La Russie a couvert le tiers de la consommation européenne de gaz en 2016 - L'EnerGeek

La Russie a couvert le tiers de la consommation européenne de gaz en 2016

La dépendance européenne au gaz russe se confirme. Selon les dernières déclarations du géant russe Gazprom, la Russie aurait couvert en 2016 près du tiers de la consommation de gaz du continent européen. Un niveau record qui ne semble pas affecté par les tensions croissantes avec l’Union européenne depuis 2014 sur le dossier ukrainien.

Les sanctions économiques et l’approvisionnement de l’Union Européenne

Au delà d’une crise diplomatique sans précédent entre l’Europe et la Russie depuis la fin de la guerre froide et l’annexion de la Crimée par la Russie suite au conflit ukrainien, ont redistribué les cartes de l’approvisionnement énergétique en Europe. Les sanctions économiques imposées à la Russie (reconduites récemment pour six mois supplémentaires) sont incompatibles à plus long terme avec la poursuite des importations de gaz naturel russe, et l’UE recherche va donc devoir trouver de nouvelles sources d’approvisionnement.

Lire aussi : L’Europe toujours plus dépendante du gaz russe

Existe-t-il une alternative à Gazprom ?

Un défi qui s’annonce très difficile à relever tant le gaz russe est aujourd’hui important pour l’approvisionnement du Vieux continent. Le gaz russe couvre à l’heure actuelle près du tiers de la consommation européenne, une proportion qui n’a pas réellement diminué depuis 2014. « La part du gaz de Gazprom en Europe augmente progressivement et a presque atteint le tiers de la consommation européenne« , indique le géant russe dans la dernière édition de son magazine Blue Fuel.

Si cette évolution s’explique notamment par les importantes livraisons effectuées en novembre, elle prouve surtout selon le groupe russe, qu’il est aujourd’hui « le seul fournisseur capable de mettre de manière sûre des volumes supplémentaires à ses clients en Europe« . Gazprom met en effet ses bons résultats en avant depuis plusieurs mois comme autant de preuves de la dépendance accrue de l’UE au gaz russe, bien que Bruxelles ou certains pays membres se soient opposés ces dernières années aux projets de nouveaux gazoducs.

Lire aussi : Gazoduc Nord Stream 2 : Gazprom en passe de trouver un accord avec l’Union européenne ?

Crédits photo : Gazprom

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 30 Mai 2017
A l’instar des groupes français EDF ou Engie, l’énergéticien danois se désengage lui aussi progressivement de ses activités liées aux combustibles fossiles les plus polluants. Dong Energy a annoncé mercredi 24 mai dernier, la vente de ses activités de production…
jeu 17 Jan 2013
Dans une première partie, nous avons vu pourquoi les centrales thermiques étaient indispensables dans le mix électrique de la France. Aussi important soit-il, ce parc doit se moderniser afin de s'adapter à la nouvelle législation environnementale. Le parc thermique est…
ven 9 Déc 2016
Encore relativement chers, les biocarburants ne permettent pas de proposer une alternative durable aux combustibles fossiles, bien moins onéreux. Un défi économique que les groupes Suez et Total pourraient bien relever en valorisant les huiles alimentaires usagées. Les deux groupes français ont annoncé mardi 6…
mer 21 Juin 2017
Comme prévu dans l’accord de cession du pôle énergie d’Alstom conclu en 2015, le groupe General Electric (GE) devrait bien investir dans de nouveaux moyens de production en Franche-Comté et créer plusieurs centaines d’emplois supplémentaires. Le conglomérat industriel américain a…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *