Ouverture d'une enquête sur Areva par le parquet financier - L'EnerGeek Ouverture d'une enquête sur Areva par le parquet financier - L'EnerGeek

Ouverture d’une enquête sur Areva par le parquet financier

arevaSuite à une plainte déposée par le syndicat CFE-CGC pour « fausse information et tromperie », le parquet financier a ouvert une enquête sur le groupe Areva. Il devra notamment déterminer si, au moment de proposer un plan d’épargne en actions à ses salariés, la direction de l’entreprise avait ou non connaissance de l’étendue des déboires du groupe.

Dans une brochure intitulée «Toutes nos énergies en actions» et publiée en 2013, Luc Oursel assurait être « confiant dans la capacité d’AREVA à générer une croissance rentable, responsable et pérenne ». Le document évoquait alors « un chiffre d’affaires attendu en croissance de +5 % à +8 %/an dans le nucléaire sur la période 2015-2016 ».

Suite à cette communication, plus de 14 000 salariés sur les 46 500 collaborateurs du groupe avaient décidé d’investir près de 30 millions d’euros dans le capital de leur entreprise. Finalement, le plan stratégique Action 2016 se révèlera être un échec complet puisqu’en 2015, la firme affiche « une perte abyssale de 5 milliards d’euros sur l’exercice précédent ». C’est pourquoi, le coordinateur syndical CFE-CGC du Groupe AREVA, Cyrille Vincent, a estimé sur Twitter que les « salariés actionnaires d’AREVA [ont été] trompés jusqu’au départ de son ancien président », annoncé le 20 octobre 2014.

Dans ce contexte, Cyril Cambon, l’avocat  qui représente « près de 300 salariés, anciens salariés ou retraités d’Areva », a lancé une procédure auprès du parquet financier. Il revient désormais à ce dernier de décider s’il y a matière à renvoyer l’ancien champion du nucléaire devant un tribunal correctionnel, auquel cas, prévient l’avocat, « nous déposerions une nouvelle plainte avec constitution de partie civile, afin d’obtenir la nomination d’un juge d’instruction ».

En attendant cette décision, les petits actionnaires se sentent floués. Parmi eux, Denis Forat fulmine dans Le Parisien : « Cinq milliards de pertes, ça n’apparaît pas en un temps aussi court (…) J’ai l’impression de m’être fait manipuler ». Pour mémoire, Luc Oursel est décédé en 2014 tandis qu’Anne Lauvergeon a été mise en examen au mois de mai dernier, après « le désastre d’Uramin [qui] aura coûté près de 3 milliards d’euros » selon Paris Match.

      Lire aussi : Areva présente sa stratégie aux actionnaires

Crédit Photo : @Lexpress.fr

Rédigé par : lucas-goal

lun 27 Mai 2013
Le Conseil d’analyse économique est une instance missionnée pour éclairer les choix du gouvernement en matière économique. Le dernier rapport publié par le CAE, intitulé « Énergie et compétitivité », affirme que la fermeture anticipée des installations nucléaires françaises doit…
lun 9 Fév 2015
En visite officielle à Pékin mercredi 5 février, la Présidente argentine Cristina Fernandez de Kirchner a rencontré son homologue chinois Xi Jinping dans le cadre de nouvelles négociations sur d'éventuels partenariats économiques. Une rencontre fructueuse qui aura débouché sur la…
lun 26 Mai 2014
Le centre EDF de Creys-Malville a organisé ce vendredi 23 mai dans le cadre de la journée nationale des voisins, sa propre fête sur le site de la centrale nucléaire Superphénix actuellement en phase de démantèlement. Destinée avant tout à…
mar 22 Mar 2016
Après l’émotion de Fukushima, l’Allemagne voulait tourner la page du nucléaire quitte à retourner au charbon pendant un temps. Aujourd’hui, pour arrêter précipitamment leurs réacteurs, les exploitants EON, RWE et Vattenfall, réclament des indemnités, une demande examinée par la Cour…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *