Les énergies renouvelables au service de la dépollution - L'EnerGeek

Les énergies renouvelables au service de la dépollution

illustration_hybreau_photo_capsa-containerLa société française de dépollution Serpol a lancé la première unité autonome de traitement des pollutions qui fonctionne grâce aux énergies renouvelables. Baptisé Hybréau, ce dispositif permet le traitement des nappes phréatiques souillées par des produits denses dans un environnement dépourvu d’alimentation électrique. Zoom sur une innovation tricolore prometteuse.

Une unité de dépollution énergétiquement autonome

Hybréau est une mini-usine de dépollution mobile et autonome d’un point de vue énergétique. Cette solution de traitement des pollutions se présente en effet sous la forme d’un container équipé d’un générateur électrique hybride (solaire et éolien) chargé d’alimenter des pompes pneumatiques de dépollution des sous-sols.

Ce générateur hybride intelligent est capable d’analyser les conditions climatiques afin de choisir automatiquement le mode de production le plus adapté. Lors des journées à fort taux d’ensoleillement, Hybréau favorisera la production d’énergie solaire grâce à ses panneaux photovoltaïques. A contrario, une journée couverte sera synonyme de production éolienne via les turbines Hybréol.

L’énergie produite est ensuite stockée de deux manières : soit sous forme électrique dans des batteries, soit sous forme d’air comprimé grâce à un compresseur d’air.

L’énergie stockée sous forme d’électricité et d’air

L’énergie électrique stockée dans les batteries permet d’assurer le fonctionnement des composants électriques de l’Hybréau, même lorsque le dispositif est dépourvu de système d’alimentation externe. L’air comprimé stocké dans les cuves de l’appareil sert à démarrer les pompes pneumatiques chargée d’extraire les polluants présents dans les eaux souterraines.

Ces polluants sont emmagasinés dans une cuve et sont par la suite recyclés. L’intégralité de ce processus est gérée de manière automatique par un automate : la société Serpol s’est ainsi assurée de l’optimisation maximale de l’autonomie de fonctionnement de son système.

Testé sur le parking du siège de Serpol, à Vénissieux (dans la région Auvergne-Rhône-Alpes), l’Hybréau a ensuite été déplacé en Bourgogne Franche-Comté. Les dernières opérations de tests devaient être menées afin notamment d’évaluer la quantité d’énergie consommée et la quantité de polluants récupérée au cours des différentes saisons.

Photo : capsa-container

Rédigé par : guy-belcourt

mer 6 Fév 2013
Delphine Batho (Ministre de l'Ecologie), Geneviève Fioraso (Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche) et Thierry Repentin (Ministre Délégué à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage) ont inauguré vendredi 1er février deux bâtiments dédiés aux modules photovoltaïques et au…
sam 15 Oct 2016
Après avoir racheté le pôle énergie d’Alstom, General Electric Power souhaite poursuivre son développement dans les énergies renouvelables. En effet, le groupe américain vient d’acquérir l’entreprise danoise LM Wind Power, pour 1,5 milliard d'euros. (suite…)
mar 21 Mai 2013
Un accord a été signé entre l’Afrique du Sud et la République Démocratique du Congo (RDC) samedi à Paris, afin de commencer les travaux du barrage du Grand Inga sur le fleuve Congo en 2015. Ce barrage deviendra le plus…
jeu 26 Mar 2015
Éoliennes et radars ne font pas bon ménage : en effet, le mouvement des premières perturbe le bon fonctionnement des seconds en renvoyant des signaux faussés. C’est pourquoi 35 éoliennes dites « à pales furtives » vont être installées à côté de Perpignan… et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *