EDF négocie la cession de ses actifs polonais avec le gouvernement EDF négocie la cession de ses actifs polonais avec le gouvernement

EDF négocie la cession de ses actifs polonais avec le gouvernement

EDF Pologne

Confronté au veto du gouvernement polonais dans le processus de cession de sa filiale EDF Polska, le groupe français pourrait finalement trouver un terrain d’entente avec les autorités. Selon le ministre de l’énergie polonais Grzegorz Tobiszowski, le gouvernement et l’énergéticien EDF auraient entamé des négociations en vue de privilégier le rachat de ses actifs par un groupe public.

Le groupe français poursuit son programme d’allègement et se déleste progressivement de ses actifs thermiques à l’international. A l’exception de ses deux centrales françaises modernisées récemment, à Cordemais et au Havre, EDF prévoit en effet de revendre une grande partie de ses moyens de production au charbon et s’est penché en 2016 sur le cas des actifs de sa filiale polonaise EDF Polska.

Lire aussi : La Pologne, premier pays émetteur d’obligations vertes au monde

Deux acquéreurs potentiels, le fonds d’investissement australien IFM Investors et le groupe d’origine tchèque EPH s’étaient montrés intéressés, le premier par la rachat des activités de cogénération thermique du groupe français en Pologne, le second par l’acquisition de la centrale thermique au charbon de Rybnik (d’une capacité de 1,8 GW). Problème, la Pologne avait mis son véto mi-décembre à la vente de ces actifs à des groupes étrangers prétextant la crainte d’une envolée des prix. Le ministre de l’énergie polonais Krzysztof Tchorzewski aurait demandé dans ce cadre à EDF de trouver d’autres acquéreurs pour ses actifs ou d’accepter la proposition d’un acteur local.

Lire aussi : Engie vend sa centrale au charbon de Polaniec aux autorités polonaises

Si le groupe français avait émis en décembre l’hypothèse d’entamer un recours en justice pour contester cette décision, la situation pourrait finalement se débloquer assez rapidement. EDF et le gouvernement seraient, selon les dernières déclarations du ministre de l’énergie, entrés en négociation pour le rachat des actifs de cogénération et de la centrale de Rybnik par un groupe public polonais. Précisons que le marché polonais est particulièrement difficile actuellement et que le gouvernement conservateur est très ferme sur ses intentions. Le groupe Engie a par exemple lui aussi annoncé fin décembre la vente de sa centrale de Polianec à une entreprise publique polonaise (Enea), pour un montant semblerait-il assez inférieur à celui initialement fixé.

Crédits photo : Biznesalert

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 24 Juil 2014
Selon un rapport de l'association écologiste WWF qui recense les trente centrales à charbon les plus polluantes de l'Union européenne, l'Allemagne détiendrait quatre des cinq unités de production les plus émettrices de CO2. Et en effet, cette étude baptisée "Europe's…
mer 10 Avr 2013
Le charbon, première source d’énergie électrique aux États-Unis, perd du terrain face à l’exploitation croissante du gaz de schiste. Plusieurs industriels développent et construisent de nouvelles centrales à gaz. Le marché américain de l’énergie est caractérisé par la montée en…
L’Agence internationale de l’énergie (AIE) critique une fois de plus le modèle de la transition énergétique allemande dans un nouveau rapport. L’agence de l’OCDE a indiqué que le coût de la sortie du nucléaire entamée outre-Rhin n’était pas raisonnable, et…
mar 7 Fév 2017
Le groupe bancaire allemand Deutsche Bank a annoncé mardi 1er février sa volonté de ne plus financer d'activités liées au charbon conformément à son engagement de ne pas soutenir des infrastructures incompatibles avec l'accord de Paris sur le climat. Une…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *