Le chauffage à bois: une solution valable face à une baisse de la production électrique ? - L'EnerGeek

Le chauffage à bois: une solution valable face à une baisse de la production électrique ?

chauffage bois renouvelables

Face à l’éventualité d’une baisse de la production électrique cet hiver du fait de l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires, le SER (Syndicat des énergies renouvelables), a choisi de mettre en avant les atouts du bois, première source d’énergie renouvelable en France. Le chauffage à bois, utilisé par 8 millions de foyers français, pourrait en effet apporter une solution de substitution temporaire afin de répondre aux pics de consommation attendus lors de l’hiver 2017.

Si l’approvisionnement électrique national devrait bien être assuré dans les mois à venir, le gestionnaire de réseau RTE choisit de jouer la carte de la prudence et de mobiliser l’ensemble des ressources disponibles.

Lire aussi : Contrôle des réacteurs nucléaires : le groupe EDF maintient son calendrier

En cas d’une baisse de production prolongée et handicapante, RTE pourrait avoir recours aux autres sources d’énergies à sa disposition comme l’hydroélectricité, le solaire, l’éolien ou le bois. Cette dernière source, moins connue mais largement développée dans l’hexagone, se présente selon le SER comme une solution de complément ou de remplacement efficace du chauffage électrique.

« Quelque 3,5 millions de ménages chauffés à l’électricité sont équipés d’un appareil de chauffage au bois, tout comme 4 millions de ménages chauffés avec une énergie fossile (fioul ou gaz)« , rappelle le SER dans un communiqué publié la semaine dernière. Le bois brûlé dans les cheminées, les poêles ou les chaudières permettent déjà de produire en moyenne 5.000 kilowattheures par an et de réduire la pointe de puissance électrique de 5 à 10 GW en période de grand froid, soit l’équivalent de 5 à 10 réacteurs nucléaires. Dans le contexte actuel, cette ressource à la fois stable et bon marché pourrait donc largement combler une baisse temporaire de la production nucléaire.

Lire aussi : Liger, le projet qui symbolise la Bretagne renouvelable

« Au delà de cet hiver, le développement du chauffage domestique à bois (renouvellement d’appareils anciens et primo acquisitions) est stratégique pour garantir la sécurité d’approvisionnement« , ajoute le syndicat, plaidant pour un soutien accru du gouvernement à la filière. Le SER demande notamment qu’une prime à la casse pour les vieux appareils soit mise en place afin de permettre la diffusion de nouveaux équipements plus performants.

Crédits photo : Miguel Bugallo Sánchez

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 27 Juin 2017
Si certaines tranches au charbon bénéficient d’un programme complet de modernisation et de reconversion, comme au Havre ou à Cordemais par exemple, la majorité des anciennes centrales thermiques du groupe EDF, ont déjà fermé ou fermeront prochainement. Inadaptées aux nouvelles…
ven 5 Jan 2018
Le gestionnaire du réseau de transport de gaz GRTgaz a officialisé, jeudi 4 janvier 2017, le raccordement de deux nouveaux sites d'injection de biométhane. Situés à Noyen-sur-Seine en Seine-et-Marne, et aux Essarts-en-Bocage en Vendée, ces deux nouvelles installations produiront dès…
mar 29 Nov 2016
Très peu évoquées lors des débats de la primaire de la droite et du centre, les questions environnementales et énergétiques n'en sont pas moins essentielles pour une majorité des français. C'est ce que révèle un nouveau sondage Ifop (réalisé pour…
jeu 17 Jan 2013
Dans une première partie, nous avons vu pourquoi les centrales thermiques étaient indispensables dans le mix électrique de la France. Aussi important soit-il, ce parc doit se moderniser afin de s'adapter à la nouvelle législation environnementale. Le parc thermique est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *