Une ferme de batteries construite en 100 jours : le nouveau pari de Tesla - L'EnerGeek Une ferme de batteries construite en 100 jours : le nouveau pari de Tesla - L'EnerGeek

Une ferme de batteries construite en 100 jours : le nouveau pari de Tesla

L’entreprise américaine Tesla affiche plus que jamais sa position d’entreprise à la pointe des nouvelles technologies. Après avoir inauguré en janvier dernier sa Gigafactory, la plus grande usine de fabrication de batteries au monde, Tesla veut désormais s’imposer comme le constructeur incontournable pour les fermes de batteries. Et l’entreprise vient de frapper fort : le 10 mars dernier, par le biais de son PDG et fondateur Elon Musk, Tesla a fait savoir qu’elle s’engageait à venir en aide à l’Australie qui connait actuellement une vraie crise énergétique. Le pari semble irréalisable : construire une ferme de batteries de 100MW en cent jours seulement. Pourtant il ne s’agit pas que d’un simple coup d’éclat médiatique : si Tesla réussit son pari, cette victoire technologique pourrait bien convaincre de futurs états de se tourner vers l’entreprise californienne pour développer de nouvelles solutions de stockage d’énergie. La course est donc lancée.

L’Australie en pleine crise énergétique

En l’espace de six mois, la South Australia a connu une suite de pannes d’électricité sans précédent, au point que les autorités n’hésitent plus à parler de véritable crise énergétique. Cette région méridionale de l’Australie se prépare à affronter l’hiver avec un problème majeur au niveau de son réseau d’approvisionnement : la production d’électricité ne suffit pas pour couvrir les besoins de la population. Et les autorités ne peuvent pas compter sur le renfort des énergies fossiles qui seraient elles aussi insuffisantes en cas de pic de consommation électrique. Autre problème : les soucis d’approvisionnement font grimper en flèche les prix de l’énergie dans toute la région de la South Australia. Alors que l’hiver doit bientôt s’installer dans l’hémisphère sud, le gouvernement australien craint plus que jamais un risque de pénurie d’électricité dans la région. La seule solution serait de parier sur les énergies renouvelables pour combler les besoins électriques, mais la capacité de stockage n’est actuellement pas suffisante. Il faudrait construire une ferme de batteries pour résoudre le problème. Mais le temps est un facteur clé, et pour éviter toute coupure du réseau électrique, la ferme de batteries devrait être construite en moins de quatre mois.

Un pari fou lancé sur Twitter

Construire une ferme de batteries en cent jours ? Le pari semble fou et pourtant Elon Musk a décidé de le relever. Le 10 mars 2017, il s’est lancé dans un échange de tweets surréaliste avec un autre milliardaire, Mike Cannon-Brookes, le fondateur de la société australienne de nouvelles technologies Atlassian. Interpellé sur Twitter par l’australien au sujet des capacités de Tesla à proposer des solutions de stockage d’énergie, Elon Musk a décidé de relever le gant en se penchant sur le problème énergétique australien. En quelques tweets seulement, les deux milliardaires ont donc convenu que Tesla allait construire une ferme de batteries d’une puissance de 100MW dans la South Australia… en seulement cent jours ! Et Elon Musk a même fait monter les enjeux en proposant purement et simplement de ne pas faire payer le gouvernement australien si l’installation n’était pas prête au bout des cent jours fixés.

Elon Musk et Mike Cannon-Brooks ont réglé les modalités du projet en direct sur Twitter.

Le jeu pourrait prêter à sourire, et pourtant le pari est on ne peut plus sérieux. Il a même été confirmé par le vice-président de Tesla, Lyndon Rive, qui a la charge de toutes les activités liées au stockage d’énergie. Le Premier Ministre australien, Malcolm Turnbull, s’est lui aussi félicité d’un accord aussi profitable… d’autant que c’est Mike Cannon-Brookes lui-même qui a négocié le devis avec Elon Musk en direct sur Twitter. Toute la twittosphère a ainsi pu être témoin du prix d’ami que Musk a proposé à son confrère australien. Pour une ferme de batteries d’une capacité de production estimée entre 100MW, Elon Musk propose une construction à 250 dollars le kilowattheure, ce qui reviendrait à un coût total de 25 millions de dollars. Et si Tesla ne tient pas sa date limite, Elon Musk fait cadeau de la ferme de batteries. Pour le gouvernement australien, c’est de toute façon un pari gagnant.

Pour les grands noms de l’industrie fossile, en revanche, la situation n’a rien de drôle. En l’espace de quelques tweets, l’avenir énergétique d’une région entière de l’Australie a trouvé une solution, alors que les principaux responsables du secteur fossile n’ont pas été capables de résoudre la question. De plus, l’échange digital en direct sous les yeux du monde entier a donné un sacré coup de vieux aux énergies fossiles. Incapables de résoudre les pénuries énergétiques, dépassées par la technologie, trop lentes et incapables de s’adapter, elles ressemblent plus que jamais à des dinosaures. Et quelque part, c’est aussi cela qui est actuellement en jeu dans le pari fou de Tesla en Australie : prouver que l’avenir appartient aux renouvelables.

La ferme de batteries pour un réseau plus fiable

La situation énergétique de l’Australie est emblématique d’un problème actuel : les énergies renouvelables se développent, mais elles peinent à bien répondre aux besoins de la population car les capacités de stockage ne sont pas encore suffisantes. Car quelle que soit la capacité de production électrique d’une ferme solaire, elle n’est d’aucune utilité si elle ne peut pas alimenter le réseau selon les besoins de la population. Dans un contexte où le pic de production est toujours en décalage avec le pic de consommation, l’enjeu est donc crucial. La solution pour alimenter le réseau de manière homogène, c’est de construire des infrastructures pour stocker l’énergie et l’envoyer sur le réseau en fonction des besoins. C’est là que la ferme de batteries de Tesla intervient.

En 2016, Tesla a construit une ferme de batteries en Californie en 90 jours seulement.

Depuis que Tesla a racheté l’entreprise Solar City, le développement d’une solution pratique de ferme de batteries est devenu une priorité qui doit soutenir la stratégie de l’entreprise pour attirer une nouvelle clientèle vers les énergies renouvelables. La ferme de batteries proposée par Tesla offre une capacité entre 100MW et 300MW. Elle est facile à relier aux unités de production d’énergie ainsi qu’au réseau de distribution d’électricité. Outre ses capacités de stockage, la ferme de batteries offre aussi une gestion intelligente de l’électricité : dès que le pic de production est atteint par l’unité de production, la ferme de batteries peut prendre le relais et injecter dans le réseau l’énergie stockée. Avec ce système, le risque de coupure de courant diminue drastiquement et le flux électrique devient plus stable.

Une stabilité de l’approvisionnement électrique qui fait rêver le gouvernement australien. Avec sa ferme de batteries construire en cent jours seulement, Elon Musk propose de faire de ce rêve énergétique une réalité. Et il a de sérieux arguments en sa faveur : en 2016, il n’a fallu que 90 jours à Tesla pour construire une ferme de batteries identique en Californie.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 22 Fév 2016
Alors que "la taille de l'univers numérique double tous les quatre ans" selon Les Echos et que le nombre des datacenters explose, leur consommation d'énergie est de plus en plus importante. L'impact environnemental de l'industrie des datacenters est même devenu…
jeu 30 Juil 2015
Avec la Corée du Sud et la France (avec la centrale EDF de la Rance en service depuis près de 50 ans), le Canada et le Royaume-Uni font partie des rares puissances qui ont décidé de se tourner vers l’énergie…
lun 7 Juil 2014
L'EPIA, l'association européenne de l’industrie photovoltaïque, a publié lundi 2 juin un rapport centré sur les perspectives du secteur solaire mondial pour les 4 prochaines années. L'occasion pour cet organisme de dresser un bilan des nouvelles installations de 2013. Après une…
jeu 27 Juin 2013
Dans le cadre d’un Appel à Manifestations d’Intérêt lancé par l’Etat en 2011 pour développer et améliorer le « Grand Eolien » français, quatre projets ont été retenus et vont recevoir des aides financières conséquentes (jusqu'à 3,8 millions d'euros par projet). Les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *