L'éolien en mer pour verdir le mix du Royaume-Uni ? - L'EnerGeek

L’éolien en mer pour verdir le mix du Royaume-Uni ?

eolienne_flottantes_photo_fxp42Le nouveau gouvernement britannique, dirigé par Theresa May, compte plus que jamais s’appuyer sur les énergies bas carbone pour réduire les émissions de CO2 du Royaume-Uni. En témoigne la décision prise par le secrétaire d’État à l’énergie, Greg Clark, dans le courant du mois d’août d’autoriser l’extension du parc éolien Hornsea. En plus d’améliorer le bilan carbone du Royaume-Uni, il s’agit également de donner naissance à la plus grande ferme éolienne du monde.

300 éoliennes offshores au large du Yorkshire

Ce ne sont pas moins de 300 turbines éoliennes d’une puissance unitaire de 6 MW que l’électricien danois Dong Energy compte déployer dans les eaux bordant le comté du Yorkshire, dans le nord-est de l’Angleterre. Le projet, baptisé Hornsea 2, affiche une puissance cumulée de 1,8 GW : de quoi devenir rien de moins que le parc éolien offshore le plus puissant du monde.

Selon ses concepteurs, Hornsea 2 pourrait produire chaque année 8,76 TWh d’électricité renouvelable grâce aux vents vigoureux et constants qui caractérisent la mer du Nord. Un volume électrique qui représente l’équivalent de la consommation moyenne de 1,8 million de foyers britanniques.

Lire aussi : 9 Etats européens s’allient pour développer l’éolien offshore

Reste qu’avant de se lancer dans le déploiement d’une telle puissance, l’électricien danois en charge du projet compte assurer ses arrières. À la suite de l’accord donné par Londres, le groupe a en effet annoncé le lancement d’une phase d’étude pendant laquelle la faisabilité du projet serait évaluée plus en détail. De quoi avoir toutes les informations nécessaires avant de décider d’investir (et donc de construire).

Royaume-Uni, pays de l’éolien offshore ?

Ce projet pharaonique s’inscrit sur la même zone géographique que le parc éolien Hornsea 1. Ce dernier, dont la construction a été lancée par Dong Energy en février dernier, aligne 174 éoliennes d’une puissance cumulée totale de 1,2 GW. Ces turbines devraient entrer en phase de production d’électricité d’ici 2020.

Ces deux projets ne font que confirmer que le Royaume-Uni mise plus que jamais sur ses ressources marines pour renforcer sa production électrique respectueuse de l’environnement. Fin 2015, l’éolien offshore couvrait déjà 5% des besoins en électricité du pays. Une part qui devrait doubler d’ici 4 à 5 ans.

Lire aussi : Le Royaume-Uni accélère dans l’éolien

Il faut dire que le gouvernement d’Outre-Manche est devenu coutumier des annonces de projets pharaoniques : En plus de la ferme de London Array (plus grand parc éolien offshore du monde à son lancement en 2013, avec 630 MW de puissance), les premières phases du projet Dogger Bank devraient permettre le déploiement de quelques 400 turbines éoliennes en mer du Nord.

Crédit photo : Fxp42

Rédigé par : lucas-goal

mar 3 Jan 2017
Et si vous pouviez dire adieu à vos problèmes de batteries ? C’est bien ce que vous propose un jeune scientifique en herbe biélorusse et sa nouvelle invention, une batterie portative et rechargeable par les mouvements de rotation de votre…
lun 20 Oct 2014
Europlasma, groupe français spécialisé dans les technologies de production d'énergie propre, a annoncé mercredi 15 octobre que sa centrale électrique prototype de Morcenx, dans le département des Landes, venait d'atteindre son rendement nominal. Des résultats qui confirment les précédents essais…
mer 2 Juil 2014
Selon les prévisions de Bloomberg Energy Finance, les énergies renouvelables (énergies nouvelles et hydraulique confondues) représenteront 60% des capacités de production d’électricité en Europe d’ici à 2030. En revanche, compte tenu de l’intermittence de l’éolien et du solaire, elles ne représenteront…
jeu 26 Mar 2015
Éoliennes et radars ne font pas bon ménage : en effet, le mouvement des premières perturbe le bon fonctionnement des seconds en renvoyant des signaux faussés. C’est pourquoi 35 éoliennes dites « à pales furtives » vont être installées à côté de Perpignan… et…

COMMENTAIRES

  • Le gouvernement britannique pourrait s’intéresser au MLiner multi-énergies de Geps Techno qui a une capacité de 60 MW ! La structure la plus adaptée pour un usage marin est un navire, principe démontré depuis plus de 2000 mille ans ! Le MLiner est une plateforme hybride marine qui combine énergie houlomotrice, hydrolienne, éolienne et solaire sur un même flotteur. Ce système hybride présente plusieurs avantage : il permet de réduire l’intermittence de la production d’énergie grâce à l’intégration des moyens de production entre eux, mais aussi le coût du kWh produit via les économies d’infrastructures. Chaque système contribue à l’amélioration du rendement des autres systèmes. Il peut permettre en plus d’autres activées, du dessalement à la récupération de certains composants de l’eau de mer, en passant par le stockage, la surveillance maritime etc. A noter que l’entreprise fondée en 2011 par des ingénieurs du naval dont des anciens de STX est à la recherche de financements actuellement après un premier prototype de taille moyenne testé avec succès, pour un prototype plus important de taille commerciale.

    http://lenergeek.com/2014/11/18/mliner-une-plateforme-flottante-dediee-aux-energies-renouvelables/
    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *