectifs climatiques, le Danemark serait sur le point de revenir sur l’abandon du charbon et du gaz. Ce changement de stratégie s’explique surtout par l’explosion des prix de l’électricité liée au développement des énergies…
mer 15 Fév 2017
Si les émissions de CO2 du secteur aérien n'entrent pas dans l'accord de Paris (COP21), les compagnies aériennes doivent cependant faire leur part du chemin pour contenir les gaz à effet de serre. Les biocarburants alternatifs durables ont dans ce…
mer 22 Mar 2017
Le Parlement européen a demandé jeudi 16 mars 2017, via une nouvelle résolution non contraignante, l'interdiction de toute activité d'extraction pétrolière "dans les eaux arctiques gelées" de l'UE et de la Norvège. Cette résolution fait suite à l'annonce par Oslo, quelques…
jeu 9 Fév 2017
Alors que l'essence sans-plomb contenant jusqu'à 10% d'éthanol (SP95-E10), est sur le point de devenir la première essence utilisée en France (devant le traditionnel SP95) selon le dernier bilan annuel de la Collective du bioéthanol, une innovation du groupe Global…

COMMENTAIRES

  • attention il ne s’agit pas de réserves mais de ressources prospectives potentielles non encore forées.
    Le Fedynsky High est bien la plus grande structure offshore non encore forée en Europe (du fait de sa localisation longtemps conflictuelle à la frontière russo-norvégienne), mais personne ne sait ce que cette structure peut receler en termes d’hydrocarbures.
    Premiers puits attendus coté russe par ENI et Rosneft en 2019.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *