Nucléaire : l'Etat apporte une première garantie pour la fermeture de Fessenheim - L'EnerGeek

Nucléaire : l’Etat apporte une première garantie pour la fermeture de Fessenheim

parc-nucleaire-normand-gendarme-nucleaire

Le gouvernement a autorisé, par arrêté publié samedi 4 janvier au Journal officiel, le redémarrage du réacteur n°2 de la centrale de Paluel à l’arrêt depuis près de 18 mois. Prévue pour novembre, la relance de ce réacteur nécessitait une prorogation de la durée d’arrêt possible des réacteurs en France, et constituait l’une des conditions demandées par EDF dans le cadre du processus de fermeture de la centrale de Fessenheim en Alsace.

Si les deux parties sont désormais d’accord sur le volet financier depuis l’adoption par le conseil d’administration du groupe EDF du plan d’indemnisation le 24 janvier dernier, la fermeture effective de la centrale de Fessenheim en 2018 reste encore conditionnée à de nombreux paramètres. Elle nécessite notamment un décret abrogeant l’autorisation d’exploitation de la centrale, pris sur demande de l’entreprise et qui, en application de la loi, prendra effet lors de la mise en service de l’EPR de Flamanville 3, prévue fin 2018. Or, le conseil d’administration d’EDF a subordonné la présentation de cette demande d’abrogation à l’entrée en vigueur des autorisations nécessaires à la poursuite de la construction de l’EPR de Flamanville 3 et à la poursuite de l’exploitation de Paluel 2, actuellement à l’arrêt.

Lire aussi : EDF valide le plan d’indemnisation pour la fermeture de la centrale de Fessenheim

Ségolène Royal, la ministre chargée de l’Energie, avait réagit en indiquant qu’elle donnerait suite positivement aux demandes exprimées par le conseil d’administration, et vient donc dans un premier temps de proroger de deux années la durée de fonctionnement du réacteur Paluel 2. A l’arrêt depuis le mois de mai 2015, le réacteur n°2 de la centrale de Paluel en Seine-Maritime devait redémarrer en novembre 2017 mais se trouvait confronté aux dispositions de la loi de transition énergétique. Celle-ci dispose en effet qu’un réacteur à l’arrêt depuis plus de deux ans est considéré comme en arrêt « définitif », même si le gouvernement se réserve le droit de proroger jusqu’à trois ans cette durée.

Lire aussi : Paluel : point de départ de la modernisation du parc nucléaire français

Grâce à cette prorogation, l’énergéticien pourra donc relancer son réacteur en temps voulu, et le gouvernement avance quant à lui un peu plus vers la fermeture définitive de la centrale de Fessenheim qui lui permettra de respecter le plafonnement des capacités de production nucléaire à leur niveau actuel de 63,2 GW.

Crédits photo : EDF

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 7 Jan 2014
Areva, industriel français spécialisé dans le nucléaire, et Solvay, groupe belge spécialisé dans la chimie, ont annoncé fin décembre avoir conclu un accord de partenariat afin de valoriser le thorium, un élément chimique affichant un fort potentiel de combustible nucléaire.…
Pour sa première grande visite diplomatique hors du Vieux Continent, le Premier ministre français Bernard Cazeneuve est en Chine à compter d'aujourd'hui afin de renforcer les relations diplomatiques et commerciales avec Pékin dans un contexte international quelque peu bouleversé depuis…
jeu 29 Sep 2016
Pour la déléguée générale de la Société française d'énergie nucléaire (SFEN), Valérie Faudon, le développement de l'industrie nucléaire représente une aventure technologique à l'instar de la conquête spatiale. Malgré la relative jeunesse de l'énergie atomique, elle ouvre en effet de…
ven 8 Mar 2013
Le coût de la transition énergétique fait débat en Allemagne. Fin février, le ministre  de l’Environnement, Peter Altmaier, a prévenu que la sortie du nucléaire pourrait coûter 1.000 milliards d’euros au pays sur les deux prochaines décennies. Une explosion des…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *