Dalkia inaugure une nouvelle chaufferie biomasse à Caen - L'EnerGeek

Dalkia inaugure une nouvelle chaufferie biomasse à Caen

Caen chaufferie bois

Dalkia, filiale du groupe EDF spécialisée dans les services d’efficacité énergétique, l’Ademe et la ville de Caen, ont inauguré vendredi 18 novembre dernier, une nouvelle chaufferie biomasse. Cette installation alimentée en bois permettra d’approvisionner en chaleur renouvelable plus de 7.000 équivalent-logements.

Entamé en 2015, le chantier de la nouvelle chaufferie biomasse caennaise est arrivé à son terme. L’installation flambant neuve a été inaugurée la semaine dernière et permettra de chauffer au bois les logements et bâtiments publics des quartiers sud de la Guérinière et de la Grâce de Dieu. Au total, plus de 3000 foyers et une dizaine d’établissements scolaires et de santé bénéficieront d’un chauffage au bois qui couvrira 60% de leurs besoins énergétiques, le complément étant assuré par la cogénération et les chaudières à gaz existantes.

Lire aussi : Liger, le projet qui symbolise la Bretagne renouvelable

Cette installation « consommera dans un premier temps 13.700 tonnes de bois par an et assurera 60% des besoins soit 30.000 MWh, complétés par les chaudières gaz existantes. A partir de 2022, elle brûlera 19.000 tonnes de bois par an pour combler 86% des besoins« , explique sur le site Liberté Nicolas Joyau, maire-adjoint à la ville de Caen.

Lire aussi : La biomasse, une source d’énergie prometteuse

Ce projet, d’un coût global de 11 millions d’euros financé par Dalkia et l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) de Basse-Normandie, se veut à la fois économique et écologique. Les milliers de foyers concernés bénéficieront en effet d’une facture allégée et désindexée du prix et des taxes pétrolières et gazières. Les émissions de CO2 se trouveront quant à elles fortement diminuées. Le bois sera d’origine forestière et bocagère dans un rayon de 150 km autour de Caen et les fumées seront filtrées permettant ainsi de réduire de 90% les rejets de gaz à effet de serre liés à la combustion. Les centaines de kilos de cendres récoltées serviront quant à elles d’engrais naturel pour les cultures alentours.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 29 Sep 2016
Le Royaume du Maroc, situé sur la côte nord-ouest de l'Afrique du Nord, vient de se lancer dans un ambitieux projet de rénovation énergétique de ses lieux de culte. Baptisé "mosquée vertes", ce programme témoigne une fois de plus de…
sam 13 Mai 2017
Le 20 janvier 2017, l'école des Mines située à Albi a inauguré en grandes pompes sa toute nouvelle plateforme de recherche nommée Valthéra. Un outil de recherche et développement qui vient renforcer les capacités de l'école et qui doit permettre…
ven 2 Juin 2017
Si tout le monde redoutait une telle décision sans trop vraiment y croire (l’optimisme était plutôt de mise ces dernières semaines), Donald Trump a fini par mettre ses menaces à exécution. Le Président américain, climato-septique affirmé, a annoncé jeudi 1er…
sam 1 Juil 2017
La forte mobilisation des villes américaines à la suite de la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l’Accord de Paris nous l’avait déjà démontré, les villes ont un rôle déterminant à jouer dans le combat climatique et…

COMMENTAIRES

  • Dommage de ne pas coupler plus souvent le solaire avec capteurs sous vide aux réseaux de chaleur, ce qui permet de moins impacter la ressource bois et dont le coût s’amortit rapidement, comme le font des villes comme Châteaubriant en Loire-Atlantique et d’autres.

    De même l’utilisation de biogaz plutôt que du gaz importé. A côté des grosses unités de biogaz, SEaB Energy parmi d’autres a développé des unités décentralisées dont le bilan est très positif puisque les transports sont évités. Cà concerne également beaucoup plus d’entreprises et de producteurs de biogaz potentiels :

    https://youtu.be/WS1EMy2zwJI

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *