Les grands pétroliers donnent la priorité au désendettement et à la rémunération de leurs actionnaires - L'EnerGeek Les grands pétroliers donnent la priorité au désendettement et à la rémunération de leurs actionnaires - L'EnerGeek

Les grands pétroliers donnent la priorité au désendettement et à la rémunération de leurs actionnaires

pétroleSur la période 2015-2020, les compagnies pétrolières vont réduire leurs dépenses de 1 000 milliards de dollars. Avec la chute des cours, les majors ont accepté de diminuer les seuils de rentabilité mais donnent tout de même la priorité à leurs actionnaires.

A l’inverse de la société norvégienne Statoil, beaucoup de compagnies pétrolières ont décidé de mettre sous cloche leurs projets d’investissement – 230 seraient d’ailleurs actuellement en attente. Parallèlement, la pluspart des multinationales du secteur (ExxonMobil, BP, ENI…) prévoient de réduire leurs dépenses dans l’amont pétrolier (exploration-production) en réduisant les coûts grâce à une standardisation accrue et en mettant la pression sur leurs fournisseurs.

Pour Sandrine Cauvin, gérante de la société de gestion de portefeuille Vestathena, « les rares grands projets à être lancés aujourd’hui dans le secteur sont ceux où un énorme travail de réduction des coûts a été entrepris ». Lorsque le patron de la société norvégienne a confirmé le projet Johan Sverdrup – un immense champ pétrolier aux larges des côtes de la Norvège -, il a effectivement annoncé avoir réduit les coûts de 20 % en s’appuyant sur « une bonne coopération entre Statoil, ses partenaires et ses fournisseurs ».

De son côté, le cabinet Wood Mackenzie affirme que les sociétés ont « sensiblement réduit leurs seuils de rentabilité », alors que « 70 % des projets pétroliers sont désormais rentables avec un baril inférieur à 60 dollars, contre 50 % à peine un an auparavant ». Pour Sandrine Cauvin, cette tendance s’explique essentiellement par la stratégie des énergéticiens qui donnent la priorité au désendettement et à la rémunération de leurs actionnaires » dans l’allocation de leur cash-flow.

Lire aussi : L’AIE prévoit la hausse des prix du pétrole en 2017

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 14 Fév 2017
Outre le séisme politique déclenché par le décret dit du "Muslim ban", les premières décisions du président américain Donald Trump relatives à la politique énergétique et environnementale des Etats-Unis, ont elles aussi suscité de nombreuses réactions aussi bien dans l'opposition…
jeu 11 Mai 2017
Après plusieurs mois de baisse contrebalançant la forte hausse du mois de janvier 2017, les tarifs réglementés du gaz ne devraient plus bouger avant l'été. Selon une information du Figaro, ces tarifs, appliqués par Engie à environ 5,8 millions de…
L’Agence internationale de l’énergie (AIE) critique une fois de plus le modèle de la transition énergétique allemande dans un nouveau rapport. L’agence de l’OCDE a indiqué que le coût de la sortie du nucléaire entamée outre-Rhin n’était pas raisonnable, et…
ven 2 Oct 2015
Le premier producteur d’électricité au monde entame une revue stratégique de ses actifs dans les énergies fossiles, conformément au souhait de son PDG, Jean-Bernard Lévy. Le 28 septembre dernier, la sous-secrétaire d'Etat au ministère de l'Industrie italien, Simona Vicari, a…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *