Areva "reste ouvert" à la participation du chinois CNNC dans son plan de restructuration - L'EnerGeek

Areva « reste ouvert » à la participation du chinois CNNC dans son plan de restructuration

areva-cea

Malgré l’échec des dernières négociations et le veto du gouvernement français, le groupe Areva s’est dit, mardi 21 février, toujours « ouvert » à l’entrée à son capital du chinois CNNC dans le cadre de sa restructuration. Une telle coopération, si elle se concrétisait, scellerait une collaboration de longue date entre Areva et le groupe chinois, et permettrait surtout au groupe français d’asseoir sa position en Asie, continent en plein essor dans la filière nucléaire. 

Le capital du futur Areva, recentré sur le cycle du combustible après la cession de sa branche réacteurs à EDF, « reste ouvert à un investissement de CNNC dans le même cadre que les accords en cours de finalisation avec deux investisseurs« , a affirmé Areva dans un communiqué publié cette semaine, en marge de la signature  à Pékin d’un accord-cadre de coopération industrielle et commerciale entre les deux groupes.

Lire aussi : Bernard Cazeneuve en Chine pour défendre le nucléaire français

Les deux partenaires industriels semblent pourtant loin d’un accord depuis l’échec des négociations et le refus de l’Etat français en raison des exigences chinoises jugées bien trop élevées. Pékin aurait exigé par exemple être le premier actionnaire derrière l’Etat français dans un contexte de relations diplomatiques tendues avec Tokyo, tandis que la France souhaitait que les investisseurs chinois et japonais détiennent la même participation au capital de NewCo. CNNC aurait également demandé de disposer d’un siège au conseil d’administration de NewCo, alors même que l’Etat français s’est toujours exprimé contre l’idée d’une représentation directe des investisseurs tiers. « Les conditions d’entrée au capital de NewCo seront les mêmes pour tous les investisseurs et l’Etat ne souhaite pas de représentation directe des investisseurs tiers au conseil d’administration de NewCo« , indiquait-on fin janvier dans l’entourage du secrétaire d’Etat à l’Industrie Christophe Sirugue.

Lire aussi : Le plan de restructuration d’Areva entre dans une nouvelle phase

Pour rappel, Areva a déjà conclu début février un accord avec les japonais MHI et JNFL, par lequel ils se sont engagés à apporter 500 millions d’euros en contrepartie de 10% du capital du nouvel Areva (5% chacun) dans le cadre de deux levées du fonds à venir. Ces deux levées de fonds ont été approuvées le 3 février par les actionnaires de la holding du futur groupe restructuré et du nouvel Areva.

Crédits photo : Areva

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 24 Mai 2016
En déplacement en Alsace le 23 mai, Nicolas Sarkozy s’est rendu à la centrale nucléaire de Fessenheim. Devant les salariés du site industriel, l’ancien président de la République a promis de revenir sur la décision de fermer l’usine en cas…
ven 26 Sep 2014
Le gouvernement fédéral australien a exclu toute possibilité de développement de l'énergie nucléaire dans un avenir proche lors d'une déclaration du ministre de l'Industrie Ian Macfarlane ce mardi 23 septembre. Une déclaration qui intervient après la publication du livre vert,…
jeu 28 Mar 2013
Jeudi matin, des militants de l'organisme écologiste Greenpeace, ont organisé un happening derrière les grilles de la centrale nucléaire de Fessenheim. Ils ont projeté des messages antinucléaires sur la centrale avec un projecteur puissant. Le 28 mars, une dizaine de…
lun 4 Mar 2013
L’activité nucléaire civile, comme la plupart des activités industrielles, génère une production d’eaux usées. Ces effluents peuvent contenir des résidus radioactifs et des résidus chimiques. Soumis à une réglementation stricte, les rejets des effluents dans l’environnement sont sous surveillance permanente…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *