Pour l'Anses, le bruit des éoliennes n'aurait aucun effet sur la santé des riverains Pour l'Anses, le bruit des éoliennes n'aurait aucun effet sur la santé des riverains

Pour l’Anses, le bruit des éoliennes n’aurait aucun effet sur la santé des riverains

éoliennes marne

Chargée par le ministère de l’Environnement d’étudier les effets sanitaires potentiels des basses fréquences et des infrasons émis par les turbines éoliennes suite aux plaintes déposées par plusieurs riverains, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a n’a pas pu à ce jour établir de liens de cause à effet incriminant les parcs éoliens. Dans son avis rendu jeudi 30 mars 2017, l’agence préconise toutefois, par mesures préventives, de poursuivre les études en cours et de mieux contrôler les émissions sonores.

Alors qu’un nouveau recours devant le Conseil d’Etat vient d’être déposé par des associations anti-éoliennes (Fédération environnement durable et Vent de Colère) pour contester l’Autorisation environnementale unique et la simplification des procédures d’installation des parcs éoliens en France, l’Anses publiait la semaine dernière les premières conclusions de son étude sur les effets sanitaires des basses fréquences sonores et infrasons dus aux parcs éoliens.

Lire aussi : 2016, une année record pour l’énergie éolienne en France

Selon l’agence, les connaissances actuelles ne justifient ni de modifier les valeurs limites d’exposition au bruit existantes, ni d’introduire des limites spécifiques aux infrasons et basses fréquences sonores. « L’ensemble des données expérimentales et épidémiologiques aujourd’hui disponibles ne met pas en évidence d’effets sanitaires liés à l’exposition au bruit des éoliennes autres que la gêne liée au bruit audible« , explique l’Anses. Rappelons ici que la réglementation impose déjà aux éoliennes d’être implantées à 500 mètres au minimum de toute habitation, et que les infrasons et basses fréquences ne dépassent pas respectivement 20 Hz à 200 Hz.

Lire aussi : L’éolienne domestique : une solution rentable ?

L’Anses recommande néanmoins de « renforcer l’information des riverains » lors de l’installation de parcs éoliens afin d’éviter les recours et les plaintes répétés par une meilleure sensibilisation des populations. Elle préconise enfin de « systématiser les contrôles des émissions sonores » et de mettre en place « des systèmes de mesurage en continu du bruit autour des parcs éoliens, en s’appuyant par exemple sur l’expérience acquise dans le milieu aéroportuaire« .

Crédits photo : Alexandre Prévot

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 26 Mai 2016
Du 7 au 11 mai derniers, le Portugal ne s'est appuyé que sur des sources d'énergies propres pour couvrir ses besoins en électricité. C'est du moins ce qu'a annoncé l'Association Portugaise des Producteurs d'Énergie Renouvelable (Apren) aux journalistes le vendredi 20…
mer 22 Juin 2016
Transformer les milliers de routes qui jalonnent le territoire français en autant de centrales de production électrique, c'est l'ambition de la société Colas, filiale du groupe Bouygues, qui teste depuis le début du mois de juin sa technologie de route…
lun 4 Avr 2016
L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et le ministère de l'Écologie ont révélé les deux lauréats de l'appel à projets relatif au développement de grandes installations solaires thermiques : un bailleur social implanté dans la région…
ven 11 Juil 2014
La société québécoise Idénergie devrait commercialiser d'ici cet été la première hydrolienne domestique. Fonctionnant selon les mêmes principes que les hydroliennes classiques, ce nouveau dispositif permettrait d'assurer l'autosuffisance énergétique d'une habitation. Testé avec succès dans les rapides de Lachine, un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *