La « ville intelligente », d’abord une ville de services - L'EnerGeek La « ville intelligente », d’abord une ville de services - L'EnerGeek

La « ville intelligente », d’abord une ville de services

La « ville intelligente » désigne l’utilisation stratégique du numérique dans la planification et la gestion urbaines en vue de favoriser le développement de métropoles durables. La promesse de cette ville est donc de devenir plus efficace, plus respectueuse de l’environnement et socialement plus inclusive grâce à l’utilisation des technologies numériques.

Cela passe par plusieurs axes : la dématérialisation et la fluidification des échanges ; la création et le partage de connaissances sur la ville ; la participation des acteurs ainsi que de nouvelles formes d’interactions et le développement des usages et services urbains.

Quelles technologies pour cette intelligence ?

Les méthodes numériques permettent d’observer, de modéliser, de simuler, d’échanger et de recommander. Elles fournissent des outils d’analyse – voire de prédiction – dynamiques des capteurs urbains et du développement de communautés virtuelles via une diversité de plateformes et de réseaux sociaux.

Il s’agit donc de s’adapter à la connectivité permise par l’ubiquité numérique et de repenser le modèle économique de la ville.L’essentiel du travail de l’information est déjà numérisé par l’utilisation d’ordinateurs portables, de tablettes et de smartphones. Le développement de l’Internet des objets et le déploiement de capteurs numériques permet ainsi de numériser et de connecter des tâches, des processus et des opérations. Et le cloud computing offre une puissance informatique quasiment illimitée et à faible coût.

L’avènement du micro-entrepreunariat

À l’instar de toutes les innovations qui se développent en prenant appui sur ces potentiels, on assiste au développement de micromodèles d’affaires tels que le libre service de vélos ou plus récemment de scooters. Ces nouveaux business models permettent aux utilisateurs d’avoir entièrement accès à un produit, mais de ne payer que pour l’usage qu’ils en font.

L’augmentation des capacités de produits « intelligents connectés » conduit à réinterroger les chaînes de valeur ; de nouvelles interactions et expériences d’usage, de nouveaux services deviennent possibles. Dans ce cadre, la vraie révolution du numérique consiste à mettre à jour la valeur d’usage. Ceci appelle tous les acteurs urbains à changer de vision.

La smart city est donc une ville qui se repense et se recycle en continu pour répondre aux besoins de ses habitants.

Sur fond de restrictions budgétaires

Tout ceci intervient dans un contexte de réduction des financements publics, appelant de nouveaux modes d’action, prenant appui notamment sur des partenariats publics/privés à l’image du programme Smile pour la transition énergétique en Bretagne.

Des acteurs locaux explorent de nouvelles pistes, multiplient les innovations, essaient de concilier performance écologique et maîtrise des coûts, inventent de nouvelles approches de participation (financement participatif, autoconstruction, boucles énergétiques…).

On voit ainsi émerger des projets de boucles énergétiques locales ; on peut citer celles des îles du Finistère (Sein, Molène, Ouessant, Batz et Saint-Nicolas des Glénans) ou encore le réseau d’électricité locale de la coopérative TransActive Grid de Brooklyn (New York), qui combine énergie renouvelable et économie du partage grâce à la technologie blockchain et ses échanges décentralisés et sécurisés entre particuliers.

Une ville durable peut donc se définir par la capacité contributive des acteurs à concrétiser la durabilité de leur territoire, tant au niveau individuel qu’au niveau collectif. Il s’agit dès lors de développer le patrimoine immatériel territorial et d’engager l’ensemble des acteurs à venir renforcer ce patrimoine.

Qui crée quelle valeur dans la ville ?

Comment faire plus avec moins, accompagner les transformations de société et les modes de vie, s’inscrire dans une soutenabilité écologique ?

Le modèle économique global de la ville correspond à la façon dont ses acteurs créent, fournissent et récupèrent de la valeur sur le territoire. Le nouveau modèle économique de la ville fondé sur le long terme, la collaboration et la valeur d’usage doit se réinventer et s’inspirer de modèles d’affaires au niveau micro-économique et largement influencés par le numérique tels que l’économie circulaire ou collaborative.

Sur le long cours, contribuables, propriétaires et usagers de services paient pour la ville et doivent contribuer à dessiner les différentes orientations urbaines.

Les services au cœur de la ville

La smart city est servicielle et permet de faire face à de nouveaux modes de vie, à des temporalités plus complexes, et donc à de nouvelles attentes des habitants.

Les services répondent à une logique de production-distribution impliquant des transformations dans la planification urbaine. Il s’agit d’extraire le maximum de valeur et de bénéfices des équipements et aménagements de l’espace, de développer la logistique, les infrastructures numériques, mais aussi les ressources humaines, la gouvernance, le modèle économique de la ville et les modèles d’affaires.

Les expérimentations autour des smart cities bénéficiant actuellement de la plus grande visibilité se déroulent en Europe, aux États-Unis, en Asie et au Moyen-Orient. Ces projets promeuvent la vision d’une ville intelligente s’appuyant sur des investissements significatifs, requis par le déploiement de solutions de hautes technologies, demandeuses en capitaux.

Dans ce contexte, citons Medellín, en Colombie, connue pour son taux de criminalité le plus élevé au monde au début des années 1990 et nommée en 2012 « ville la plus innovante » par le Wall Street Journal pour ses technologies d’innovation qui ont su répondre, directement et à bas coût, aux problèmes de ses habitants.

La notion de services devient donc aussi structurante que la notion d’équipement. Gardons à l’esprit que les services représentent 65 % des budgets des ménages, 75 % des emplois, 80 % du PIB.

Repenser le bien-être citadin

Aujourd’hui, on observe que le bien-être des salariés peut doper la santé des organisations : une étude britannique a ainsi montré que les 25 % d’entreprises ayant les plus importants budgets consacrés à la santé de leurs salariés avaient vu une progression de 8 % de leurs employés en bonne forme et surtout une réduction de 16 % des pertes de productivité.

Dans la lignée de ces approches, de nouveaux labels fleurissent, tels que la norme « well », mais aussi une diversité de référentiels autour de la haute qualité de vie des quartiers et territoires.

Les concepts pleuvent sur la ville comme autant d’utopies et de démarches porteuses d’avenir urbains : de la ville durable à la ville servicielle en passant par la ville frugale, la ville résiliente ou encore la ville décarbonée, la ville fertile…

Des technologies soutiennent aujourd’hui ces perspectives, et les rythmes d’innovation et de déploiement sont rapides. La smart city représente ainsi la capacité à s’approprier ces technologies pour que des utopies deviennent réalité.

The Conversation

Marie-Françoise Guyonnaud, Responsable pédagogique des MBA smart city, management des éco-quartiers et smart energy, Présidente de Smart Use, Groupe Léonard de Vinci

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Rédigé par : Marie-Françoise Guyonnaud

Marie-Françoise Guyonnaud
Responsable pédagogique des MBA smart city, management des éco-quartiers et smart energy, Présidente de Smart Use, Groupe Léonard de Vinci.
mer 5 Fév 2014
L’électricité en Belgique est l’une des plus chères en Europe. Le prix moyen du mégawattheure (MWh) atteint les 217,3 euros, selon les chiffres d’Eurostat du 1er semestre 2013. Ces tarifs élevés sont liés aux coûts de distribution, les deuxièmes plus importants…
lun 5 Déc 2016
Disposant de ressources hydroélectriques et renouvelables considérables, la Guyane entend bien profiter de ce potentiel pour réduire sa dépendance aux combustibles fossiles et atteindre d'ici 2030 l'autonomie énergétique. En visite dans la région du 27 au 29 novembre dernier, Jean-Bernard…
ven 11 Juil 2014
Le gestionnaire du réseau éclectique belge tire la sonnette d’alarme. Selon Elia la sûreté d’alimentation électrique sera précaire au cours des prochains hivers si les réacteurs nucléaires de Doel 3 et de Tihange 2 ne sont pas remis en service.…
mer 18 Jan 2017
L'émergence de la voiture électrique et le déploiement nécessaire d'un réseau de recharge ont attiré en l'espace de quelques années seulement de nombreux prétendants, et autant de systèmes de recharge différents selon les entreprises ou les régions. Pour remédier à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *