L'interdiction du gaz de schiste entre en débat à l'Assemblée Nationale L'interdiction du gaz de schiste entre en débat à l'Assemblée Nationale

L’interdiction du gaz de schiste entre en débat à l’Assemblée nationale

gaz schiste

La réforme du code minier arrive devant les députés ce mardi 24 janvier. Sans cesse repoussé ces cinq dernières années, l’étude de ce texte de loi permettra d’imposer aux activités de forage un nouveau cadre réglementaire plus respectueux de l’environnement, et abordera notamment l’interdiction de l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels comme les gaz de schiste.

Initiée en 2011 par Nathalie Kosciusko-Morizet, alors ministre de l’Ecologie, la réforme du code minier a pour objectif de mieux prendre en compte les risques environnementaux. Elle vise, selon l’oratrice du groupe socialiste Sabine Buis, à « encadrer, de manière durable et partagée, l’activité minière, à prendre en compte les enjeux environnementaux et à renforcer la participation du public« .

Lire aussi : La vie humaine menacée par les forages pétroliers ?

Parmi les mesures en suspend, l’interdiction de l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, c’est à dire les huiles et gaz de schiste, s’impose comme une extension de la loi de juillet 2011 (qui limitait seulement jusqu’à présent l’interdiction de la technique de la fracturation hydraulique), et constituera de ce fait le point central des débats à venir cette semaine. Une nouvelle procédure renforcée d’information et de concertation, à travers la création de « groupements participatifs » (populations, collectivités territoriales, associations, fédérations professionnelles) devrait également être mis en place de manière systématique dans les communes « impactées d’un point de vue environnemental, sanitaire et socio-économique« .

Lire aussi : Gaz de schiste : quelle stratégie pour la Grande-Bretagne ?

Précisons que si l’activité minière traditionnelle (charbon, fer…) a quasiment disparu en France métropolitaine, elle reste assez importante dans les DOM-TOM, avec l’or en Guyane, le nickel en Nouvelle-Calédonie et le potentiel de gisements dans les fonds marins. Ce nouveau chantier législatif avait d’ailleurs été lancé en réaction à une polémique concernant des forages pétroliers de Shell au large de la Guyane, accusés de détruire l’environnement.

Crédits photo : Ruhrfisch

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 31 Mai 2016
Rassemblés au Japon, les chefs d'Etat du G7 viennent de prononcer la fin des subventions aux énergies fossiles d’ici 2025. Une décision logique au lendemain de la COP21, alors que le secteur de l’énergie est le principal responsable des émissions de gaz…
mer 31 Août 2016
Du 19 au 22 octobre, les leaders du secteur de l’énergie ont rendez-vous à New York, aux Etats-Unis. Cette réunion, qui s’inscrit dans le cadre du Programme pour le développement durable à l’horizon 2030 des Nations unies, permettra notamment de…
ven 9 Juin 2017
Malgré l’ampleur des critiques portées à l’encontre de ce projet à l’international et le refus de nombreux organismes financiers de participer au tour de table, le groupe indien Adani a finalement annoncé, mardi 6 juin 2017, le début prochain des…
lun 5 Juin 2017
Le géant mondial de l'acier ArcelorMittal et le spécialiste de la gestion de l'énergie Schneider Electric ont annoncé, mardi 30 mai 2017, le lancement d'un nouveau programme de récupération et de valorisation de la chaleur industrielle, issue des fours du…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *