En Polynésie, la ministre des outre-mer salue l'installation de centrales hybrides - L'EnerGeek En Polynésie, la ministre des outre-mer salue l'installation de centrales hybrides - L'EnerGeek

En Polynésie, la ministre des outre-mer salue l’installation de centrales hybrides

De passage en Polynésie française, la ministre des outre-mer Ericka Bareigts a salué mardi 21 février la politique énergétique menée au sein de cette collectivité plus que jamais menacée par le réchauffement des températures. La Polynésie a en effet implanté depuis plusieurs années déjà sur ses atolls des centrales électriques hybrides lui permettant de gagner en autonomie, de réaliser des économies et de limiter ses émissions de gaz à effet de serre.

En tant que territoire insulaire, la Polynésie est fortement concernée par le réchauffement climatique et tente de réduire progressivement sa grande dépendance aux combustibles fossiles pour sa production énergétique. Le territoire bénéficie en outre d’un ensoleillement abondant lui permettant de répondre à la demande en électricité, mais nécessitant dans le même temps des équipements spécifiques résistant à de fortes contraintes météorologiques.

Lire aussi : Energie thermique des mers : un projet de centrale DCNS en Polynésie

Plusieurs atolls ont misé dans ce contexte sur l’implantation de centrales électriques hybrides fonctionnant à l’énergie solaire, puis au gazole lorsque l’ensoleillement est insuffisant. Ce type de centrales « correspond à la ressource naturelle de Ahe, cela correspond à une volonté de faire des économies pour la mairesse et cela correspond aussi à une protection de l’environnement« , a déclaré la ministre des outre-mer Ericka Bareigtsà l’occasion d’une visite de la centrale de Ahe, dans l’archipel des Tuamotu.

Lire aussi : La Polynésie française vise 100% d’électricité renouvelable en 2030

Les deux centrales hybrides en activité actuellement auraient déjà permis d’économiser 80% de fuel sur les atolls de Reao et Tatakoto, a indiqué de son côté le président de la Polynésie française Edouard Fritch. Une troisième centrale plus moderne serait également en projet sur l’atoll voisin de Manihi, et devrait être financée conjointement par la France et la Polynésie française.

Crédits photo : Ericka Bareigts (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 15 Mar 2016
A l’occasion d’une visite au Maroc, le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller, a annoncé son intention d’investir dans l’énergie solaire. Le projet de Midelt va ainsi recevoir 400 millions d’euros de financement, destinés à…
mer 9 Nov 2016
Entre la remise en cause de l'accord de Paris sur le climat, la levée des restrictions à la production d'énergies fossiles et la suppression de l'Agence américaine de protection de l'environnement, la politique climatique et environnementale de Donald Trump est…
mer 24 Avr 2013
Acteur essentiel dans le secteur des énergies marines renouvelables (EMR), l’Institut France Energies Marines est en charge de projets de recherche et de développement afin de stimuler le potentiel énergétiques des littoraux français. C’est une intention politique nationale et européenne…
ven 27 Jan 2017
Bien qu'encourageante, la première obligation verte d'Etat lancée au mois de décembre par le gouvernement polonais cache une réalité toute autre pour ce pays d'Europe de l'est. La Pologne reste en effet très attachée à l'exploitation du charbon dans sa…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *