Biogaz : croissance stable pour une filière énergétique d'avenir - L'EnerGeek

Biogaz : croissance stable pour une filière énergétique d’avenir

biogaz_photo_Jan_NijmanLe ministère de l’Ecologie a publié le lundi 29 février dernier un nouveau tableau de bord dédié aux installations de production d’électricité à partir de biogaz sur le territoire français au quatrième trimestre de l’année 2015. Cette nouvelle publication du Commissariat général au développement durable (CGDD) présente ainsi un état des lieux d’une filière énergétique en pleine croissance, regroupant désormais près de 421 unités de production sur le territoire français et 365 MW de puissance installée.

40 MW supplémentaires en 2015

Concernant la production d’électricité, la puissance électrique biogaz raccordée au réseau était à la fin de l’année 2013 de 274 MW répartis sur 246 sites de production, soit 18 % de mieux que pour l’année 2012. Cette tendance à la hausse s’est confirmée au cours des années 2014 et 2015 durant lesquelles la croissance des raccordements dans la filière est restée stable.

En effet, à la fin de l’année 2015, 421 installations produisaient de l’électricité à partir de biogaz, correspondant à une puissance totale installée de 365 MW. Sur l’ensemble de l’année 2015, 40 MW ont été raccordés, soit un niveau comparable à celui observé chaque année de 2011 à 2014. L’année 2015 se distingue toutefois par un rythme de raccordements bien plus soutenu au premier semestre qu’au second.

Cela étant, si les puissances installées en 2014 et 2015 sont identiques (40 MW), le nombre d’installations a baissé de 18 % en 2015, avec 62 unités contre 76 l’année précédente. La méthanisation représente 60% du nombre d’installations, pour 25 % de la puissance installé en 2015, la principale source restant la valorisation du biogaz issu d’installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND).

Une croissance stable mais insuffisante

« Depuis 2009, [la puissance installée] s’accroît régulièrement de 4,8 % en moyenne chaque trimestre », explique le document, précisant qu' »excepté en 2010, son niveau dépasse chaque année la trajectoire fixée par le programme national d’action (PNA) en faveur des énergies renouvelables ». Ajouté à cela, les services du ministère dénombraient au 31 décembre 2015 près de 150 projets en cours de réalisation et la promesse d’une puissance globale supplémentaire équivalente à 116 MW.

Pour autant, cette progression semble trop lente pour atteindre l’objectif de 4230 GWh de production fixé pour 2020. Un objectif largement réalisable compte tenu du potentiel important de gisements de biodéchets disponible mais qui nécessite une politique plus incitative de la part du gouvernement. Les récentes annonces de réévaluation tarifaire, et celles à venir dans les prochaines semaines, sont donc porteuses d’espoir pour la filière.

Rappelons enfin que si la contribution au bilan énergétique national de la filière biogaz est encore faible (seulement 2 % des énergies renouvelables consommées), elle pourrait néanmoins représenter, selon les dernières estimations, plus de 10 % de l’exploitation française de gaz en 2020.

Crédits photo : Jan Nijman

Rédigé par : livingston-thomas

mar 15 Nov 2016
Alors que la menace pèse sur l'accord climatique de Paris suite à l'élection du nouveau président américain Donald Trump, plusieurs dignitaires religieux ont apporté leur soutien au mouvement de transition énergétique. Ils appellent notamment dans un déclaration publiée jeudi 10…
ven 17 Avr 2015
EDF Energies Nouvelles (EDF EN) poursuit son développement sur le marché sud-américain de l'énergie en annonçant la création d'une filiale locale au Chili, son 20ème pays d'implantation. La filiale renouvelable du groupe tricolore a en effet conclu un contrat de…
Le pétrole est la seule énergie qui, en 2015, a vu sa consommation augmenter dans les pays du G20, dans un contexte de ralentissement de la croissance et d'augmentation des préoccupations de sobriété énergétique. C'est du moins ce qu'affirme Enerdata,…
mer 31 Août 2016
A l’approche du 11ème sommet du G20,  le président Macky Sall a réaffirmé la nécessité pour le Sénégal et l’Afrique d’intégrer et de participer plus concrètement à l’économie mondiale. Pour ce faire, il souhaite en priorité s’occuper des infrastructures énergétiques…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *