Etats-Unis : la ville de Las Vegas devient 100% renouvelable - L'EnerGeek

Etats-Unis : la ville de Las Vegas devient 100% renouvelable

La ville américaine de Las Vegas, largement connues à travers le monde pour ses casinos et ses spectacles, est aussi depuis peu devenue une référence en matière d’énergie verte. La mise en service de la centrale solaire Boulder Solar I, le 12 décembre dernier, permet à la municipalité d’alimenter la totalité de ses infrastructures via de l’énergie renouvelable, faisant ainsi de la ville, la plus grande municipalité des Etats-Unis à être approvisionnée à 100% par de l’électricité durable.

Venant s’ajouter aux turbines hydroélectriques du barrage Hoover, la centrale solaire Boulder Solar I permet à la ville de Las Vegas de profiter d’une énergie renouvelable abondante. Situé dans le désert du Nevada, cet équipement développé par SunPower, filiale du groupe français Total dédiée au photovoltaïque, dispose d’une capacité de production de 100 mégawatts (MW) et permet d’alimenter en électricité verte les 140 bâtiments municipaux, ainsi que l’éclairage public et d’autres infrastructures urbaines.

Lire aussi : États-Unis : un mix électrique à 100% solaire?

Las Vegas est devenue « un leader mondial du développement durable« , se félicite Carolyn Goodman, maire de la ville. Il faut dire qu’elle est à ce jour la plus grande ville du pays à s’alimenter uniquement en énergie décarbonée , et la seconde du pays après Burlington dans le Vermont en 2014. Une performance permise également par les nombreuses mesures de réduction de la consommation d’énergie mises en place par la municipalité depuis 2008 et l’installation de panneaux solaires sur les toits des bâtiments. « La consommation énergétique municipale a déjà été réduite de plus de 30% depuis 2008« , ajoute pour sa part Tom Perrigo, directeur du planning et directeur du développement durable de la ville.

Lire aussi : En route vers un mix 100% renouvelable, Hawaï se dote d’une centrale marémotrice 

Selon le journal local Las Vegas Review, ce mix énergétique 100% vert, conjugué aux économies d’énergie déjà réalisées par les équipements concernés va permettre à la cité d’économiser 5 millions de dollars (4,8 millions d’euros) par an.

Crédits photo :

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 23 Août 2016
Depuis la ratification de l’accord de Paris à l’issue de la COP21, la communauté internationale s’est engagée à développer les énergies renouvelables. Pourtant, l’intermittence des ENR limite pour l’instant l’exploitation des énergies propres. Pour solutionner ce problème, la société canadienne…
jeu 18 Sep 2014
Alors que le projet de loi de transition énergétique défendu par Ségolène Royal entrera au programme du Parlement en procédure accélérée dès la 1 er octobre prochain, Jean-Louis Bal, président du syndicat des énergies renouvelables, a exprimé devant la Commission…
lun 10 Juin 2013
L’énergie thermique des mers (ETM) est une énergie renouvelable et disponible continuellement. Elle exploite la différence de température des eaux de surfaces et des eaux de profondeur pour produire de l’électricité. Le principe de l'ETM a été élaboré dès la…
jeu 18 Juin 2015
Dans un nouveau rapport publié ce lundi 15 juin 2015, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme en matière de réchauffement climatique et demande des engagements supplémentaires de la part des Etats pour limiter à…

COMMENTAIRES

  • Pourquoi ne précise-t-on pas que la puissance d’une installation solaire s’exprime en puissance crête, une puissance théorique presque jamais atteinte, que la production est intermittente et que le facteur de charge moyen annuel est situé entre 10 et 15 % suivant la situation et la latitude du lieu d’installation ? Une rectification de haute importance !

    Répondre
    • Facteur et rectification de plus haute importance encore ! : pourquoi C02 ne s’informe-t-il jamais mieux sur les réalités et notamment le niveau d’ensoleillement dans le désert du Nevada, le fait que l’approvisionnement de Las Vegas s’effectue principalement via des centrales thermo-solaires avec stockage à un prix plus que compétitif à celui d’un EPR en France et dont le facteur de charge est donc bien plus élevé. En plus c’est recyclable à quasiment 100%, il n’y a aucun risque ni déchets d’ultra-longue durée comparativement à d’autres énergies bien plus sales comme l’uranium avec en plus forte dépendance et forte consommation d’eau pas appropriée au Nevada entre autres, hein !

      Répondre
      • Je parlais du cas général du photovoltaïque. Dans le cas du thermos-solaire, quel en est le facteur de charge et le rendement avec stockage et quel en est le cout du MWh ? Et quelle surface immobilisée pour le stockage au MWh ?

        Répondre
        • Le facteur de charge moyen du PV en France est plutôt de 15% actuellement et tend à s’améliorer encore mais on s’en fiche un peu car c’est sans risques, la ressource est gratuite, le coût toujours en baisse, l’utilisation de plus en plus optimale (composants en couches ultra-fines etc) et c’est recyclable à près de 100%.

          C’est beaucoup plus gênant pour le nucléaire de n’avoir qu’un rendement de 33% en France car çà produit des déchets très risqués de durée de vie de plus de 100.000 ans, qui sont de plus très mal utilisés au plan énergétique (2%) et l’uranium est importé de pays instables et sa ressource est limitée entre 50 et 70 ans selon son développement à venir. De plus de part ce mauvais rendement çà consomme des dizaines de milliards de litres d’eau chaque année et comme il y a de plus en plus souvent de périodes de sécheresses et d’aspects de qualité des eaux c’est un sérieux problème. Par exemple aux Etats-Unis c’est 37 milliards de litres d’eau évaporés chaque année dans des Etats qui manquent d’eau de manière cruciale avec importants impacts sur le secteur agricole notamment et ce à cause du seul nucléaire.

          Je n’ai pas regardé les derniers chiffres des installations thermo-solaires dans le Nevada mais de mémoire le facteur de charge était proche de 25% et le coût moyen stockage inclus partait d’un montant d’environ 130 euros/MWh mais en baisse régulière du fait que la ressource est gratuite. En terme de surface/MWh je n’ai pas regardé non plus mais dans ce type d’installation c’est souvent principalement du stockage en sous sol donc sans objet et rien à voir avec un stockage sous forme de barrage comme pour le nucléaire, par nature nettement plus étendu et demandant des conditions bien spécifiques, de plus totalement incompatibles avec la situation du Nevada entre autres.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *