Prix du pétrole brut : l'Agence internationale de l'énergie appelle à la patience - L'EnerGeek

Prix du pétrole brut : l’Agence internationale de l’énergie appelle à la patience

Cours pétrole

Si l’engagement des pays membres de l’Opep (et de certains pays non membres) de réduire la production globale de pétrole a bien été respecté pour les mois de janvier et février 2017, les effets sur les cours du barils devront encore attendre. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a en effet appelé les pays producteurs à la patience dans un communiqué publié mercredi 15 mars dernier, les stocks à écouler étant toujours relativement importants.

Dans un contexte difficile depuis 2014 pour l’ensemble des pays producteurs de brut, l’Opep avait finalement réussi fin 2016, à convaincre les autres producteurs de s’associer dans le cadre d’une baisse globale de l’offre au niveau international. Au total, onze pays non membres s’étaient engagés à diminuer leur production de 558.000 barils par jour, dont la Russie, le Mexique, le Kazakhstan, la Malaisie, Oman, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, la Guinée équatoriale, le Sud Soudan, le Soudan et Brunei. De leur côté, les pays membres de l’Opep s’étaient accordés au préalable sur une réduction de leur production de 1,2 mbj à partir du 1er janvier pour une période de six mois renouvelable.

Lire aussi : Pétrole : l’accord de l’Opep s’étend aux pays producteurs non membres

Résultat, pour le deuxième mois de l’année 2017, la production mondiale s’est élevée à 96,52 mbj, soit 260.000 bj de plus sur un mois, mais en baisse de 170.000 bj par rapport à l’année précédente. « Le bon début observé en janvier dans la mise en œuvre de l’accord de production de l’Opep semble s’être maintenu« , a précisé l’AIE dans son rapport mensuel sur le pétrole.

Lire aussi : Pétrole : une production en forte baisse en janvier

Cette nouvelle réduction devrait logiquement permettre à des cours du brut déprimés depuis 2014, d’entamer une remontée des prix, même si cela peut prendre du temps. L’AIE a en effet rappelé la semaine dernière que le rééquilibrage du marché de l’or noir, « encore hoquetant« , nécessiterait en parallèle l’écoulement des stocks en forte augmentation ces dernières années. « Le marché a besoin de temps pour ressentir pleinement l’impact des importantes réductions de l’offre prévues dans les accords de baisse de production. Dans l’intervalle, la volatilité qui s’est soudainement manifestée la semaine dernière se reproduira probablement« , a ajouté l’AIE.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 15 Fév 2017
Si les émissions de CO2 du secteur aérien n'entrent pas dans l'accord de Paris (COP21), les compagnies aériennes doivent cependant faire leur part du chemin pour contenir les gaz à effet de serre. Les biocarburants alternatifs durables ont dans ce…
jeu 23 Fév 2017
De passage en Polynésie française, la ministre des outre-mer Ericka Bareigts a salué mardi 21 février la politique énergétique menée au sein de cette collectivité plus que jamais menacée par le réchauffement des températures. La Polynésie a en effet implanté…
lun 19 Oct 2015
Mi-octobre, Ségolène Royal a proposé d'instaurer un « prix plancher du carbone pour le secteur électrique en France », avant d’adopter un « prix mondial et unifié ». Une volonté qui est soutenue par EDF et le prix Nobel d’économie, Jean Tirole, à la…
jeu 21 Sep 2017
Faire la chasse aux déperditions d'énergie, tous les particuliers voudraient pouvoir le faire. Mais pour commencer, il faut déjà dresser le bilan énergétique de son habitation. Une démarche assez complexe rendue difficile d'accès par le prix des appareils de mesure.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *