Areva : les japonais MHI et JNFL tentés par une prise de participation - L'EnerGeek

Areva : les japonais MHI et JNFL tentés par une prise de participation

Alors que la restructuration du groupe nucléaire français avance à grands pas, de possibles prises de participation par des compagnies étrangères se précisent. Les entreprises japonaises Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) pourraient, selon une information du journal nippon Yomiuri publiée le 8 décembre dernier, prendre une participation combinée de 10% dans le groupe Areva d’ici le mois de janvier.

Entérinée par la signature d’un contrat de cession le 16 novembre dernier entre Areva et EDF, la restructuration du groupe nucléaire français et son besoin de recapitalisation offrent des opportunités d’investissements à d’autres partenaires privés. Des rapprochements avaient déjà été engagés ces derniers mois dans le but de faire entrer de nouveaux investisseurs étrangers dans NewCo et Areva NP aux côtés d’EDF, et d’aider ainsi l’électricien français à remettre le groupe Areva sur les rails.

Lire aussi : Nucléaire : les activités réacteurs d’Areva passent sous le giron d’EDF

En marge de leur collaboration dans le cadre du projet de réacteur ATMEA, le groupe EDF et le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) avaient notamment évoqué, lors de la signature d’un protocole d’accord en juin dernier, la possibilité d’une prise de participation minoritaire de MHI dans Areva NP « au titre de partenaire stratégique ». Une information qui semble se confirmer selon le quotidien japonais Yomiuri. Les groupes nucléaires nippons MHI et JNFL (Japan Nuclear Fuel Limited) seraient en effet sur le point d’investir à hauteur de 10% du capital d’Areva. « En tant que membre de l’industrie nucléaire japonaise, nous travaillons activement (avec Areva) au sujet du redressement de ses activités, mais nous ne pouvons donner plus de précisions pour des raisons de confidentialité », a réagi un porte-parole de MHI, interrogé par l’AFP. D’autres collaborateurs ont également été cités comme le chinois CNNC, déjà partenaire d’EDF sur le dossier de l’EPR britannique, ou le groupe kazakh Kazatomprom.

Lire aussi : Nucléaire : Areva participe à la construction d’une nouvelle usine de combustible au Kazakhstan

Rappelons que le plan de sauvetage d’Areva prévoit le recentrage du groupe sur les activités liées au cycle du combustible, logées dans la nouvelle société NewCo dont l’Etat français détiendra directement ou indirectement (via la holding Areva SA) au moins 67% du capital, tandis que des investisseurs tiers pourraient se partager le solde. De son côté, la participation acquise par EDF au sein de la nouvelle entité Areva NP (dédiée à l’activité réacteur), pourrait à terme être réduite à une participation cible d’au moins 51%, lui assurant un contrôle exclusif, celle d’Areva – NewCo serait alors de 15 % et le solde proposé à des partenaires minoritaires.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 21 Mar 2017
Fragilisé à plusieurs reprises ces dernières années lors des arrêts temporaires de trois réacteurs nucléaires pour cause de maintenance, le système d'approvisionnement belge ne semble pas pouvoir se passer dans l'immédiat de ses centrales de production nucléaire sans faire peser…
ven 6 Nov 2015
L’Australie est le 3ème producteur mondial d’uranium, derrière le Kazakhstan et le Canada. Paradoxalement, le pays est aussi le 1er émetteur de gaz à effet de serre par habitant. C’est pourquoi, l’ancien Premier ministre Tony Abbott proposait de développer le nucléaire civil,…
jeu 3 Juil 2014
Engagement de la campagne présidentielle de François Hollande, la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne semble acquise même si les colonnes des Echos parlent cette semaine d'un scénario alternatif : fermer deux autres réacteurs plutôt que ceux de Fessenheim. D’une part car les…
mer 22 Avr 2015
Après l’annonce par l’ASN de la découverte d’une anomalie concernant la composition de la cuve de l’EPR de Flamanville, plusieurs voix se sont élevées pour mettre en doute l’avenir du chantier. Une perspective depuis réfutée par la ministre de l’Energie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *