Éolien flottant : des fermes pilotes bientôt développées par des PME françaises - L'EnerGeek Éolien flottant : des fermes pilotes bientôt développées par des PME françaises - L'EnerGeek

Éolien flottant : des fermes pilotes bientôt développées par des PME françaises

sunset_gruissan_photo_Raphael FreySégolène Royal, la ministre française de l’Énergie et de l’Environnement, a annoncé vendredi 22 juillet les noms des deux premiers lauréats de l’appel d’offres portant sur le développement de l’éolien flottant. Les PME tricolores Quadran et Eolfi ont été retenues par le gouvernement pour développer des fermes d’éoliennes flottantes pilotes en Méditerranée et en Bretagne à l’horizon 2020.

Le projet EolMed retenu à Gruissan

C’est un consortium piloté par la société Quadran qui a été retenu pour déployer une ferme pilote sur les côtes méditerranéennes de l’Aude. Baptisé EolMed, ce projet consistera à installer 4 éoliennes offshore d’une puissance unitaire de 6,12 MW à une quinzaine de kilomètres au large de la station balnéaire de Gruissan.

Fournies par la société allemande Senvion, ces éoliennes seront composées d’un rotor de 152 mètres de diamètre ainsi qu’une nacelle de près de 350 tonnes au sommet. La construction des flotteurs en béton sera menée par Bouygues Travaux Publics et Ideol.

Lire aussi : Ideol : un dispositif de fondation innovant pour l’éolien flottant

Les phases d’études, de demandes d’autorisations et de construction devraient s’étaler sur 4 ans. Eolmed devrait donc être mise en service à l’horizon 2020 pour une durée de 15 à 20 ans. La particularité du projet est qu’il fait appel au financement participatif : le projet nécessite en effet 2 milliards d’euros d’investissement, dont 25 % seront des fonds propres auxquels viendront se substituer les apports issus du financement participatif.

Le projet d’Eolfi retenu à Groix

Du côté de la Bretagne, c’est la PME Eolfi (en association avec les industriels DCNS et Vinci) qui a remporté l’appel à projets portant sur la construction d’une ferme de 4 éoliennes au large de l’île de Groix. Fournies par l’Américain General Electric, ces turbines de 6 MW afficheront des dimensions proches de celles du projet EolMed. Elles devraient être ancrées sur les côtes bretonnes d’ici 2021.

« Ces projets sont une première en France, je les félicite. Ils contribueront au développement du tissu industriel des territoires d’implantation. Ils bénéficieront d’une aide à l’investissement dans le cadre du programme des investissements d’avenir et d’un tarif d’achat garanti pour l’électricité produite », a déclaré la ministre de l’Énergie.

Lire aussi : Les énergies marines montent en puissance au niveau industriel

Les deux autres lauréats de l’appel à projets, qui se chargeront du développement des projets au large de Leucate (Aude) et de Faraman (Bouches-du-Rhône) seront connus d’ici la rentrée de septembre. L’instruction des dossiers est en effet encore en cours. Pour rappel, la France ambitionne de déployer 100 MW d’hydrolien et d’éolien flottant d’ici 2023.

Crédit photo : Raphael Frey

Rédigé par : lucas-goal

lun 20 Oct 2014
Europlasma, groupe français spécialisé dans les technologies de production d'énergie propre, a annoncé mercredi 15 octobre que sa centrale électrique prototype de Morcenx, dans le département des Landes, venait d'atteindre son rendement nominal. Des résultats qui confirment les précédents essais…
mar 21 Fév 2017
Le secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur Thierry Mandon était à Perpignan lundi 20 février pour saluer l'ouverture à l'automne dernier de la première école d'ingénieurs de France dédiée aux énergies renouvelables. Baptisée Sup'Enr, cette nouvelle institution, ouverte au sein de…
jeu 28 Juil 2016
Fin juillet dernier, pour la première fois de son histoire, la plus grande usine hydroélectrique des Pyrénées a ouvert ses portes au public pour célébrer son dixième anniversaire. Le plan de rénovation de ses installations débuté en 2014 devrait quant…
jeu 21 Nov 2013
Dalkia, entreprise française spécialisée dans les services énergétiques, a inauguré jeudi 7 novembre dans la ville de Pècs, en Hongrie, sa nouvelle centrale biomasse. Il s'agit de la première unité de cogénération de l'Union Européenne à produire chaleur et électricité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *