Israël lance des appels d'offres pour l'exploration de 24 champs gaziers - L'EnerGeek Israël lance des appels d'offres pour l'exploration de 24 champs gaziers - L'EnerGeek

Israël lance des appels d’offres pour l’exploration de 24 champs gaziers

Désireux d’accélérer le développement de l’exploitation de ses ressources gazières, Israël a lancé officiellement mardi 15 novembre plusieurs appels d’offres relatifs à l’exploration de 24 champs gaziers en mer Méditerranée. Israël espère trouver des gisements de taille comparable à ceux de Tamar et Leviathan, porteurs de grands espoirs ces dernières années.

Les réserves de gaz et de pétrole d’Israël sont potentiellement considérables. Le petit Etat du Proche-Orient a en effet mis au jour plus de 900 milliards de mètres cube de gaz naturel et ses nouvelles réserves pourraient atteindre environ 2.200 milliards de mètres cubes. « La plus grande partie du gaz naturel de la zone maritime économique est encore à découvrir« , a déclaré le ministre de l’énergie Youval Steinitz, lors d’une conférence de presse.

Des quantités bien supérieures à sa propre consommation qui lui permettraient dans un premier temps d’entrevoir l’indépendance énergétique (Israël est aujourd’hui fortement dépendant de l’étranger) et d’augmenter de manière significative des exportations à même de favoriser l’établissement de nouveaux liens stratégiques dans la région. La Jordanie a par exemple signé en septembre un premier accord d’achat de gaz provenant du gisement de Leviathan. Cet accord porte sur un volume de 8,4 millions de mètres cube de gaz par jour pour une période de 15 ans, avec une option de 1,4 million de mètres cube supplémentaires.

Lire aussi : Israël compte sur la tour Ashalim pour verdire son mix énergétique

Mais ses voisins directs ne sont pas les seuls visés par Israël qui souhaiterait également exporter son gaz vers l’Europe. Les autorités israéliennes envisagent plusieurs alternatives pour atteindre l’Europe, notamment via la Jordanie, l’Egypte, Chypre et la Grèce, mais également la Turquie. « Nous avons décidé de faire avancer le projet de gazoduc pour l’exportation d’Israël vers la Turquie en vue notamment d’exporter vers l’Europe« , a ajouté M. Steinitz, rappelant que ce projet avait largement favorisé la normalisation des relations entre les deux pays.

Le gouvernement israélien espère que l’exploration des nouveaux champs gaziers aboutira à la découverte de réserves comparables à celles des gisements de Tamar et Leviathan, délivrant respectivement 238 milliards de m3 et 535 milliards de mètres cube de gaz.

Lire aussi : Gazoduc Nord Stream 2 : Gazprom en passe de trouver un accord avec l’Union européenne ?

Crédits photo : Globes Publisher Itonut Ltd. 2016 – IsraelValley

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 31 Mai 2016
Rassemblés au Japon, les chefs d'Etat du G7 viennent de prononcer la fin des subventions aux énergies fossiles d’ici 2025. Une décision logique au lendemain de la COP21, alors que le secteur de l’énergie est le principal responsable des émissions de gaz…
lun 29 Fév 2016
En entamant le démantèlement de l’ancienne centrale thermique à Bellefontaine, l’île de la Martinique souhaite accélérer sa transition énergétique. En octobre 2014, le conseil régional et EDF Martinique avaient notamment signé une convention prévoyant « la création d'un pôle de transition énergétique…
mer 28 Mai 2014
Si le lac Kivu est un des plus grands lacs africains, il est également un des plus dangereux en raison des grandes quantités de gaz qu'il contient. Afin de remédier au problème, le gouvernement rwandais et la société américaine ContourGlobal…
lun 27 Fév 2017
Autrefois vu comme le symbole d’une révolution industrielle triomphante, le charbon est aujourd’hui devenu persona non grata dans le mix énergétique des pays développés. Pointé du doigt pour son empreinte carbone trop élevée, il a tenté un retour en grâce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *