Pétrole : une production en forte baisse au mois de janvier Pétrole : une production en forte baisse au mois de janvier

Pétrole : une production en forte baisse en janvier

pétrole

A la suite de la mise en application de l’accord de réduction de la production signé en décembre par les pays membres de l’Opep et certains pays non membres, l’offre mondiale de pétrole a diminué de manière significative au mois de janvier. Une tendance qui devrait favoriser, selon l’organisation pétrolière internationale, la remontée des prix et donc la reprise de l’activité d’extraction aux Etats-Unis.

Dans un contexte difficile depuis 2014 pour l’ensemble des pays producteurs de brut, l’Opep avait finalement réussi fin 2016, à convaincre les autres producteurs de s’associer dans le cadre d’une baisse globale de l’offre au niveau international. Au total, onze pays non membres s’étaient engagés à diminuer leur production de 558.000 barils par jour, dont la Russie, le Mexique, le Kazakhstan, la Malaisie, Oman, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, la Guinée équatoriale, le Sud Soudan, le Soudan et Brunei. De leur côté, les pays membres de l’Opep s’étaient accordés au préalable sur une réduction de leur production de 1,2 mbj à partir du 1er janvier 2017 pour une période de six mois renouvelable.

Lire aussi : Pétrole : l’accord de l’Opep s’étend aux pays producteurs non membres

Résultat, pour le premier mois de l’année 2017, « la production de pétrole s’est élevée à 95,8 millions de barils par jour (mbj), soit une baisse de 1,3 mbj par rapport à décembre et de 0,46 mbj sur un an », a détaillé l’organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport mensuel. « A elle seule, l’Opep a pompé 890.000 barils par jour de moins à 32,14 mbj en moyenne », a-t-elle ajouté.

Lire aussi : Le Mexique attribue aux enchères ses gisements de pétrole en eaux profondes

Ces réductions devraient logiquement permettre à des cours du brut déprimés depuis 2014, d’entamer une remontée des prix, sachant qu’ils se situent actuellement aux alentours de 55 dollars le baril. Mais également de soutenir la reprise de l’activité d’extraction dans des pays non liés par ces accords, comme les Etats-Unis par exemple. « Les ajustements de production de l’Opep et certains producteurs non-Opep ont soutenu le marché, mais ces gains ont été en partie absorbés par une recrudescence de l’activité de forage aux Etats-Unis », a déploré l’Opep.

Crédits photo : Nadji jojo

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 27 Jan 2017
Bien qu'encourageante, la première obligation verte d'Etat lancée au mois de décembre par le gouvernement polonais cache une réalité toute autre pour ce pays d'Europe de l'est. La Pologne reste en effet très attachée à l'exploitation du charbon dans sa…
mer 15 Fév 2017
La légère baisse des tarifs réglementés du gaz enregistrée au début du mois de février après trois mois de hausse consécutive, n'aura finalement été que de courte durée. Selon une information révélée dans le Figaro cette semaine, les prix du…
jeu 21 Avr 2016
Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) participe au projet Power to Gaz Jupiter 1000. L’objectif de l’opération consiste à convertir et stocker des surplus d'électricité sous forme de gaz.   (suite…)
mar 18 Oct 2016
Alors que l’Allemagne a accepté de ratifier l’Accord de Paris, elle ne semble pas en mesure de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, en 2015, même si les énergies renouvelables atteignent des sommets, ses émissions de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *