La France comptait 46 GW d'énergies renouvelables fin 2016 - L'EnerGeek

La France comptait 46 GW d’énergies renouvelables fin 2016

energies-renouvelables-eolien-solaire

Selon les chiffres du baromètre de l’association Observ’ER, publiés mardi 10 janvier, la France comptait fin 2016 plus de 46 gigawatts de capacités de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables. Une capacité totale en progression donc, mais qui reste malgré tout légèrement insuffisante pour espérer atteindre les objectifs nationaux fixés dans la loi de transition énergétique.

La 15ème édition du Baromètre des énergies renouvelables électriques en France de l’association Observ’ER, offre comme à son habitude, un état des lieux complet des dynamiques de neuf secteurs renouvelables au cours des douze derniers mois (filières éolienne, photovoltaïque, hydraulique, biomasse solide, biogaz, déchets, géothermie, énergies marines, solaire thermodynamique).

Lire aussi : L’Assemblée Nationale approuve le projet de loi sur l’autoconsommation

Ces filières auraient enregistré un développement moyen de 5% des installations raccordées sur l’année, faisant de 2016 une année globalement positive pour les énergie renouvelables. « 45,82 GW étaient installés à fin septembre 2016 et si on prolonge les tendances, on arrive à 46,5 GW fin 2016″, explique Frédéric Tuillé, directeur des études d’Observ’ER, lors d’une conférence de presse.

Problème, si l’on suit effectivement une tendance similaire dans les prochaines années, il sera difficile d’atteindre, selon M.Tuillé, la fourchette de 71 à 78 GW de capacités installées à l’horizon 2023 comme espéré par le gouvernement et les professionnels du secteur. D’autre part, les bons résultats enregistrés cette année seraient liés pour l’essentiel au dynamisme des filières solaire et éolienne qui ont bénéficié d’une croissance respective de 7,1% et de 7,8%.

Lire aussi : Le financement des ENR, une priorité pour tous ?

Les autres filières, comme les énergies marines (hydrolien, éolien en mer, etc.), la géothermie ou la biomasse, avancent quant à elles beaucoup moins vite que prévu, avec des retards annoncés ou encore le désengagement de certains grands acteurs, comme Areva dans l’éolien en mer, ou Engie dans l’hydrolien. De son côté, la filière hydraulique augmente peu malgré le potentiel de la petite hydroélectricité, du fait de la réglementation très restrictive sur le classement environnemental des cours d’eau.

Crédits photo : Kenueone

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 16 Juin 2017
Comptant déjà parmi les pays moteurs du mouvement de lutte contre le changement climatique depuis les accords de Paris de 2015 et les importants efforts diplomatiques consentis par le gouvernement, la France a réaffirmé ces dernières semaines toutes ses ambitions…
ven 29 Jan 2016
Le secteur des transports est responsable de 27% des émissions de dioxyde de carbone de l'ensemble de l'économie française. Améliorer le bilan carbone des transports apparait ainsi aujourd'hui comme un des enjeux principal de la transition énergétique. En plus des mesures mises…
ven 13 Mai 2016
Chargée de la construction de trois parcs éoliens en mer, à Fécamp (Seine-Maritime), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et Courseulles-sur-Mer (Calvados), EDF vient d’annoncer un partenariat avec Enbridge, qui obtient 50 % des parts d’Eolien maritime France (EMF). (suite…)
dim 28 Août 2016
Dans une interview au journal Les Echos, le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, partage son analyse sur l’avenir du secteur de l’énergie. Pour lui comme pour de nombreux experts, la numérisation va entrainer « une profonde transformation du modèle des énergéticiens ». (suite…)

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *