Feu vert de la CRE au nouveau projet d'interconnexion franco-anglais Feu vert de la CRE au nouveau projet d'interconnexion franco-anglais

Feu vert de la CRE au nouveau projet d’interconnexion franco-anglais

interconnexion

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a approuvé dans une délibération publiée mercredi, un nouveau projet d’interconnexion électrique entre la France et la Grande-Bretagne, dont la mise en service est prévue fin 2020 afin d’augmenter les capacités d’échange entre les deux pays. Cette nouvelle installation nécessitera un investissement de plusieurs centaines de millions d’euros et permettra une mise à jour de l’innovation technologie en matière de transport d’électricité et une meilleure intégration des énergies renouvelables.

Si plusieurs interconnexions ont été mises en place entre la France et le Royaume-Uni depuis les années 1980, elles sont aujourd’hui insuffisantes pour supporter l’augmentation des transferts d’électricité entre les deux pays. D’ici 2020-2022, le gestionnaire du réseau français RTE va donc investir avec les Britanniques plus de 1,4 milliard d’euros dans d’autres projets interconnexions. L’une d’entre-elles proposera une puissance de 1.000 mégawatts en courant continu et couvrira les 200 km qui relient le Calvados et l’Ile de Wight dans la région de Southampton.

Lire aussi : Lignes électriques en mer : RTE étend son réseau et cible la Basse-Normandie

Cofinancée par l’UE, elle devrait représenter un coût global estimé à 670 millions d’euros et vient d’être validée par la CRE. « Baptisée IFA2, la liaison sous-marine d’une capacité de 1.000 mégawatts (MW) sera développée par le gestionnaire du réseau français à haute tension RTE et son homologue britannique National Grid », a précisé le gendarme français de l’énergie dans une délibération datée du 19 janvier.

D’autres projets prévoient également d’augmenter les capacités d’échange d’électricité entre la France et la Grande-Bretagne, qui s’élèvent actuellement à 2.000 MW, comme le projet ElecLink qui doit relier les deux pays via le tunnel sous la Manche à partir de 2019, ou la ligne FAB, une interconnexion de 1.400 mégawatts de puissance et 220 km de long entre Menuel dans le Cotentin et Exeter dans le sud ouest de l’Angleterre.

Lire aussi : « RTE doit se réinventer pour construire le réseau de demain » selon François Brottes

Avec ces nouvelles lignes de transport d’électricité entre la France et la Grande-Bretagne, RTE souhaite renforcer encore un peu plus la coopération et la solidarité énergétique souhaitées au sein de l’espace européen. « Après la solidarité des régions en matière énergétique, nous sommes passés à une solidarité européenne avec l’Angleterre au nord et l’Espagne au sud », explique Jean-Louis Muscagorry, délégué RTE pour la Normandie et l’Ile-de-France.

Crédits photo : RTE

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
dim 31 Jan 2016
Du 26 au 28 janvier, les Assises européennes de la transition énergétique étaient organisées dans la ville de Dunkerque. En partenariat avec l’Ademe, la 17ème édition de ce rassemblement visait entre autres à « innover dans les formes de gouvernance locale ».…
jeu 27 Avr 2017
Engagé dans un vaste plan de transformation et d'économies sur trois ans, le groupe énergétique français Engie a annoncé mercredi 19 avril 2017, la suppression de plusieurs centaines de postes dans le cadre de la réorganisation de ses fonctions support,…
mar 13 Juin 2017
Un mât de mesures éolien a été installé sur l'île de Sein entre septembre 2015 et septembre 2016, sur le lieu dit de Goulenez, à proximité du grand phare de l'île. Ce mât de 44 mètres, avec stations de mesures…
mar 18 Août 2015
La semaine dernière, un convertisseur électrique aussi haut que Big Ben a été installé à 45m au large des côtes allemandes, au terme d’un voyage de quatre jours dans la mer du Nord depuis la Norvège. Ce projet s’inscrit dans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *