Paris : l'éco-quartier Clichy-Batignolles inaugure sa centrale géothermique - L'EnerGeek Paris : l'éco-quartier Clichy-Batignolles inaugure sa centrale géothermique - L'EnerGeek

Paris : l’éco-quartier Clichy-Batignolles inaugure sa centrale géothermique

Fortement pourvue en ressources géothermiques, l’Île-de-France entend bien développer au maximum une énergie à la fois propre, peu coûteuse et stable dans sa production. Dernier projet en date dans la région, l’éco-quartier Clichy-Batignolles, situé dans le nord-ouest de Paris, a inauguré jeudi 23 février une nouvelle centrale géothermique, et est désormais entièrement chauffé grâce à la chaleur des nappes d’eau souterraines.

Permettant de produire de l’électricité ou de co-générer chaleur et électricité, la filière géothermique française est actuellement en plein essor. Elle consiste dans l’exploitation de milieux fracturés à forte perméabilité, situés entre 300 et 3000 mètres de profondeur et dont la température peut monter jusqu’à 300 C°. L’eau est ainsi remontée à la surface sous forme de vapeur et peut alimenter directement le réseau de chaleur ou une turbine productrice d’électricité.

Lire aussi : L’aéroport Paris-Le Bourget se lance dans la géothermie

La région Île-de-France s’impose dans ce contexte comme la zone à fort potentiel géothermique du territoire français capable de fournir des débits de production de vapeur élevés. Encouragée par le plan climat énergie, la région compte aujourd’hui plusieurs dizaines de centrales en service, et concentre les deux tiers de l’ensemble de la production géothermique nationale, avec plus de 200.000 équivalents logements alimentés, selon des données de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Lire aussi : Des chercheurs canadiens veulent démocratiser la géothermie en milieu urbain

La nouvelle centrale de l’éco-quartier Clichy-Batignolles, inaugurée cette semaine par le groupe Eau de Paris, puise l’eau chaude dans la nappe phréatique de l’Albien à environ 600 mètres de profondeur, pour la vendre ensuite à la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU) qui la distribue aux bâtiments de l’éco-quartier. Ce projet, qui permet de produire 83% des besoins en chaleur (chauffage et eau chaude sanitaire) de cet éco-quartier, a nécessité un investissement de 12 millions d’euros. Le quartier accueillera près de 7.500 habitants d’ici 2020.

Crédits photo : CPCU

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 18 Oct 2013
Selon le rapport publié lundi 14 octobre par GlobalData, les capacités hydroélectriques mondiales devraient passer de 1.065 GW à 1.407 GW d'ici 2020. Selon le cabinet de consultant anglais, "le marché de l’hydroélectricité est un secteur lucratif pour l’investissement, comprenant…
ven 26 Mai 2017
Fin 2016, Elon Musk affichait ses nouvelles ambitions en matière d’énergie en présentant le projet Solar Roof. Avec cette nouvelle technologie, le patron de Tesla souhaitait s’attaquer au marché du solaire pour les particuliers en proposant une innovation : des tuiles…
mer 15 Mai 2013
Considérées comme des phénomènes météorologiques destructeurs, les tornades ne paraissent pas en mesure de produire de l’électricité. Ce n’est pas l’avis de Louis Michaud, inventeur canadien, qui a décidé de transformer l’énergie de tourbillons artificiels en électricité. Le constat de…
mar 15 Nov 2016
Source d’énergie renouvelable prometteuse à l’heure de la transition énergétique, la géothermie rencontre toutefois quelques difficultés à se développer, à cause notamment de coûts de prospection et des investissements de base très importants. Un constat que les chercheurs de l’Ecole…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *