Une web série contre les idées reçues sur le nucléaire - L'EnerGeek Une web série contre les idées reçues sur le nucléaire - L'EnerGeek

Une web série contre les idées reçues sur le nucléaire

nucléaire_websérieUne web série intitulée les « Aventures de Lise et Eliott » vise à déconstruire les mythes qui entourent parfois l’activité des centrales nucléaires. Réalisée par Ignition Factory en partenariat avec l’Institut de la Qualité de l’Expression, elle se compose de quatre épisodes disponibles sur Youtube depuis le 7 mars 2016.

Synopsis épisode 1 : Lise vient de s’installer près d’une centrale nucléaire, après s’être renseignée sur Internet elle en discute avec son ami Eliott. Grâce à cette vidéo, on revient sur plusieurs stéréotypes sur le nucléaire, comme les liens entre le cancer et la radioactivité ou les risques pour l’environnement.

Synopsis épisode 2 : Dans ce deuxième épisode, Lise assiste à une conversation sur le nucléaire en allant faire ses courses en ville. Cet échange contradictoire invite notamment à la prudence contre le catastrophisme dans les médias de masse.

Synopsis épisode 3 : Intitulé « un dîner presque parfait », ce chapitre permet à Lise d’avoir une conversation avec un ancien salarié d’une centrale nucléaire. Ce dernier rappelle que « si on est exposé à un très faible rayonnement ionisant, et c’est le cas autour d’une centrale, le risque de cancer n’est pas plus élevé qu’ailleurs ».

Synopsis épisode 4 : Avec le dernier volet de cette web-série, Lise fait sa rentrée en tant que proviseure adjointe de Collège. Lors de son premier jour, elle a pu discuter du sujet avec une professeure de sciences, elle découvre alors que la radioactivité est avant tout un phénomène naturel.

Pour plus d’information sur la radioactivité, les auteurs invitent à consulter le site suivant :

www.egora.fr/rayonnement-santé

Rédigé par : jacques-mirat

jeu 27 Nov 2014
L'agence de notation américaine Moody s'est intéressée, dans une de ses dernières études, aux perspectives de l'énergie nucléaire dans sept pays (Chine, Corée du Sud, Japon, États-Unis, Royaume-Uni, France et Allemagne). Les conclusions de ce rapport sont sans appels :…
ven 16 Oct 2015
Le ministère de l’Économie allemand vient de rendre un rapport qui rassure les investisseurs du nucléaire. Réalisé en partenariat avec le cabinet d’audit Warth & Klein Grant Thomton, l’audit du coût du démantèlement des centrales et de la gestion des…
ven 13 Nov 2015
Plusieurs laboratoires de recherche se sont associés dans le cadre du programme Genesis, afin d’étudier le vieillissement des centrales nucléaires. Au total, 27,3 millions d’euros vont servir à « développer l'analyse expérimentale à l'échelle nanométrique des matériaux irradiés ». (suite…)
lun 14 Avr 2014
Bernard Bigot, actuel administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives et qui envisage de postuler à un troisième mandat dès janvier 2015, affirme que la construction de 35 réacteurs nucléaires est aujourd’hui inévitable si l’on veut …

COMMENTAIRES

  • Le nucléaire en perte de vitesse dans le monde continue de financer des publicités partiales pour faire croire qu’il ne présente aucun risque.

    Petite information déjà citée sur ce site ou un autre au sujet de la production mondiale d’électricité au cours des dix dernières années (2004-2014)

    Nucléaire en baisse de 2760 à 2535 TWh (moins 225 TWh)

    Hydraulique en hausse de 2805 à 3885 TWh (plus 1080 TWh)

    Autres énergies renouvelables en hausse de 335 à 1400 TWh (plus 1065 TWh)

    Heureusement que les énergies renouvelables font plus que remplacer le nucléaire au niveau mondial.

    Même la Chine produit davantage d’électricité éolienne que nucléaire depuis déjà deux ans.

    Répondre
    • Cette web série est peut-être partiale, mais ne dit-elle pas la vérité pour autant ?

      Et comment qualifiriez-vous la converture qu’apportent des médias comme Le Monde ou Arte sur le nucléaire, autrement que par « ultra partiale » ?

      Quant aux chiffres de production de chaque filière, tout ce qu’ils prouvent c’est que les subventions sont efficaces pour inciter à la construction d’installations, à l’heure où les choix de mix énergétique sont plus souvent politiques que rationnels.

      Ces chiffres ne remettent pas en cause la pertinence du choix français des années 70 pour le nucléaire, en large partie grâce auquel nos émissions de CO2 par habitant ont diminué de 30% de 1980 à 1990, et ce pour environ 120 milliards d’euros d’investissement.

      On peut comparer cela avec l’Allemagne où après 300 milliards d’euros d’investissement dans le PV et l’éolien, les émissions de CO2 par habitant n’ont baissé que de 7% de 2000 à 2013. Les allemands n’ont d’ailleurs toujours pas rejoint notre niveau d’émissions par habitant de 1980 !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *