La Banque mondiale lance un plan énergies renouvelables dans les pays pauvres - L'EnerGeek

La Banque mondiale lance un plan énergies renouvelables dans les pays pauvres

éoliennes_afrique_photowarrenskiLa Banque mondiale a annoncé, jeudi 7 avril dernier, le lancement d’un plan d’électrification visant à assister les pays en développement, via l’installation de 30 GW d’énergies renouvelables, une capacité pouvant alimenter environ 150 millions de ménages. Ce plan d’action sur le changement climatique, évalué à 25 milliards de dollars, est destiné à aider les pays à tenir les engagements pris lors de la COP21 de Paris.

Un plan d’action pour lutter contre le changement climatique

« Après l’accord de Paris, nous devons maintenant poser des actes pour préserver notre planète pour les futures générations. Les pays en voie de développement ont besoin de notre aide et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour le leur apporter », a affirmé dans un communiqué Jim Yong Kim, le président du groupe de la Banque mondiale.

L’institution propose pour cela de financer des projets permettant d’ajouter près de 30 gigawatts d’énergie verte à la production mondiale d’électricité. Concentré dans les pays les plus pauvres, ce plan a pour double objectif de favoriser le développement des énergies renouvelables et de poursuivre les efforts d’électrification entrepris dans les régions isolées.

Ce plan d’électrification fait partie des objectifs fixés par l’organisation dans le cadre du Climate Change Action Plan visant l’accélération des efforts de réduction des effets du changement climatique dans les pays en voie de développement, d’ici à 2020. Il inclut également la mise en place d’un système d’alarme préventif pour les catastrophes naturelles et le développement d’un plan d’agriculture écologique couvrant 40 pays.

« Nous agissons urgemment pour aider les pays à accomplir des transitions majeures pour augmenter les sources d’énergie renouvelable, et à diminuer les sources d’énergie carbone », a ajouté Jim Yong Kim.

Augmenter les crédits et favoriser les investissements privés

Pour financer une telle mesure, la Société financière internationale, un groupe de la Banque mondiale, devrait augmenter son financement climat de 2,2 milliards à 3,5 milliards de dollars par an, tout en permettant la levée de 13 milliards de dollars de financements privés, d’ici à 2020.

La Banque mondiale envisage quant à elle de mobiliser 25 milliards de dollars de prêts commerciaux sur les cinq prochaines années, et de multiplier par quatre les ressources financières qu’elle consacre aux transports climato-résilients, en intégrant l’action climatique et en renforçant le soutien à la gestion durable des forêts et de la pêche.

L’institution compte également agir sur les politiques nationales et la mobilisation des investissements du secteur privé. Le groupe de la Banque mondiale travaillera notamment avec les instances de réglementation pour créer des champions de la banque « verte » et continuera de promouvoir le développement du marché « des obligations vertes ».

Crédits photo : Warrenski

Rédigé par : livingston-thomas

mer 25 Fév 2015
Depuis les années 2000, l’Allemagne a vu ses agriculteurs se transformer en producteurs de méthane, grâce à un généreux système de subvention de l’électricité produite. Une pratique qui a conduit à des dérives mais qui a aussi permis à ce…
sam 10 Juin 2017
Si les nouvelles directives européennes et gouvernementales réglementant l'exploitation des rivières dans le sens d'une protection croissante de la biodiversité, contraignent logiquement le développement de la filière hydroélectrique, les canalisations artificielles offrent quant à elles un potentiel certain pour l’installation…
jeu 29 Sep 2016
Le Royaume du Maroc, situé sur la côte nord-ouest de l'Afrique du Nord, vient de se lancer dans un ambitieux projet de rénovation énergétique de ses lieux de culte. Baptisé "mosquée vertes", ce programme témoigne une fois de plus de…
jeu 31 Mar 2016
Les cellules à la base des panneaux solaires traditionnels sont généralement composées de plastique ou de verre et de silicium, un matériau qui présente encore aujourd'hui des coûts d'extraction énergétiques et financiers très importants. De nouvelles alternatives sont donc nécessaires afin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *