Les énergies renouvelables au service de la dépollution - L'EnerGeek Les énergies renouvelables au service de la dépollution - L'EnerGeek

Les énergies renouvelables au service de la dépollution

illustration_hybreau_photo_capsa-containerLa société française de dépollution Serpol a lancé la première unité autonome de traitement des pollutions qui fonctionne grâce aux énergies renouvelables. Baptisé Hybréau, ce dispositif permet le traitement des nappes phréatiques souillées par des produits denses dans un environnement dépourvu d’alimentation électrique. Zoom sur une innovation tricolore prometteuse.

Une unité de dépollution énergétiquement autonome

Hybréau est une mini-usine de dépollution mobile et autonome d’un point de vue énergétique. Cette solution de traitement des pollutions se présente en effet sous la forme d’un container équipé d’un générateur électrique hybride (solaire et éolien) chargé d’alimenter des pompes pneumatiques de dépollution des sous-sols.

Ce générateur hybride intelligent est capable d’analyser les conditions climatiques afin de choisir automatiquement le mode de production le plus adapté. Lors des journées à fort taux d’ensoleillement, Hybréau favorisera la production d’énergie solaire grâce à ses panneaux photovoltaïques. A contrario, une journée couverte sera synonyme de production éolienne via les turbines Hybréol.

L’énergie produite est ensuite stockée de deux manières : soit sous forme électrique dans des batteries, soit sous forme d’air comprimé grâce à un compresseur d’air.

L’énergie stockée sous forme d’électricité et d’air

L’énergie électrique stockée dans les batteries permet d’assurer le fonctionnement des composants électriques de l’Hybréau, même lorsque le dispositif est dépourvu de système d’alimentation externe. L’air comprimé stocké dans les cuves de l’appareil sert à démarrer les pompes pneumatiques chargée d’extraire les polluants présents dans les eaux souterraines.

Ces polluants sont emmagasinés dans une cuve et sont par la suite recyclés. L’intégralité de ce processus est gérée de manière automatique par un automate : la société Serpol s’est ainsi assurée de l’optimisation maximale de l’autonomie de fonctionnement de son système.

Testé sur le parking du siège de Serpol, à Vénissieux (dans la région Auvergne-Rhône-Alpes), l’Hybréau a ensuite été déplacé en Bourgogne Franche-Comté. Les dernières opérations de tests devaient être menées afin notamment d’évaluer la quantité d’énergie consommée et la quantité de polluants récupérée au cours des différentes saisons.

Photo : capsa-container

Rédigé par : guy-belcourt

mar 18 Juin 2013
L’entreprise française Francéole s’est vue confiée, par la signature d’un accord, la construction des mâts des éoliennes terrestres de Siemens pour de futurs parcs du groupe.   Les usines de Francéole, et notamment celle de Dijon, fabriqueront des mâts pour…
mar 24 Nov 2015
A l’horizon du 1er janvier 2016, la consommation d’électricité du Crédit Agricole reposera sur les énergies renouvelables. Après avoir signé un contrat avec le groupe EDF, l'ensemble des sites administratifs et la majorité des agences de l’institution financière participeront donc au changement du…
ven 3 Mar 2017
Nevers n’est pas forcément la ville de France que l’on associe le plus aux technologies de pointe. Et pourtant... Courant mars, la ville se prépare à inaugurer une première sur le territoire français : un arbre solaire. Bien loin des accessoires solaires…
jeu 3 Juil 2014
STX France, spécialiste de la construction navale, a officialisé le jeudi 29 juin 2014 la construction d’une usine pour les énergies marines renouvelables à Saint-Nazaire en Loire-Atlantique. L’ancien « Alstom marine » veut ainsi construire deux bâtiments, pour un coût total…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *