Les émissions de CO2 du secteur de l'énergie stagnent en 2015 - L'EnerGeek Les émissions de CO2 du secteur de l'énergie stagnent en 2015 - L'EnerGeek

Les émissions de CO2 du secteur de l’énergie stagnent en 2015

emissions_polluantes_photo_aguscrSelon un rapport publié mercredi 16 mars par l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), les émissions mondiales de dioxyde de carbone issues du secteur de l’énergie n’ont pas augmenté en 2015. Pour la seconde année consécutive, les émissions de gaz à effet de serre sont donc découplées de la croissance économique mondiale. Une nouvelle « surprenante » qui constitue un véritable signal positif pour la lutte contre le changement climatique, quelques mois après l’accord historique passé à Paris lors de la COP21.

Pour la 2ème année consécutive, écologie rime avec économie

Selon les chiffres publiés par l’AIE, les émissions de CO2 du secteur de l’énergie ont atteint 32,1 milliards de tonnes en 2015 : un volume qui reste pratiquement inchangé par rapport à 2013 et à 2014. Parallèlement, le Fonds Monétaire International a annoncé un PIB mondial en augmentation de 3,1 % en 2015 et de 3,4 % en 2014.

C’est la première fois depuis 40 ans que les émissions polluantes du secteur de l’énergie stagnent deux années de suite lors d’une période de croissance économique. Pour l’AIE, il s’agit d’une « bonne surprise » qui confirme que les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique sont désormais découplées de la croissance économique.

L’AIE estime que ce phénomène est à mettre en grande partie sur le compte de l’électricité d’origine renouvelable. Cette dernière a en effet représenté près de 90 % des nouveaux volumes d’énergie électrique consommés au niveau mondial, prouvant une fois de plus que les énergies propres sont une vraie solution de substitution aux ressources fossiles polluantes (charbon, pétrole, gaz).

États-Unis et Chine réduisent leur consommation de charbon

L’étude de l’AIE met en lumière la forte baisse des émissions de CO2 des deux grands pollueurs que sont les États-Unis et la Chine, en raison d’une baisse drastique de leur consommation de charbon. Pour le premier, cette performance est à mettre sur le compte du boom du gaz de schiste – moins pollueur que le charbon, mais sur le court terme uniquement – alors qu’elle signe la réussite d’une politique environnementale plus stricte pour le second (restructuration de l’économie vers les industries moins énergivores et décarbonisation de la production d’électricité).

« La baisse observée dans ces deux principaux pays a été compensée par l’augmentation des émissions dans la plupart des autres économies asiatiques en développement et au Moyen-Orient. Une augmentation modérée a aussi été observée en Europe », précise cependant les auteurs du rapport.

L’AIE publiera ses données définitives d’ici juin. Il est cependant important de préciser que ces bons résultats sont encore loin de permettre de réduire suffisamment les émissions polluantes pour limiter le réchauffement climatique à 2 degrés par rapport à l’ère préindustrielle. Dans de précédents rapports, l’AIE insistait notamment sur la nécessité de favoriser l’efficacité énergétique des secteurs de l’industrie, des transports et du bâtiment.

Crédit photo : aguscr

Rédigé par : guy-belcourt

mer 12 Oct 2016
Si des tensions géopolitiques persistent entre Moscou et ses partenaires occidentaux, autour du dossier syrien notamment, Gazprom serait malgré tout sur le point de trouver un accord avec l’Union européenne sur le projet Nord Stream 2.  (suite…)
mar 11 Juil 2017
Alors que le médiateur de l’énergie rappelait encore il y a quelques semaines l’importance des tarifs réglementés sur le marché de l’énergie pour protéger les consommateurs d’une hausse des prix, le Conseil d’Etat serait lui plus enclin à les voir…
ven 9 Déc 2016
Encore relativement chers, les biocarburants ne permettent pas de proposer une alternative durable aux combustibles fossiles, bien moins onéreux. Un défi économique que les groupes Suez et Total pourraient bien relever en valorisant les huiles alimentaires usagées. Les deux groupes français ont annoncé mardi 6…
lun 15 Fév 2016
Pour faire face à un résultat en baisse de 18%, Total a décidé de réduire ses investissements à 19 milliards d’euros. Toutefois, malgré ces chiffres, l’énergéticien français résiste mieux que ses concurrents à la chute des prix du baril de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *