La lutte contre le réchauffement climatique est-elle morte ce matin ? - L'EnerGeek

La lutte contre le réchauffement climatique est-elle morte ce matin ?

Entre la remise en cause de l’accord de Paris sur le climat, la levée des restrictions à la production d’énergies fossiles et la suppression de l’Agence américaine de protection de l’environnement, la politique climatique et environnementale de Donald Trump est à l’image du futur 45ème président des Etats-Unis : brutale et rétrograde.

La fin de la lutte contre le réchauffement climatique a-t-elle sonné avec l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche ? Mercredi 9 novembre, au petit matin, alors que le monde se réveille – ou s’endort – abasourdi, la question se pose. Car celui qui, début 2017, deviendra le 45ème président des Etats-Unis, est loin d’avoir un programme vertueux en la matière. C’est un euphémisme.

La politique du futur « homme le plus puissant de la planète » – bien que le titre fasse débat – en matière d’environnement et de climat tient en effet en un terme : « climatosceptique ». Pire qu’un statu quo – ce qui serait déjà catastrophique -, Donald Trump promet, dès son arrivée à Washington, de faire machine arrière. L’accord de Paris sur le climat, arraché l’an dernier pour maintenir la hausse des températures globales à 2 °C ? Balayé d’un revers de main. Et ce alors même que la Conférence des parties qui se tient en ce moment à Marrakech (COP22) cherche à mettre en actions la COP21. Ségolène Royal, la ministre française de l’Environnement et présidente de la Conférence de Paris, s’est à ce titre voulue rassurante : Donald Trump « ne peut pas, contrairement à ce qu’il dit, dénoncer l’accord de Paris ». Ses intentions n’en sont pas moins néfastes.

Lire aussi : L’accord de Paris sur le climat entre en vigueur aujourd’hui

Sous le mandat du milliardaire, les Etats-Unis annuleront dès lors les aides colossales initialement prévues aux Nations unies pour financer les programmes de lutte contre le changement climatique. Le projet américano-canadien décrié d’oléoduc Keystone XL, auquel Barack Obama avait mis son veto en février 2015, sera naturellement relancé. Pour l’abreuver ? Des hydrocarbures issus des sables bitumeux de l’Athabasca, au Canada ; un type de pétrole non-conventionnel dont l’extraction est extrêmement émettrice de gaz à effet de serre.

En matière d’or noir, Donald Trump espère également voir produits en masse les hydrocarbures de schiste, alors que les Etats-Unis sont devenus, l’an dernier, le premier producteur de pétrole au monde grâce à la roche de schiste. Il lèverait pour ce faire toutes les restrictions à la production d’énergies fossiles. L’Agence américaine de protection de l’environnement, rattachée au gouvernement, ne sera d’ailleurs plus là pour s’y opposer : le futur chef de l’Etat devrait la supprimer peu après sa prise de fonctions.

Lire aussi : La consommation de pétrole augmente dans les pays du G20

Quoi de plus surprenant. Donald Trump a toujours affirmé qu’il plaçait la relance de l’économie – en jouant la carte du protectionnisme… – au-dessus de la défense de l’environnement. Des gaz à effet de serre plutôt que l’arrêt d’un pipeline ; la hausse du thermomètre planétaire plutôt que la fin des énergies fossiles. L’homme d’affaires serait ainsi moins contempteur de la protection environnementale que pro-business farouche. Mais de là à dire qu’en matière de climat il est un faux sceptique, non. Fosse septique, à la rigueur.

Mise à jour 09.11.2016, 12h30

Crédits photo : AP photo/LM Otero

Rédigé par : jacques-mirat

mer 28 Juin 2017
Première énergie renouvelable de France à la fois décarbonée et réactive aux brusques fluctuations de la demande en électricité, l'hydroélectricité présente à ce jour tous les avantages pour accompagner durablement le mouvement de transition énergétique et accentuer son poids dans…
mar 26 Juil 2016
Dans un communiqué de presse publié le 22 juillet dernier, le ministère du développement durable dresse le bilan de la transition énergétique un an après l’adoption de la loi. En consacrant plusieurs milliards d’euros à la « décarbonisation » de son économie,…
ven 21 Avr 2017
A l'image de certains prototypes de turbines volantes développés par les start-up américaines Altareos Energies ou Makani Power, le groupe énergétique allemand souhaiterait lui aussi augmenter la productivité de l'énergie éolienne en allant chercher les vents soufflants en altitude, à…
mer 16 Déc 2015
Si construire une centrale hydroélectrique en plein désert peut paraître de prime abord très surprenant, voire complètement absurde, le groupe énergétique chilien Valhalla ne s'en laisse pas compter et entend bien mener à terme son projet de centrale hydraulique de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *