Les professionnels français critiquent le nouveau paquet énergie de l'UE Les professionnels français critiquent le nouveau paquet énergie de l'UE

Les professionnels français critiquent le nouveau paquet énergie de l’UE

énergies renouvelables

Seulement quelques jours après la publication du nouveau paquet énergie européen, mercredi 30 novembre dernier, les organisations professionnelles françaises du secteur de l’énergie ont exprimé leurs inquiétudes concernant plusieurs mesures envisagées par Bruxelles. La Commission européenne manquerait selon elles clairement d’ambitions dans un programme de mesures jugé toujours trop timoré.

L’exécutif européen a publié la semaine dernière une nouvelle mouture de son paquet énergie applicable à compter de 2020 et destiné à réformer le marché de l’électricité de l’Union et honorer son engagement de réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Un ensemble de mesures et de réformes pour la bonne cause donc mais qui ne semble pas pour autant faire l’unanimité après des professionnels du secteur.

En effet, si le Syndicat des énergies renouvelables (SER), principale organisation professionnelle du secteur, et l’Union française de l’électricité (UFE), ont tous deux salué certaines mesures très positives annoncées par la Commission mercredi dernier, ils ont surtout pointé du doigt plusieurs insuffisances déterminantes contenues dans ce paquet énergie.

Lire aussi : Bruxelles dévoile de nouvelles mesures de transition énergétique

Le SER a souligné jeudi le manque d’ambition des propositions de la Commission européenne pour réorganiser le secteur de l’énergie de l’UE, en particulier pour les énergies vertes. Le syndicat regrette notamment que la Commission européenne n’ait pas écarté formellement le concept d’appels d’offres à neutralité technologique, qui mettraient en concurrence les énergies renouvelables entre elles de manière indifférenciée et réduiraient la visibilité des différentes filières (solaire, éolien, etc.). Le SER estime également décevant l’objectif réaffirmé d’une part de 27% d’énergies renouvelables dans la consommation énergétique en 2030, et demande une revalorisation à l’instar de celle appliquée à la baisse des consommations d’énergie. « Ce premier projet de directive pour les énergies renouvelables constitue une base de discussion intéressante, même si les professionnels du secteur regrettent un certain manque d’ambition, a résumé le président du SER », Jean-Louis Bal.

Lire aussi : Particuliers, comment passer aux énergies renouvelables?

De son côté, l’UFE a regretté l’absence d’un signal carbone fort et plaidé pour la mise en place d’une réforme volontariste du marché européen des quotas d’émissions de CO2 (ETS). Précisons toutefois que ce paquet énergie n’est pour l’instant qu’un projet de loi sur lequel le Parlement européen et le Conseil européen devront se prononcer courant 2017.

Crédits photo : Kenueone

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 24 Avr 2017
La start-up Sylfen vient tout juste de remporter le Prix de l'innovation Le Monde Smart Cities dans la catégorie Energie. Une consécration pour cette entreprise grenobloise née il y a deux ans et qui en est encore au stade du…
mar 30 Avr 2013
Selon une étude publiée par Eurostat, la part de l’énergie renouvelable dans la consommation en Europe est passée en 2011 à 13%, contre 12,1% en 2010. L’objectif de l’Europe des 27 est de passer à 20% d’ici 2020. Chaque objectif…
jeu 25 Sep 2014
EDF EN, filiale du groupe EDF spécialisée dans les énergies renouvelables, a inauguré cette semaine un nouveau centre d'exploitation et de maintenance dédié aux équipements renouvelables, déjà nombreux dans la région. Cette nouvelle antenne assura des missions de gestion et…
jeu 13 Avr 2017
Historiquement positionné comme opérateur de services à valeur ajoutée dans les télécommunications, Budget Telecom étend désormais son action sur le marché de l'énergie renouvelable. Le groupe Montpelliérain a annoncé mi-avril le lancement de Mint Energie, une nouvelle offre d’électricité 100…

COMMENTAIRES

  • Le SER a de quoi être inquiet : la toute puissante Direction Générale de la Concurrence à Bruxelles s’apprête à supprimer tout avantage aux EnR qui constituerait une distorsion de concurrence vis à vis des autres sources d’énergie électrique. En particulier les subventions et l’accès prioritaire au réseau communautaire.
    Comme charbon et autres sources fossiles devraient décroître avec la taxe carbone et les engagements pris lors de la COP21, les EnR (éolien et solaire essentiellement) vont devoir se confronter au nucléaire ; or ce dernier a deux énormes atouts
    – il est nettement plus économique (si on supprime évidemment les aides financières de ses concurrents)
    – il s’adapte à la demande quelle que soit la météo !
    Cela devrait suffire à rendre ces EnR marginales dans notre pays, et à inciter les autres à développer le nucléaire. En attendant, elles constituent des sources d’appoint intéressantes notamment dans des mix carbonés comme en Pologne.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *