Tesla a démarré la production de batteries dans sa Gigafactory Tesla a démarré la production de batteries dans sa Gigafactory

Tesla a démarré la production de batteries dans sa Gigafactory

Tesla

Le 4 janvier dernier, Tesla a annoncé avoir commencé la production en série des éléments de batteries lithium-ion dans sa « Gigafactory » du Nevada aux Etats-Unis, en collaboration avec le japonais Panasonic. Une étape déterminante pour le groupe d’Elon Musk dans sa stratégie de développement dans l’énergie électrique qui devrait lui permettre de réduire significativement ses coûts de fabrication.

Pour une démocratisation de la voiture électrique 

Selon une enquête menée auprès de 2.500 Américains, 60 % d’entre eux semblent encore tout ignorer de la voiture électrique et 80 % n’en ont jamais essayé. Des résultats surprenants qui s’expliquent en partie par l’offre encore très limitée du marché électrique actuel et par le manque de communication sur le sujet par les constructeurs automobiles.

Lire aussi : La ville finlandaise de Vaasa se porte candidate pour accueillir la prochaine usine Tesla

Tesla Factory située à Fremont, en Californie

Avec son offre haut de gamme, Tesla s’adressait jusqu’à présent à un public exclusif ne nécessitant pas le recours aux traditionnels messages publicitaires. Mais il pourrait bientôt en être autrement au regard des velléités du constructeur. Tesla affiche en effet de grandes ambitions dans le développement de la mobilité électrique à l’échelle nationale et internationale et entend contribuer à la rendre accessible au plus grand nombre.

Le groupe du fantasque Elon Musk a lancé pour cela officiellement le 4 janvier dernier, la production de batteries à grande échelle dans sa Gigafactory du Nevada. « Aujourd’hui à la Gigafactory, Tesla et Panasonic ont commencé la production à grande échelle de batteries lithium-ion qui seront utilisées pour les produits d’accumulation d’énergie de Tesla et sur le futur Model 3″, a indiqué la société sur son compte Twitter.

Gigafactory et économies d’échelle

Destinée à la production de batteries domestiques et de batteries pour voitures électriques, cette usine unique au monde, devrait permettre à terme de doubler la production de batteries du constructeur américain. Selon les déclarations du groupe, l’objectif de cette usine géante serait même de produire dès 2018 autant de batteries que l’ensemble des autres usines de ce type dans le monde entier, soit environ 35 GWh par an.

Modélisation de la Gigafactory Tesla une fois terminée

La Gigafactory d’Elon Musk augmentera donc sa capacité de production de manière progressive d’ici 2020, pour fabriquer, à terme, plusieurs centaines de milliers de batteries lithium-ion par an et équiper les 500.000 véhicules annuels souhaités par la firme. Elle contrôlera toutes les étapes de la chaîne de production d’une batterie, à l’exception de la matière première, le lithium, et nécessitera lorsqu’elle tournera à pleine capacité, l’emploi de 6.500 personnes et la création de 20.000 à 30.000 emplois indirects.

Lire aussi : Panasonic et Tesla s’associent pour fabriquer des cellules solaires

Bénéficiant d’économies d’échelle, Tesla espère ainsi diminuer le coût des batteries d’au moins 30%, et faciliter le mouvement de démocratisation de la voiture électrique prévu dans son nouveau plan stratégique de développement. Son élément de base réside pour cela dans la « cellule 2170 » cylindrique conçue par Tesla et le groupe Panasonic et dont le constructeur affirme qu’elle offre « la meilleure performance aux plus bas coûts de production et dans un format adapté pour un usage à la fois dans les véhicules électriques et les produits de stockage d’énergie ». Pour sa part, le groupe japonais Panasonic, qui fournit au constructeur les batteries des voitures Tesla depuis 2010, a participé à hauteur de 1,6 milliard de dollars à la construction de cette installation d’un budget global estimé à plus de 5 milliards de dollars.

Les grandes ambitions de la Model 3

Si le groupe n’a pas atteint ses objectifs pour le dernier trimestre 2016, ne vendant que 22.200 modèles « S » et « X » en lieu et place des 25.000 envisagés, ses résultats sur l’ensemble de l’année sont néanmoins plus que satisfaisants avec près de 84.000 voitures produites, soit une augmentation de 64% par rapport à 2015.

Tesla Model 3

En outre, la Model 3 que Tesla doit commencer à produire cette année et pour laquelle le constructeur affiche de grandes ambitions, devrait lui permettre de poursuivre dans cette voie en 2017. Avec ce modèle moyenne gamme, Elon Musk doit en effet pouvoir élargir sa base de clients et continuer à démocratiser une technologie pour le moment aux plus aisés. Déjà pré-commandée à près de 400.000 exemplaires, elle sera vendue autour de 35.000 dollars aux Etats-Unis. « L’usine produira des éléments pour les batteries Powerwall 2 et Powerpack 2 de la société dès le mois de janvier tandis que la production des éléments pour sa Model 3, la première voiture grand public de Tesla, devrait commencer au deuxième trimestre », précise le groupe.

Lire aussi : Mercedes se lance aussi sur le marché des batteries domestiques

Attention toutefois à la concurrence de plus en plus féroce sur ce marché. Si les groupes automobiles traditionnels ont mis du temps à réagir et à développer leur propre technologie, d’autres sont en bonne voie pour déstabiliser la domination actuelle de Tesla. C’est notamment le cas de la jeune société Faraday Future, financée par un géant chinois des télécommunications, et qui prévoit de commercialiser dès 2018 le modèle FF91, un crossover tout-électrique capable de concurrencer la Tesla Model X.

Crédits photo : Tesla

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 30 Août 2013
Téléviseur en veille au lieu d’être éteint, lumière allumée dans une pièce inoccupée, chargeur qui reste sur une prise alors que le téléphone portable est retiré… De la fin du mois d’août à la mi-septembre, EDF lance une campagne publicitaire…
mer 11 Déc 2013
Réseau de Transport d'Electricité (RTE), filiale d'EDF en charge de gérer le réseau public de lignes à haute tension, a mis en ligne jeudi 5 décembre la nouvelle version de son application éCO2mix. Cette dernière, accessible à l'adresse http://www.rte-france.com/fr/developpement-durable/eco2mix, permet…
mer 16 Sep 2015
Si la danse, en tant qu'activité physique, a toujours été bonne pour la santé, elle pourrait également devenir éco-responsable. Se déhancher toute la nuit au rythme d'une musique incessante serait en effet un bon moyen de dépenser son énergie et d'en…
lun 31 Août 2015
Deux gestionnaires de réseau de transport électrique, le français RTE et l'italien Terna, ont annoncé mardi 25 août la signature d’un protocole d’accord. Les deux entreprises souhaitent maintenir et renforcer leur coopération, alors même qu’ils collaborent actuellement à la réalisation d’une ligne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *