Pétrole : une production en forte baisse au mois de janvier Pétrole : une production en forte baisse au mois de janvier

Pétrole : une production en forte baisse en janvier

pétrole

A la suite de la mise en application de l’accord de réduction de la production signé en décembre par les pays membres de l’Opep et certains pays non membres, l’offre mondiale de pétrole a diminué de manière significative au mois de janvier. Une tendance qui devrait favoriser, selon l’organisation pétrolière internationale, la remontée des prix et donc la reprise de l’activité d’extraction aux Etats-Unis.

Dans un contexte difficile depuis 2014 pour l’ensemble des pays producteurs de brut, l’Opep avait finalement réussi fin 2016, à convaincre les autres producteurs de s’associer dans le cadre d’une baisse globale de l’offre au niveau international. Au total, onze pays non membres s’étaient engagés à diminuer leur production de 558.000 barils par jour, dont la Russie, le Mexique, le Kazakhstan, la Malaisie, Oman, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, la Guinée équatoriale, le Sud Soudan, le Soudan et Brunei. De leur côté, les pays membres de l’Opep s’étaient accordés au préalable sur une réduction de leur production de 1,2 mbj à partir du 1er janvier 2017 pour une période de six mois renouvelable.

Lire aussi : Pétrole : l’accord de l’Opep s’étend aux pays producteurs non membres

Résultat, pour le premier mois de l’année 2017, « la production de pétrole s’est élevée à 95,8 millions de barils par jour (mbj), soit une baisse de 1,3 mbj par rapport à décembre et de 0,46 mbj sur un an », a détaillé l’organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport mensuel. « A elle seule, l’Opep a pompé 890.000 barils par jour de moins à 32,14 mbj en moyenne », a-t-elle ajouté.

Lire aussi : Le Mexique attribue aux enchères ses gisements de pétrole en eaux profondes

Ces réductions devraient logiquement permettre à des cours du brut déprimés depuis 2014, d’entamer une remontée des prix, sachant qu’ils se situent actuellement aux alentours de 55 dollars le baril. Mais également de soutenir la reprise de l’activité d’extraction dans des pays non liés par ces accords, comme les Etats-Unis par exemple. « Les ajustements de production de l’Opep et certains producteurs non-Opep ont soutenu le marché, mais ces gains ont été en partie absorbés par une recrudescence de l’activité de forage aux Etats-Unis », a déploré l’Opep.

Crédits photo : Nadji jojo

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 20 Août 2016
Après le Wall Street Journal en juillet, le quotidien économique Nikkei affirme également que deux électriciens japonais, Tokyo Electric Power et  Chubu Electric Power, négocient la reprise des activités de commerce de charbon d’EDF. Privées de leurs réacteurs nucléaires, les entreprises…
jeu 5 Jan 2017
Confronté au veto du gouvernement polonais dans le processus de cession de sa filiale EDF Polska, le groupe français pourrait finalement trouver un terrain d'entente avec les autorités. Selon le ministre de l'énergie polonais Grzegorz Tobiszowski, le gouvernement et l'énergéticien…
jeu 24 Mar 2016
Et si la deuxième capitalisation du CAC40 se tournait vers l’électricité ? En présentant son projet pour Total dans vingt ans, le PDG du groupe, Patrick Pouyanné, a effectivement dévoilé ses ambitions pour la transition énergétique de l'entreprise. (suite…)
lun 20 Oct 2014
C'est certain, la France et l'Allemagne ont des visions assez différentes en matières de politiques énergétiques, et un nouveau point de désaccord pourrait prochainement poindre concernant le maintien des capacités de production nécessaires à la sécurisation du réseau. Le gouvernement français…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *