Areva "reste ouvert" à la participation du chinois CNNC dans son plan de restructuration - L'EnerGeek

Areva « reste ouvert » à la participation du chinois CNNC dans son plan de restructuration

areva-activite-reacteurs-edf

Malgré l’échec des dernières négociations et le veto du gouvernement français, le groupe Areva s’est dit, mardi 21 février, toujours « ouvert » à l’entrée à son capital du chinois CNNC dans le cadre de sa restructuration. Une telle coopération, si elle se concrétisait, scellerait une collaboration de longue date entre Areva et le groupe chinois, et permettrait surtout au groupe français d’asseoir sa position en Asie, continent en plein essor dans la filière nucléaire. 

Le capital du futur Areva, recentré sur le cycle du combustible après la cession de sa branche réacteurs à EDF, « reste ouvert à un investissement de CNNC dans le même cadre que les accords en cours de finalisation avec deux investisseurs« , a affirmé Areva dans un communiqué publié cette semaine, en marge de la signature  à Pékin d’un accord-cadre de coopération industrielle et commerciale entre les deux groupes.

Lire aussi : Bernard Cazeneuve en Chine pour défendre le nucléaire français

Les deux partenaires industriels semblent pourtant loin d’un accord depuis l’échec des négociations et le refus de l’Etat français en raison des exigences chinoises jugées bien trop élevées. Pékin aurait exigé par exemple être le premier actionnaire derrière l’Etat français dans un contexte de relations diplomatiques tendues avec Tokyo, tandis que la France souhaitait que les investisseurs chinois et japonais détiennent la même participation au capital de NewCo. CNNC aurait également demandé de disposer d’un siège au conseil d’administration de NewCo, alors même que l’Etat français s’est toujours exprimé contre l’idée d’une représentation directe des investisseurs tiers. « Les conditions d’entrée au capital de NewCo seront les mêmes pour tous les investisseurs et l’Etat ne souhaite pas de représentation directe des investisseurs tiers au conseil d’administration de NewCo« , indiquait-on fin janvier dans l’entourage du secrétaire d’Etat à l’Industrie Christophe Sirugue.

Lire aussi : Le plan de restructuration d’Areva entre dans une nouvelle phase

Pour rappel, Areva a déjà conclu début février un accord avec les japonais MHI et JNFL, par lequel ils se sont engagés à apporter 500 millions d’euros en contrepartie de 10% du capital du nouvel Areva (5% chacun) dans le cadre de deux levées du fonds à venir. Ces deux levées de fonds ont été approuvées le 3 février par les actionnaires de la holding du futur groupe restructuré et du nouvel Areva.

Crédits photo : Areva

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 29 Juin 2015
L’été dernier, le groupe Hitachi a annoncé qu’il travaillait en partenariat avec des universités américaines sur le réacteur nucléaire de demain. L’enjeu de ces recherches est de composer avec un des éléments les plus problématiques  de l’énergie nucléaire : les déchets…
mar 16 Mai 2017
Interpellé par la justice sur le manque de transparence des accords signés dans le cadre du nouveau programme nucléaire, le gouvernement sud-africain n'entend pas pour autant renoncer à l'énergie nucléaire, considérée comme indispensable pour garantir la stabilité du réseau. La…
mar 1 Juil 2014
Le Japon entame ce mardi une période officielle d'économies d'énergie de trois mois destinée à éviter les coupures en cas de pics de consommation. Privé d'énergie nucléaire pour une période encore indéterminée, la pays doit en effet s'adapter et mise…
mer 21 Oct 2015
La Chine se prépare à investir 69 milliards d’euros dans l’énergie nucléaire. A l’horizon 2030, elle pourrait alors compter sur 110 centrales en activité, soit plus que les Etats-Unis. Dans ce contexte, les entreprises China General Nuclear (CGN) et China National…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *