Engie restructure ses fonctions support et supprime plus de 600 postes Engie restructure ses fonctions support et supprime plus de 600 postes

Engie restructure ses fonctions support et supprime plus de 600 postes

Engie RU

Engagé dans un vaste plan de transformation et d’économies sur trois ans, le groupe énergétique français Engie a annoncé mercredi 19 avril 2017, la suppression de plusieurs centaines de postes dans le cadre de la réorganisation de ses fonctions support, avec au total 618 salariés concernés en France, en Belgique et au Royaume-Uni. Si aucun licenciement ne devrait avoir lieu selon Engie, les syndicats se disent néanmoins surpris de l’ampleur de ce plan de réduction d’effectifs et demandent à la direction la garantie qu’aucun départ contraint ne sera ordonné.

Si l’important plan de cessions engagé par le groupe énergétique français depuis quelques mois, a pour but de recentrer son activité sur les énergies peu émettrices de CO2, les services énergétiques et les activités à prix régulés ou garantis contractuellement, il a aussi pour objectif d’éponger sa dette. Or, les seules cessions n’y suffiront pas et Engie prévoit dans le même temps la suppression de plusieurs centaines de postes.

Lire aussi : Marché de l’énergie : Engie sanctionné pour abus de position dominante

Le groupe a présenté aux instances représentatives du personnel, « un projet de nouvelle organisation du siège » comprenant le non renouvellement du plus de 600 postes. Au total, les suppressions annoncées représentent 30% de l’effectif dédié en France (416 salariés), 50% en Belgique (126 salariés) et 100% au Royaume-Uni (76 salariés). Le fournisseur français d’électricité et de gaz travaillait depuis cet automne sur la restructuration de ses fonctions support (RH, juridique, marketing, finances…), et affirme que le plus gros de ces suppressions de postes seront réalisées via des départs volontaires, des mobilités internes et des retraites anticipées d’ici fin 2018. « Cette évolution reposera sur le seul principe du volontariat et ne conduira à aucun licenciement », a précisé Engie.

Lire aussi : Engie poursuit la cession de ses centrales thermiques à l’international

Du côté des syndicats, la CFE-CGC s’est dite surprise par l’ampleur de cette réduction d’effectifs. « Cela semble énorme. On sera vigilant sur l’accompagnement qui sera mis en place et sur un vrai volontariat », a déclaré à l’AFP son représentant Hamid Ait Ghezala.

Crédits photo : Engie

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 26 Août 2016
Afin de développer les énergies renouvelables, tous les spécialistes s’accordent sur la nécessité de renforcer les capacités de stockage de l’énergie. D’après une étude réalisée par GlobalData, les capacités de stockage de l’énergie par batterie vont justement progresser de 1,5…
jeu 28 Jan 2016
Invité par le think tank European Policy Centre, le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, a estimé qu’au moins 10 % des européens vivraient en situation de précarité énergétique. Bien que chaque pays dispose de ses propres critères pour…
ven 28 Juil 2017
Dans son dernier bilan mensuel publié jeudi 27 juillet 2017, le gestionnaire du réseau à haute tension (RTE) a détaillé comme à son habitude les évolutions de la production et de la consommation électrique française et noté pour le mois…
mar 25 Mar 2014
La région PACA est avec la Bretagne,  la plus sensible au risque de coupure générale d’électricité, autrement appelé black-out. Pour réduire ce risque, RTE (Réseau de transport d’électricité) construit « un filet de sécurité », à savoir trois liaisons  de 225.000 volts…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *