Fessenheim : Le sort de la centrale lié à la mise en service de l'EPR de Flamanville Fessenheim : Le sort de la centrale lié à la mise en service de l'EPR de Flamanville

Fessenheim : Le sort de la centrale lié à la mise en service de l’EPR de Flamanville

Fessenheim

Malgré les pressions de Ségolène Royal qui souhaitait acter officiellement par décret la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne avant la fin du quinquennat de François Hollande, la procédure prévue dans ce cadre ne sera enclenchée que « dans les six mois précédant » la mise en service de l’EPR de Flamanville. Réuni jeudi 6 avril 2017, le Conseil d’administration du groupe EDF a en effet voté pour que la demande d’abrogation d’exploitation soit transmise à l’Etat tout en gardant la main sur les délais.

Votée à une faible majorité dans un climat tendu, marqué par de fortes manifestations de salariés opposés à la fermeture de la centrale, la présentation de la demande d’abrogation des droits d’exploitation a bien été validée par le conseil d’administration dans le respect des dispositions prévues par la loi de transition énergétique. EDF a en effet obtenu que la fermeture de Fessenheim « soit nécessaire au respect du plafond légal de 63,2 GW, tant à la date de demande d’abrogation qu’à la date de mise en service de l’EPR de Flamanville« .

Lire aussi : EDF valide le plan d’indemnisation pour la fermeture de la centrale de Fessenheim

Selon cet accord, la demande d’abrogation indispensable au gouvernement pour valider la procédure, ne sera donc transmise que « dans les six mois précédant » la mise en service de l’EPR de Flamanville, prévue à l’horizon 2019. Le gouvernement, qui avait déjà convenu précédemment que l’avenir des deux centrales serait lié, garantit ainsi le maintien des capacités de production maximales du parc nucléaire français dans les années à venir.

Lire aussi : Fermeture de Fessenheim : Bruxelles valide les conditions posées par EDF

Le Conseil d’administration a également donné son accord pour que le PDG d’EDF signe le protocole d’indemnisation négocié avec l’Etat « au plus tard à la date à laquelle cette demande sera adressée« , précise le communiqué du groupe. Validé au mois de janvier dernier, ce protocole prévoit une part fixe initiale de 489 millions d’euros versée d’ici 2021 couvrant l’anticipation des coûts à engager après l’exploitation (dépenses de reconversion du personnel, de démantèlement, etc), ainsi qu’une part additionnel variable censée compenser le manque à gagner pour EDF jusqu’en 2041. Versée ultérieurement, cette part sera calculée en fonction des prix de marché et de la production du palier 900 MW d’EDF, hors Fessenheim, tels que constatés sur la période.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 21 Sep 2016
Suite à une plainte déposée par le syndicat CFE-CGC pour « fausse information et tromperie », le parquet financier a ouvert une enquête sur le groupe Areva. Il devra notamment déterminer si, au moment de proposer un plan d’épargne en actions à…
dim 1 Mai 2016
Mardi 3 mai, en ouverture de son cycle de conventions thématiques, le parti Les Républicains organise une conférence sur le thème de l’énergie. A la veille de cet événement, Nicolas Sarkozy, le chef du parti, a notamment évoqué une « erreur historique » pour commenter la…
jeu 19 Juin 2014
L'Autorité de Sûreté nucléaire (ASN) a rendu public le 12 juin dernier son rapport concernant le deuxième examen de sûreté du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Penly. Considérant que "le niveau de sûreté du réacteur 1 de la…
lun 22 Août 2016
L’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) et Electricité de France (EDF) continue de discuter le calendrier du démantèlement du parc nucléaire. Depuis que l’option du « démantèlement immédiat » est privilégiée, l’équipe de France du nucléaire accélère le démantèlement du parc nucléaire tout…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *