La France profite du souffle de l'éolien en Chine - L'EnerGeek

La France profite du souffle de l’éolien en Chine

éolien + CHineL’énergéticien tricolore EDF vient d’annoncer l’acquisition de 80 % de la société chinoise UPC Asia Wind Management (AWM), et prouve une fois de plus que l’expertise française en matière énergétique est l’une des plus séduisante au monde.

L’arrivée d’EDF sur le marché chinois atteste de l’internationalisation de l’électricien, décidée lors de l’adoption de la stratégie CAP 2030. Cette opération en faveur du développement des énergies renouvelables, dont le montant n’a pas été dévoilé, « s’inscrit parfaitement dans (la) dynamique » de l’entreprise, précise son PDG, Jean-Bernard Lévy. Avec le fonds d’investissement américain Global Environment Fund (GEF), actionnaire à hauteur de 20 %, elle contrôle désormais les fermes éoliennes chinoises de l’UPC AWM, situées surtout au nord du pays.

Lire aussi : Energies renouvelables : l’attractivité des pays selon le cabinet EY

« Nous sommes le premier opérateur européen à s’installer en Chine, dans ce marché qui est extrêmement prometteur », souligne le directeur général d’EDF Energies Nouvelles, Antoine Cahuzac. Au total, le groupe va reprendre « 74 mégawatts de projets en opération et 130 mégawatts de projets en construction (…) et un peu plus d’un gigawatt de projets en cours de développement », indique par ailleurs le directeur général délégué d’EDF EN, Bruno Fyot.

En s’installant sur place, le groupe espère faire valoir son savoir-faire dans l’opération et la maintenance, tout en profitant des « meilleurs opportunités du territoire » dans un pays qui est à l’origine de la moitié des nouvelles capacités éoliennes autour du globe en 2015. En l’espace de seulement 5 ans, EDF va ainsi installer le double des capacités actuellement disponibles en France, soit construire environ 2 gigawatts ou 200 et 300 MW par an.

Pékin souhaite atteindre 250 GW installés en 2020, contre 145 GW fin 2015, ce marché intéresse aussi bien les groupes publics chinois (China Huadian Corporation, China Datang Corporation…) que les entreprises étrangères, telles que Siemens ou General Electric. Seul risque pour ces compagnies qui viendraient s’installer dans le Sud : « l’incapacité du réseau électrique chinois à absorber l’électricité croissante issue des énergies renouvelables » et une perte estimée en moyenne à 10 %.

        Lire aussi : Un tiers des éoliennes mondiales installé en Chine en 2012

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 15 Sep 2016
Au mois de novembre, le Maroc organisera la 22ème conférence des Nations unies sur le climat. Se voulant exemplaire, le pays hôte a récemment confirmé son intention de développer l'énergie solaire. Pour y parvenir, le ministre de l'énergie, Abdelkader Amara, a notamment…
lun 12 Mar 2018
Malgré un retard significatif dans la course à l’énergie éolienne offshore, la France vient de revenir dans la course grâce à une décision de General Electric. Au début du mois de mars 2018, l’entreprise américaine a annoncé qu’elle choisissait la…
mar 9 Mai 2017
Après les petits parcs éoliens de six turbines maximum, dont le nouveau mécanisme de soutien vient d'être validé par la Commission européenne, c'est au tour des projets de plus grande envergure d'être encouragés par le gouvernement. La ministre Ségolène Royal…
mar 9 Mai 2017
Confronté à une demande d'électricité en forte augmentation ces dernières années et à la nécessité de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, le Maroc souhaite développer ses capacités de production renouvelables pour atteindre à l'horizon 2030, 42%…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *