Des bornes de recharge pour voitures électriques intégrées dans les lampadaires - L'EnerGeek

Des bornes de recharge pour voitures électriques intégrées dans les lampadaires

city-charge-Bouygues

En France, le marché des véhicules électriques peine encore à s’imposer, surtout auprès des particuliers. Parmi les principaux freins à ce développement, la question du manque de bornes de recharge arrive en tête de liste. Pour développer le réseau, plusieurs initiatives ont été lancées, notamment sur le réseau autoroutier français. Mais Bouygues veut aller plus loin : l’entreprise française teste actuellement en Vendée son nouveau système de borne de recharge combinée à un lampadaire. L’idée : venir raccrocher un réseau de bornes de recharge au réseau actuel d’éclairage public. Grâce à cette approche astucieuse, Bouygues veut développer rapidement un réseau d’électromobilité à moindre coût et ainsi séduire les collectivités locales qui cherchent une solution simple et peu onéreuse.

Bouygues développe des bornes de recharge intelligentes

2016 aura été une année importante pour le développement des véhicules électriques en France puisque la barre symbolique des 100 000 voitures mises en circulation a été franchie. Un résultat encourageant qui rend d’autant plus pressant la résolution du problème des bornes de recharge. Car le réseau routier français est sous-équipé pour faire face aux demandes (seulement 3 000 bornes électriques sur l’ensemble du territoire), et le problème ne se trouve pas que sur les autoroutes de France : il se fait aussi sentir dans les agglomérations où les propriétaires de voitures électriques ont souvent du mal à trouver des bornes de recharge pour leurs véhicules. En effet, dans les zones urbaines, la création de points électriques devient un vrai casse-tête, et les communes restent frileuses face aux travaux et aux budgets à prévoir pour installer des bornes.

Le dispositif City Charge s’ajoute sur le mât du lampadaire

C’est dans ce contexte que Bouygues a inauguré, en septembre dernier, son projet City Charge. Il s’agit d’un système de bornes de recharges intégrées à des lampadaires. Grâce à City Charge, les bornes de recharge sont branchées sur les câbles d’alimentation électrique déjà présents pour alimenter les lampadaires. Chaque lampadaire est équipé d’un boîtier qui gère l’électricité de manière intelligente et partage la puissance entre l’éclairage et la recharge quand un véhicule est en train d’être rechargé. Et ce système présente plusieurs avantages, à commencer par son coût très attractif. Là où la création d’une borne de recharge implique normalement de creuser une tranchée, installer l’alimentation électrique puis la borne elle-même, City Charge n’a pas besoin de travaux de voirie ni de transformations du réseau électrique. L’installation revient à un peu moins de 2 500 euros par borne électrique alors qu’il faut généralement compter 5 000 pour une installation classique.

Plusieurs bornes de recharges déjà en test

Mais pour savoir si la solution City Charge est vraiment viable, seul un test en conditions réelles apportera la réponse. C’est pourquoi depuis fin 2016, Bouygues et la ville de La Roche-sur-Yon sont partenaires pour tester ces nouvelles bornes de recharge. Trois bornes ont été installées sur des lampadaires dans un même quartier, et elles vont rester en service pendant six mois afin d’être évaluées. La question est notamment de voir comment cet ajout sur le réseau électrique de la ville fonctionne, quels coûts il entraîne, et si l’éclairage public est impacté. La filiale d’EDF Enedis a été choisie comme partenaire du test afin d’évaluer les performances du système City Charge.

Grâce à ce test, les responsables du projet veulent aussi évaluer la densité de bornes nécessaires en zone urbaine pour couvrir les besoins des usages. La recommandation de Bouygues en la matière n’est pas d’équiper tous les lampadaires des centres villes mais de trouver le bon ratio pour augmenter l’offre de bornes de recharge, spécialement dans les zones où il y a des besoins. Les usagers ont prioritairement besoin de bornes de recharge près de leurs habitations ou de leurs lieux de travail. Au sortir de cette phase de test grandeur nature, Bouygues espère bien commercialiser City Charge dans tout l’hexagone. Grâce à l’attractivité de son tarif, l’entreprise pourrait non seulement séduire les communes mais aussi les parkings et centres commerciaux qui cherchent eux aussi à s’équiper.

Evolution des immatriculations de voitures électriques en 2016

A Londres aussi, les bornes de recharge côtoient les lampadaires

Pour ce qui est de séduire les marchés étrangers, Bouygues va en revanche rencontrer plus de concurrence. La ville de Londres a récemment débuté un test comparable à celui de La Roche-sur-Yon : la capitale britannique teste une solution de bornes de recharge montées sur des lampadaires afin de densifier son réseau urbain. Le système, bien que développé par une autre société, est très comparable à la solution City Charge. Au Royaume-Uni comme en France, le nombre de bornes de recharge n’est pas encore suffisant pour accompagner et encourager le développement du marché des véhicules électriques. L’expérience lancée dans deux quartiers de la capitale (Chelsea et Kensington), est soutenue par le gouvernement britannique qui a décidé, en décembre 2016, de débloquer 2,5 millions de livres sterling pour développer les bornes de recharge dans le pays.

Le système choisi par Londres permet également aux riverains de se connecter à une application complète qui liste les bornes de recharge disponibles dans le quartier grâce à un dispositif de géolocalisation. L’application leur permet aussi de gérer leur consommation électrique et de recevoir leur facture d’électricité sur smartphone. Pour l’instant, seuls trois lampadaires ont été équipés du nouveau dispositif. Si l’expérience s’avère concluante, la capitale anglaise devra transformer beaucoup plus de ses lampadaires en bornes de recharge afin de faire face aux besoins de ses habitants : les autorités estiment que 46% des Londoniens n’ont pas accès à des bornes de recharge actuellement. Le marché est donc à prendre.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 24 Juin 2015
Une équipe de chercheurs américains a mis au point un moteur qui permet d'exploiter l'énergie générée par le processus d'évaporation. En effet, grâce à un dispositif actionné par l'effet que produit l'évaporation de l'eau sur des spores bactériennes, ces scientifiques…
jeu 20 Avr 2017
Si la Maison Blanche n'a pas encore pris de décision officielle concernant l'adhésion des Etats-Unis à l'accord de Paris, la préférence du président Donald Trump et de ses partisans ne fait guère de doute. Interviewé vendredi 14 avril 2017 sur…
mar 11 Juil 2017
Le ministre de la Transition écologique et solidaire veut en finir avec les véhicules les plus polluants et compte bien mettre tous les atouts de son côté en généralisant à l’ensemble des véhicules, le système de bonus écologiques mis en…
ven 16 Juin 2017
Comptant déjà parmi les pays moteurs du mouvement de lutte contre le changement climatique depuis les accords de Paris de 2015 et les importants efforts diplomatiques consentis par le gouvernement, la France a réaffirmé ces dernières semaines toutes ses ambitions…

COMMENTAIRES

  • Bonjour
    Recharge rapide ou non ?
    En combien de temps rechargera t’on son véhicule en moyenne ?
    Une recharge équivaut à une puissance importante or les réseaux d’éclairage publiques n’ont pas forcément été conçus pour de telles puissances. Les sections de câbles et les accessoires de raccordement en réseau sont ils adaptés?
    Combien de points de recharge par circuit divisionnaire des réseaux d’éclairage publique ? Un ? Deux maxi ?
    Alain

    Répondre
  • il serait étonnant qu’il ne faille pas refaire le cablage des installations avec du gros diametre donc des tranchées à creuser !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *