Energie solaire : le Maroc va investir 40 milliards de dollars sur 15 ans - L'EnerGeek Energie solaire : le Maroc va investir 40 milliards de dollars sur 15 ans - L'EnerGeek

Energie solaire : le Maroc va investir 40 milliards de dollars sur 15 ans

photovoltaicaAu mois de novembre, le Maroc organisera la 22ème conférence des Nations unies sur le climat. Se voulant exemplaire, le pays hôte a récemment confirmé son intention de développer l’énergie solaire. Pour y parvenir, le ministre de l’énergie, Abdelkader Amara, a notamment annoncé des investissements de 40 milliards d’euros lors du Salon Photovoltaïca.

Du 7 au 9 septembre, la deuxième édition du salon Photovoltaïca a été organisée à l’Office des changes de Casablanca. Pour l’occasion, tous les secteurs de la transition énergétique étaient rassemblés afin de favoriser le développement des énergies renouvelables en général et de l’énergie solaire en particulier. Aux côtés du ministre l’énergie, l’Agence Marocaine de l’Energie Renouvelable, la Société d’Investissement Energétique et l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles envisagent de réaliser des investissements de 40 milliards de dollars, dont les 3/4 pour les énergies renouvelables, au cours des 15 prochaines années.

En effet,  le responsable politique explique que ce salon « se tient à un moment où la transition énergétique marocaine connaît une accélération remarquable, illustrée par le lancement de programmes et projets ambitieux et la mise en place de réformes structurantes, à même d’améliorer davantage l’attractivité du modèle énergétique marocain ». Pour rappel, en 2008 le Royaume chérifien dépendait à 98% de ses importations pour son approvisionnement énergétique.

Une annonce qui n’aura pas échaper aux nombreux spécialistes du secteur également évités pour l’occasion. Parmi eux, on peut notamment citer les ministres de l’énergie du Mali et du Portugal, mais aussi plusieurs dirigeants d’entreprises étrangères telles que Saeed Al Tayer, PDG de DEWA (Dubai electricity and water authority) aux Emirats arabes unis, ou Mohammed Abunayyan, PDG d’ACWA Power et Francesco Venturini, PDG d’Enel Green Power, la société italienne chargée de la promotion des énergies renouvelables.

Lire aussi : Le Sénégal et le Maroc comptent sur l’énergie solaire

Crédit Photo : @HuffPost

 

 

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 14 Oct 2013
Une installation solaire, qu'elle soit thermique ou photovoltaïque, doit être entretenue. Sans cela elle est moins performante. Bien qu'un panneau ait besoin de peu d'entretien, grâce notamment à l'effet nettoyant de la pluie, il est toutefois fortement recommandé que la…
mar 28 Mai 2013
Après dix mois de construction, Enovos Luxembourg (le principal fournisseur d’énergie au Luxembourg) a inauguré un nouveau parc éolien à Souilly près de Verdun, dans la Meuse. Il est composé de cinq éoliennes de modèle Vestas V90, d'une puissance de…
ven 26 Déc 2014
Si les grands lacs helvétiques sont un des principaux attraits touristiques de la Suisse, ils pourrait également à terme être mis à profit pour produire de la chaleur et se substituer ainsi à d'autres sources d'énergies fossiles moins respectueuses de…
mer 22 Fév 2017
Le groupe énergétique suisse Romande Energie a annoncé cette semaine vouloir lancer dès le 3 mars prochain une étude de faisabilité concernant un projet unique au monde de construction d'un parc solaire flottant sur le lac du barrage des Toules,…

COMMENTAIRES

  • D’autant que la course aux marchés africains est lancée car comme le soulignait Energeek récemment suite à une étude Havas, la finance, le BTP et l’agriculture ont été détrônés en terme d’investissements par les énergies renouvelables en Afrique et que le Maroc est une vitrine et une des voies d’entrée pour une partie importante du continent.

    Pays d’Afrique les plus favorables aux énergies renouvelables selon les investisseurs :

    1) Le Nigeria en 1ère position avec 33% des voix.
    2) La Côte d’Ivoire arrive en 2ème position (22%).
    3) Le Maroc et le Kenya occupent la 3ème place (respectivement 19%).
    4) L’Afrique du Sud, elle, occupe la 4ème place (11%)

    Taux de croissance général moyen Afrique 2016 : 2,5%, 2020 : 4% selon ICAEW

    http://lenergeek.com/2016/08/29/les-investisseurs-internationaux-se-tournent-vers-les-energies-renouvelables-en-afrique/

    http://presse.havasparis.com/financer-la-croissance-africaine-a-lhorizon-2020/

    .

    Répondre
  • D’autant que la course aux marchés africains est lancée car comme le soulignait Energeek récemment suite à une étude Havas, la finance, le BTP et l’agriculture ont été détrônés en terme d’investissements par les énergies renouvelables en Afrique et que le Maroc est une vitrine et une des voies d’entrée pour une partie importante du continent.

    Pays d’Afrique les plus favorables aux énergies renouvelables selon les investisseurs :

    1) Le Nigeria en 1ère position avec 33% des voix.
    2) La Côte d’Ivoire arrive en 2ème position (22%).
    3) Le Maroc et le Kenya occupent la 3ème place (respectivement 19%).
    4) L’Afrique du Sud, elle, occupe la 4ème place (11%)

    Taux de croissance général moyen Afrique 2016 : 2,5%, 2020 : 4% selon ICAEW

    http://presse.havasparis.com/financer-la-croissance-africaine-a-lhorizon-2020/

    Répondre
    • Bonjour
      Il est désolant qu’on parle d’investissement en énergie solaire au Maroc sans faire participer les citoyens marocains en leur octroyant la possibilité de produire leur propre énergie solaire domestique et en leur permettant de revendre le surplus a l’ONE.
      Tant que cette voie naturelle et spontanée est évitée par les responsables ,tout le monde affirme que tous ces projets à coup de milliards de dollars ne font que mettre à nu l’hypocrisie des politiques et des lobbys
      En permettant aux foyers de produire leur propre électricité et de revendre le surplus a l’ONE ceci créerait une nouvelle dynamique marocaine et une cohésion de la Societe marocaine autour d’un centre d’intérêt commun pourvu que les responsables se libèrent du complexe de la participation du citoyens marocain dans la macroéconomie !
      Une opération type »mosquée Hassan II »à l’échelle du territoire marocain pour la promotion de la production domestique d’électricité avec possibilité de revente du surplus ferait propulser le Maroc au premier plan sur la scène internationale en matière écologique et de lutte contre le global warming
      D’ailleurs ,ceci arrivera forcément ,comme c’est le cas en France,autant prendre son courage à deux main et commencer maintenant et tout de suite
      Ce courage il ne peut être que politique puisque la nécessité economique et écologique est évidente aujourd’hui …

      Répondre
      • Bonjour,

        C’est un peu le même problème dans tous les pays ! : la concurrence entre les intérêts des producteurs d’énergie qui voient leurs ventes et donc activité diminuer (de même que les Etats voient leurs taxes sur ces ventes se réduire en conséquence) et les intérêts de particuliers à tendre vers l’autonomie et le prix de l’énergie le plus bas possible.

        Dans beaucoup de pays les aides au solaire ont été fortement réduites voire souvent supprimées et même le solaire est désormais parfois taxé.

        Il s’est avéré que ces aides favorisaient plus les importations de panneaux solaires notamment chinois.

        De plus commençait à parfois se poser la gestion des excédents et de l’intermittence du solaire et donc le stockage. Cà a été le cas en Californie par exemple, les vendeurs d’énergie voyant leur marché rapidement complètement transformé par l’arrivée de sociétés qui proposent gratuitement l’installation solaire en toiture avec versement d’un loyer sur 20 ans (type Solarcity racheté par Tesla pour coupler en plus solaire et mobilité, Sunergy aux Etats-Unis, Greenloc en France etc). Les vendeurs d’énergie se voyant mal assurer juste le stockage et le complément d’énergie en cas de besoin, ce qui n’était pas assez rentable pour eux. Le problème s’est aussi posé en Allemagne avec les fournisseurs traditionnels type EON très affecté financièrement notamment par l’arrivée des renouvelables l’obligeant à revoir toute son organisation.

        Par ailleurs il faut voir le coût du MWh produit par les parcs solaires qui sont au plus bas de moins de 25 euros /MWh au Chili actuellement et continuent de baisser, et le coût que représente pour un Etat de distribuer des aides pour la même quantité d’énergie produite à un prix supérieur par des particuliers auquel il faut ajouter le coût du stockage et la gestion de l’intermittence.

        Par exemple plusieurs études montrent qu’avoir distribué des aides pour le solaire au Nord de l’Europe à des particuliers puis à présent des aides au stockage est particulièrement plus coûteux que d’avoir eu une politique plus ciblée avec des aides au solaire aux régions les plus ensoleillées et productrices et un stockage non chez les particulier mais au niveau d’ilôts de quartiers ou d’une ville etc

        S’ajoute à cela également pour un Etat la création d’industries locales et d’emplois. Les subventions au solaire pour les particuliers ont surtout beaucoup favorisé des entreprises chinoises devenues ensuite leader puis qui ont été à leur tout impactées par la crise en 2008. Les aides au stockage chez les particuliers vont aussi favoriser certaines entreprises non locales plus que d’autres donc il faut en tenir compte.

        Bref, ce sont quelques aspects pour souligner d’une part la concurrence entre les fournisseurs d’énergie et les particuliers et d’autre part les avantages et inconvénients respectifs comparatifs des 2 options entre le soutien à l’industrie locale ou les particuliers, l’idéal étant effectivement un mix des 2.

        Vous avez raison il faut aussi aider les particuliers même si çà change le modèle énergétique d’un pays, mais rester réaliste sur les avantages et inconvénients de chacune des options afin d’utiliser au mieux les aides, le but étant d’avoir l’énergie la plus efficiente, la moins polluante et la moins coûteuse avec un nombre élevé d’emplois locaux et pérennes comme d’entreprises locales.

        Il me semblait toutefois qu’au Maroc il y avait un certain nombre d’aides possibles via notamment l’Aderee

        http://www.aderee.ma/index.php/fr/expertise/efficacite-energetique/batiment?showall=&start=2

        Dans mon commentaire ci-dessus je voulais évoquer l’opportunité importante qu’a le Maroc de développer l’industrie solaire notamment dont le pays est une vitrine et d’exporter dans une grande part de l’Afrique. Il semble parmi les mieux placés pour çà tout comme a aussi cette opportunité l’Afrique du Sud.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *