Ouverture d'une enquête sur Areva par le parquet financier - L'EnerGeek Ouverture d'une enquête sur Areva par le parquet financier - L'EnerGeek

Ouverture d’une enquête sur Areva par le parquet financier

arevaSuite à une plainte déposée par le syndicat CFE-CGC pour « fausse information et tromperie », le parquet financier a ouvert une enquête sur le groupe Areva. Il devra notamment déterminer si, au moment de proposer un plan d’épargne en actions à ses salariés, la direction de l’entreprise avait ou non connaissance de l’étendue des déboires du groupe.

Dans une brochure intitulée «Toutes nos énergies en actions» et publiée en 2013, Luc Oursel assurait être « confiant dans la capacité d’AREVA à générer une croissance rentable, responsable et pérenne ». Le document évoquait alors « un chiffre d’affaires attendu en croissance de +5 % à +8 %/an dans le nucléaire sur la période 2015-2016 ».

Suite à cette communication, plus de 14 000 salariés sur les 46 500 collaborateurs du groupe avaient décidé d’investir près de 30 millions d’euros dans le capital de leur entreprise. Finalement, le plan stratégique Action 2016 se révèlera être un échec complet puisqu’en 2015, la firme affiche « une perte abyssale de 5 milliards d’euros sur l’exercice précédent ». C’est pourquoi, le coordinateur syndical CFE-CGC du Groupe AREVA, Cyrille Vincent, a estimé sur Twitter que les « salariés actionnaires d’AREVA [ont été] trompés jusqu’au départ de son ancien président », annoncé le 20 octobre 2014.

Dans ce contexte, Cyril Cambon, l’avocat  qui représente « près de 300 salariés, anciens salariés ou retraités d’Areva », a lancé une procédure auprès du parquet financier. Il revient désormais à ce dernier de décider s’il y a matière à renvoyer l’ancien champion du nucléaire devant un tribunal correctionnel, auquel cas, prévient l’avocat, « nous déposerions une nouvelle plainte avec constitution de partie civile, afin d’obtenir la nomination d’un juge d’instruction ».

En attendant cette décision, les petits actionnaires se sentent floués. Parmi eux, Denis Forat fulmine dans Le Parisien : « Cinq milliards de pertes, ça n’apparaît pas en un temps aussi court (…) J’ai l’impression de m’être fait manipuler ». Pour mémoire, Luc Oursel est décédé en 2014 tandis qu’Anne Lauvergeon a été mise en examen au mois de mai dernier, après « le désastre d’Uramin [qui] aura coûté près de 3 milliards d’euros » selon Paris Match.

      Lire aussi : Areva présente sa stratégie aux actionnaires

Crédit Photo : @Lexpress.fr

Rédigé par : lucas-goal

mar 21 Oct 2014
Un des plus gros conglomérats de défense et d’aérospatial américain, la société Lockheed Martin, a annoncé mercredi 15 octobre avoir fait des progrès significatifs dans le domaine de la fusion nucléaire. Grâce aux avancées effectuées dans le cadre de son…
mar 22 Sep 2015
Le gouvernement britannique a annoncé ce lundi 21 septembre l'allocation d'une garantie financière de 2 milliards de livres au projet de centrale nucléaire de Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Une garantie qui devrait permettre d'accélérer la décision finale…
jeu 11 Sep 2014
L'autorité nucléaire japonaise a donné ce mercredi 10 septembre 2014 son feu vert technique définitif au redémarrage des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Sendai exploitée par la compagnie Kyushu Electric Power. Une première décision de poids depuis la…
mar 27 Mai 2014
Les Emirats arabes unis (EAU) souhaitent développer le nucléaire civil pour réduire leur dépendance au pétrole qui fait pour le moment la richesse de leur sol. En 2009, la fédération a confié à la Corée du Sud  la réalisation de…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *