L'ASN valide le redémarrage de 8 réacteurs nucléaires sur 12 - L'EnerGeek

L’ASN valide le redémarrage de 8 réacteurs nucléaires sur 12

parc nucléaire

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné lundi 5 décembre son accord de principe pour le redémarrage de 8 des 12 réacteurs nucléaires français encore concernés par des contrôles de sûreté. L’ASN a jugé que les anomalies présentées par les générateurs de vapeur de certaines unités n’entraînaient pas de risques, sous réserve toutefois d’un contrôle au cas par cas.

« On considère que le redémarrage des réacteurs concernés par des excès de carbone des générateurs de vapeur peut-être envisagé, moyennant un certain nombre de vérifications, réacteur par réacteur« , a déclaré lundi à l’AFP le président de l’ASN Pierre-Franck Chevet. « Des vérifications qui ne devraient pas remettre en cause la conclusion« , a-t-il ajouté sur la base des analyses et études remises par le groupe EDF au mois de novembre.

En juin dernier, l’ASN avait demandé à l’exploitant EDF de mener des essais complémentaires sur les générateurs de vapeur équipant 18 réacteurs, potentiellement affectés par des teneurs en carbone excessives. Certains fonds primaires de ces générateurs, fabriqués par Areva au Creusot (Saône-et-Loire) ou par JCFC au Japon, pouvaient en effet présenter une zone de concentration importante en carbone, pouvant affaiblir leurs propriétés mécaniques.

Lire aussi : Les réacteurs nucléaires contrôlés pourraient repartir dans un mois selon l’ASN

Si les six générateurs de vapeur forgés par le Creusot, après contrôle, avaient été considérés comme ne posant pas de problème en termes de sûreté, et rapidement redémarrés, la question s’était focalisée depuis la rentrée sur les 12 fabriqués pour partie par JCFC. Or, sur ces 12, huit tranches viennent d’obtenir le feu vert de l’ASN sous réserve de vérification « au cas par cas » que leurs générateurs de vapeur ne présentent pas d’anomalie rédhibitoire. L’ASN explique qu’elle se prononcera pour chaque unité une fois qu’EDF lui aura fourni le résultat de ces ultimes vérifications.

Pour statuer, le gendarme du nucléaire français s’est appuyé sur l’expertise technique de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), dont l’évaluation « a permis de conclure à l’absence de risque de rupture brutale pour les générateurs de vapeur de fabrication JCFC », ainsi que l’expose son avis rendu le 30 novembre.

Lire aussi : Les fournisseurs d’électricité français augmentent leur demande d’énergie nucléaire

Au final, seuls quatre réacteurs restent encore à contrôler d’ici le mois de janvier lors des arrêts prévus dans ce cadre par le groupe EDF. L’ensemble du parc nucléaire sera alors disponible pour répondre à la demande d’énergie hivernale.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 17 Mar 2016
Selon le magazine Challenges, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, doit rencontrer ce jeudi 17 mars le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy. Au cours de cette entrevue, les deux hommes pourraient décider de recapitaliser l’énergéticien jusqu'à environ 12 milliards d’euros. (suite…)
ven 25 Mar 2016
Le 11 mars dernier, le Japon commémorait le cinquième anniversaire de l'accident de Fukushima. Un événement tragique qui a encouragé depuis une forte remise en question des professionnels du secteur nucléaire en termes de sécurité et de sûreté des installations.…
lun 23 Mar 2015
Quelques semaines après qu'aient été posés les premiers jalons d'une "Union européenne de l'Énergie", le Président de la République François Hollande a convié le Président-Directeur Général d'EDF, Jean-Bernard Lévy, à s'exprimer en marge du Conseil Européen sur ce qui est, pour…
mar 5 Déc 2017
A l'heure où l'hypothèse d'une prolongation d'activité des réacteurs nucléaires français pour une décennie supplémentaire se dessine, la question de la sûreté et de la sécurité au sein et autour de nos centrales est plus que jamais d'actualité. La politique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *