Energie osmotique : des chercheurs suisses promettent des niveaux de production records - L'EnerGeek Energie osmotique : des chercheurs suisses promettent des niveaux de production records - L'EnerGeek

Energie osmotique : des chercheurs suisses promettent des niveaux de production records

énergie_osmotique_membrane_photo_Steven_DuensingSouvent laissée de côté pour ses faibles rendements, l’énergie osmotique, appelée aussi « énergie bleue », pourrait bien connaître son heure de gloire. Des chercheurs suisses du laboratoire de biologie de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), ont mis au point une nouvelle membrane microscopique permettant de produire de l’énergie osmotique avec une efficacité jamais atteinte auparavant.

Une énergie durable aux rendements limités

Le principe de l’énergie osmotique est basé sur l’exploitation de la différence de concentration de sel entre l’eau de mer et l’eau douce. Elle permet de produire de l’électricité en exploitant le phénomène d’osmose qui se produit continuellement entre des masses de salinité différente, et implique une tendance naturelle à l’équilibre des concentrations en sel.

On utilise généralement pour cela une membrane opposant deux compartiments, un d’eau salée et un d’eau douce, et ne laissant passer qu’un type d’ions. Les ions de sodium chargés positivement en électricité s’infiltrent donc dans le premier créant ainsi une pile naturel. Les électrons sont ensuite transférés vers une électrode pour produire un courant électrique.

Lire aussi : Quelles sont les différentes sources d’énergies marines renouvelables ?

Si ce procédé est prometteur au regard de sa stabilité et de sa durabilité (par opposition aux énergies intermittentes solaire et éolienne), il reste toutefois confronté dans les quelques installations expérimentales existantes actuellement en Norvège, aux Pays-Bas, au Japon, ou aux Etats-Unis, à de gros problèmes de rendements. Les membranes souvent organiques sont trop fragiles et manquent d’efficacité. Par exemple, une membrane d’environ un mètre carré ne permettrait à ce jour de générer que 5 watts d’électricité maximum, nécessitant une surface de production considérable pour envisager une exploitation rentable.

Une membrane semi-perméable révolutionnaire

Pour remédier à ces faibles résultats, les chercheurs de l’EPFL ont mis au point une nouvelle membrane à la fois plus résistante et plus performante permettant d’obtenir des rendements de production records. Épaisse de seulement trois atomes, cette membrane est semi-perméable, percée de nanopores, et fabriquée à base de disulfure de molybdène, un matériau largement disponible et facile à mettre en œuvre.

« La principale caractéristique de cette membrane est sa finesse, explique dans la revue scientifique Nature Aleksandra Radenovic, directrice du laboratoire. Plus la membrane est fine, plus le courant électrique généré est important ».

Mais les nanopores jouent également un rôle primordial puisque ce sont eux qui laissent passer les ions, et leur taille comme leur nombre agissent directement sur le rendement du dispositif. La membrane utilisée ici n’a pour l’instant qu’un seul nanopore pour les besoins de l’étude mais aura tout de même permis d’alimenter un transistor basse consommation.

Lire aussi : Olivier Ken évoque l’innovation énergétique sur les marchés

Un début prometteur qui laisse espérer des rendements beaucoup plus importants dans l’avenir. Les chercheurs de l’EPFL estiment en effet qu’une membrane d’un mètre carré seulement, dont la surface serait couverte à 30 % de nanopores, pourrait produire 1 MW, et alimenter plusieurs dizaines de milliers d’ampoules standards. Et les enjeux sont de taille. On évalue aujourd’hui l’énergie potentielle aux embouchures des fleuves à plus de 1.700 TWh annuels disponibles, soit un dixième des besoins mondiaux.

Crédits photo : Steven Duensing, National Center for Supercomputing Applications, University of Illinois, Urbana-Champaign

Rédigé par : lucas-goal

mer 13 Fév 2013
Une étude australienne du Bloomberg Energy Finance révèle que l’énergie éolienne serait moins chère que le charbon et le gaz dans ce pays.   La conclusion de cette étude pourrait avoir un impact significatif dans un pays qui tire la…
mer 14 Jan 2015
Selon le 12ème Observatoire Énergie Solaire Photovoltaïque, publiée lundi 12 janvier par le groupe de réflexion France Territoire Solaire, le secteur français de l'énergie solaire a poursuivi sa reprise en 2014. Toutefois, les bons résultats signés l'année dernière ne rassurent…
mar 22 Mar 2016
Depuis plusieurs années, l’énergéticien français annonce le déménagement de son département de recherche sur le plateau de Paris Saclay. Arrivé sur place, le responsable de la recherche d’EDF, Bernard Salha, ne cachait pas sa satisfaction. (suite…)
lun 15 Fév 2016
Sur le site du barrage du Chastang, EDF a présenté le bilan 2015 pour les 58 barrages et 28 centrales de la vallée de la Dordogne. Malgré une pluviométrie défavorable au cours des douze derniers mois, l’énergéticien a souhaité souligner…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *