Ouverture d'une enquête sur Areva par le parquet financier - L'EnerGeek Ouverture d'une enquête sur Areva par le parquet financier - L'EnerGeek

Ouverture d’une enquête sur Areva par le parquet financier

arevaSuite à une plainte déposée par le syndicat CFE-CGC pour « fausse information et tromperie », le parquet financier a ouvert une enquête sur le groupe Areva. Il devra notamment déterminer si, au moment de proposer un plan d’épargne en actions à ses salariés, la direction de l’entreprise avait ou non connaissance de l’étendue des déboires du groupe.

Dans une brochure intitulée «Toutes nos énergies en actions» et publiée en 2013, Luc Oursel assurait être « confiant dans la capacité d’AREVA à générer une croissance rentable, responsable et pérenne ». Le document évoquait alors « un chiffre d’affaires attendu en croissance de +5 % à +8 %/an dans le nucléaire sur la période 2015-2016 ».

Suite à cette communication, plus de 14 000 salariés sur les 46 500 collaborateurs du groupe avaient décidé d’investir près de 30 millions d’euros dans le capital de leur entreprise. Finalement, le plan stratégique Action 2016 se révèlera être un échec complet puisqu’en 2015, la firme affiche « une perte abyssale de 5 milliards d’euros sur l’exercice précédent ». C’est pourquoi, le coordinateur syndical CFE-CGC du Groupe AREVA, Cyrille Vincent, a estimé sur Twitter que les « salariés actionnaires d’AREVA [ont été] trompés jusqu’au départ de son ancien président », annoncé le 20 octobre 2014.

Dans ce contexte, Cyril Cambon, l’avocat  qui représente « près de 300 salariés, anciens salariés ou retraités d’Areva », a lancé une procédure auprès du parquet financier. Il revient désormais à ce dernier de décider s’il y a matière à renvoyer l’ancien champion du nucléaire devant un tribunal correctionnel, auquel cas, prévient l’avocat, « nous déposerions une nouvelle plainte avec constitution de partie civile, afin d’obtenir la nomination d’un juge d’instruction ».

En attendant cette décision, les petits actionnaires se sentent floués. Parmi eux, Denis Forat fulmine dans Le Parisien : « Cinq milliards de pertes, ça n’apparaît pas en un temps aussi court (…) J’ai l’impression de m’être fait manipuler ». Pour mémoire, Luc Oursel est décédé en 2014 tandis qu’Anne Lauvergeon a été mise en examen au mois de mai dernier, après « le désastre d’Uramin [qui] aura coûté près de 3 milliards d’euros » selon Paris Match.

      Lire aussi : Areva présente sa stratégie aux actionnaires

Crédit Photo : @Lexpress.fr

Rédigé par : lucas-goal

ven 25 Jan 2013
Un incident de niveau 1 sur l’échelle INES s’est déroulé dans la nuit de mardi à mercredi, à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire. A minuit, un dégagement de fumée est détecté sur l’unité de production numéro 2. Ce dégagement était…
lun 17 Nov 2014
Alors que la Belgique s’apprête à passer un hiver économe en énergie, faute d’une capacité de production d’électricité suffisante à la suite de l’arrêt de plusieurs de ses réacteurs nucléaires, GDF Suez annonce que deux d’entre eux pourraient être remis en…
lun 29 Déc 2014
Les réacteurs 3 et 4 de la centrale de Takahama ont été jugés techniquement conformes aux nouvelles normes de sécurité nucléaires japonaise, mercredi 17 décembre, par l'Autorité de Régulation Nucléaire. Ces deux unités de production de l'Ouest du Japon devraient…
lun 29 Fév 2016
Toujours mobilisée pour la transition énergétique, la ministre de l’énergie, Ségolène Royal, compte sur le parc nucléaire pour atteindre ses objectifs. En effet, la nouvelle présidente de la COP21 s'est déclarée favorable à un prolongement de la durée d’exploitation des centrales…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *