En 2015, la croissance économique a été moins énergivore - L'EnerGeek En 2015, la croissance économique a été moins énergivore - L'EnerGeek

En 2015, la croissance économique a été moins énergivore


En 2015, la croissance du PIB mondial n’a pas été synonyme de hausse de l’intensité énergétique. Dans son dernier rapport, l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) explique en effet que la croissance économique mondiale a eu besoin de moins d’énergie pour se développer. Les économies d’énergies visées par les politiques des États de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) n’ont donc pas été freinées par la baisse des prix du pétrole. Explications.

Une baisse de 1,8 % de l’intensité énergétique

C’est en marge du Congrès mondial de l’Énergie, qui s’est ouvert à Istanbul en Turquie le 10 octobre dernier, que l’AIE a dévoilé son panorama mondial centré sur l’efficacité énergétique. Les auteurs de ce rapport expliquent que l’intensité énergétique, indicateur de la quantité d’énergie utilisée pour une unité de PIB, a diminué de 1,8 % au cours de l’année 2015. Durant la décennie écoulée, cet indicateur a affiché une baisse de 0,6 % par an.

Lire aussi : Les revenus de l’OPEP chutent de 46 % en 2015

Concrètement, les gains d’efficacité des 29 pays membres de l’AIE représentent l’équivalent de la consommation énergétique du Japon. Une performance qui a été réalisée « malgré les prix bas du pétrole qui traditionnellement ralentissent l’enthousiasme pour les économies d’énergie », s’est d’ailleurs empressé de souligner le bras énergétique de l’OCDE.

La Chine fait figure de bon élève avec une intensité qui s’est inscrite à la baisse de 5,6 % contre un recul moyen de 3,1 % au cours de la décennie écoulée : la croissance économique de l’Empire du Milieu a connu une hausse de 6,9 % alors que la consommation d’énergie ne progressait que de 0,9 %.

La performance énergétique, une des clefs du problème ?

Au niveau mondial, les États ont investi un total de 221 milliards d’euros dans l’efficacité énergétique en 2015, soit une hausse de 6 % par rapport à l’année précédente. Une progression que l’AIE estime toutefois trop lente : les auteurs du rapport préconisent un renforcement des politiques nationales afin de favoriser les gains potentiels d’économies énergétiques.

« 70 % de la consommation énergétique mondiale ne fait l’objet d’aucune exigence de performance d’efficacité », déplore le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol. Selon les calculs présentés dans le rapport de l’AIE, les gains d’intensité énergétique devraient atteindre 2,6 % chaque année pour tendre vers un système énergétique décarboné.

« L’efficacité énergétique est la ressource que tous les pays possèdent en abondance », rappelle M. Birol. Avec des avantages qui ne se limitent pas uniquement à la prise en compte des problématiques environnementales actuelles : ce ne sont pas moins de 2,3 millions de barils de pétrole qui ont été économisés l’année dernière grâce aux normes d’efficacité énergétique. Soit, 2,5 % de la production mondiale.

Lire aussi : Et les pays les plus vertueux en termes d’efficacité énergétique sont…

Crédit photo : Leo Hoogendijk

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 22 Déc 2016
Le groupe pétrolier Total a officialisé le 20 décembre dernier l’acquisition d’environ 23 % de la société américaine Tellurian pour un montant de 207 millions de dollars dans le cadre du développement d'un projet gazier intégré le long de la côte…
ven 13 Nov 2015
Début novembre, au Parc des expositions de Villepinte, avait lieu le Salon Batimat. A cette occasion, l’énergéticien EDF a notamment présenté sa feuille de route pour réduire les émissions de CO2 dans les logements individuels. (suite…)
lun 2 Jan 2017
Depuis la COP21, la communauté internationale s'est fixé comme objectif de limiter l’utilisation des énergies fossiles (charbon, gaz, fioul). Et selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), à l'exception de l'Asie, l'utilisation du charbon  comme source de production d'énergie marquerait le pas partout…
ven 16 Sep 2016
Le directeur de l’exploration-production du géant pétrolier français, Arnaud Breuillac, veut adapter l'entreprise à un environnement économique à 50 dollars le barril. Bien positionné par rapport à ses concurrents, Total continue de regorger d’idées pour faire des économies sur ses…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *