La Caisse des dépôts émet sa première obligation verte et lève 500 millions d'euros - L'EnerGeek

La Caisse des dépôts émet sa première obligation verte et lève 500 millions d’euros

obligations vertes

La Caisse des Dépôts a lancé le 22 février avec succès sa première obligation verte (ou « green bond ») d’un montant de 500 millions d’euros et d’une maturité de 5 ans. L’institution publique confirme ainsi sa volonté de contribuer à la transition écologique et énergétique en cours vers une économie bas carbone, en ligne avec les ambitions de l’Accord de Paris sur le Climat.

A l’issue d’une série de rencontres d’investisseurs en Europe et sur la base de retours positifs de leur part, une émission inaugurale verte d’un montant de 500 millions d’euros et d’une maturité de 5 ans a été annoncée au marché par la Caisse des dépôts le 21 février en milieu d’après-midi. La demande a été importante, dépassant légèrement le milliard d’euros, et environ la moitié des investisseurs n’étaient pas français, précise la Caisse dans un communiqué. Les fonds levés grâce à cette opération permettront de financer trois secteurs fondamentaux à dimension environnementale, dont l’immobilier performant, les énergies renouvelables et la dépollution de sites.

Lire aussi : La Caisse des dépôts donne la priorité à la croissance verte

Pour rappel, un “green bond” est une obligation émise sous forme de dette sur le marché et destinée à financer des projets générant un bénéfice environnemental ou social, pouvant toucher des domaines aussi variés que les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, le logement social, ou l’éducation. Contrairement aux obligations classiques qui sont levées par une entreprise pour financer ses activités en général, les green bonds sont liés à des projets spécifiques et permettent ainsi de garantir aux investisseurs la poursuite d’un objectif environnemental.

Lire aussi : La Caisse des dépôts poursuit ses investissements dans l’éolien terrestre

Réservé à l’origine aux grandes institutions internationales comme la banque mondiale, la banque européenne d’investissement, voire certaines collectivités locales (la région Île-de-France par exemple), ce mécanisme de financement écologique se démocratise depuis plusieurs années et séduit désormais de nombreux groupes du secteur privé ravis de pouvoir attirer les investisseurs via la réalisation de projets responsables et durables. Les Etats ont récemment commencé à en émettre également, à l’image de la Pologne et surtout de la France qui a levé par ce biais 7 milliards d’euros fin janvier.

Crédits photo : Ministère de l’Energie

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
dim 25 Sep 2016
Le 27 septembre, la ministre de l’Energie, Ségolène Royal, participe au 15ème Forum International de l’Energie, organisé à Alger. A cette occasion, en plus d’évoquer l’après COP21, la ministre qui occupe le troisième rang protocolaire au sein du gouvernement français…
mar 15 Mar 2016
A l’occasion d’une visite au Maroc, le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller, a annoncé son intention d’investir dans l’énergie solaire. Le projet de Midelt va ainsi recevoir 400 millions d’euros de financement, destinés à…
ven 12 Août 2016
Depuis le 13 juin, le département de l’Aude propose à la population de cofinancer les études de deux projets éoliens sur le territoire de Castelnaudary Lauragais Audois. Pour cette opération, le site www.lendosphere.com a récolté 306 000 euros, dont 25 %…
mar 4 Avr 2017
Dans un pays où le pétrole est roi, concevoir une ville verte qui fonctionne entièrement aux énergies renouvelables n’était pas un projet évident. Et pourtant, la ville de Babcock Ranch est déjà en train de sortir de terre. Cette ville…

COMMENTAIRES

  • Il n’y a pas plus de raisons de subventionner des énergies « bio », qui sont produites à partir de composés du carbone, forcément émettrices de CO² comme les combustibles fossiles.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *