Rosatom, globe-trotteuse à la recherche de contrats nucléaires - L'EnerGeek Rosatom, globe-trotteuse à la recherche de contrats nucléaires - L'EnerGeek

Rosatom, globe-trotteuse à la recherche de contrats nucléaires

Rosatom_nucleaireInterrogé par le journal Les Echos, le premier PDG adjoint de Rosatom, Kirill Komarov, est revenu sur les ambitions du premier opérateur nucléaire russe. En rappelant notamment le Mémorandum d’entente passé avec Engie, l’industriel souligne ses ambitions à l’exportation tout en évoquant un carnet de commande de 130 milliards d’euros.

Alors que Rosatom avait rendez-vous avec BusinessFrance (agence chargé des investissements internationaux) juste avant le Salon Mondial du Nucléaire au Bourget (28-30 juin derniers), le géant de l’atome russe parcours activement le globe à la recherche de contrats à parapher – la Russie est aujourd’hui le premier pays exportateur de centrales nucléaires. « Nous cherchons de nouveaux contrats partout dans le monde. Au Moyen-Orient : Jordanie, Emirats, Arabie saoudite. Mais surtout en Asie, en Inde et dans les pays d’Asie du Sud-Est cherchant à se doter de leur première centrale comme le Bangladesh ou le Vietnam » indique Kirill Komarov, premier PDG adjoint de Rosatom.

Lire aussi : Quelle place pour le nucléaire dans le mix énergétique mondiale ?

Pour le moment, aucun projet de construction de réacteurs avec des entreprises françaises n’a vu le jour, mais le représentant du groupe russe ne ferme pas la porte à une telle hypothèse. Après avoir participé au rassemblement de l’Association des Industriels Français Exportateurs du Nucléaire (AIFEN), il a rappelé qu’Engie avait signé un « Mou » (memorandum of understandig) dans le cadre d’une « coopération sur la modernisation des systèmes de maintenance de centrales ».

Enfin, après avoir obtenu un carnet de commande de 110 milliards d’euros en 2015, le spécialiste de l’atome a confié que son entreprise vise les 130 milliards d’euros en 2016. « Notre stratégie est de n’exporter que les types de réacteurs ayant déjà fonctionné en Russie » explique-t-il. L’énergéticien est ainsi capable de vendre son réacteur VVER1200 – l’EPR 5ème génération de la Russie – à des prix très compétitifs. « Fournir en grand nombre un même modèle permet de faire des économies d’échelle et de proposer des prix de l’électricité plus avantageux » conclut-il.

Lire aussi : La 2ème édition de la WNE s’organise au Bourget

Rédigé par : lucas-goal

mer 1 Mar 2017
Désireux de s'affirmer dans le secteur nucléaire, le groupe Veolia, spécialiste mondial de la gestion de l'eau et des déchets, a officialisé lundi 27 février la création d'une nouvelle entité baptisée Nuclear Solutions. Regroupant ses filiales du secteur dans un…
lun 9 Mar 2015
La France et sept autres pays européens (le Royaume-Uni, la Roumanie, la Pologne, la République tchèque, la Lituanie, la Slovénie et la Slovaquie) ont appelé dans une lettre ouverte adressée à la Commission européenne à une plus grande souplesse des…
mar 17 Fév 2015
A l’approche du quatrième anniversaire de la catastrophe de Fukushima et alors que les travaux de démantèlement doivent encore se poursuivre durant plusieurs décennies, le réacteur numéro 1, très endommagé, va pouvoir être exploré à partir du mois d’avril 2015. En…
jeu 16 Fév 2017
En difficulté suite à l'annonce d'une forte dépréciation de ses actifs américains fin 2016, le conglomérat industriel japonais a précisé, le 14 février dernier, vouloir désormais se retirer de nombreux projets à l'international. Cette réorientation stratégique ne devrait toutefois pas concerner…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *