Le Maroc lance la production de sa centrale solaire Noor 1 - L'EnerGeek

Le Maroc lance la production de sa centrale solaire Noor 1

mirroirs_solaires_photo_David ShankbonLe royaume chérifien se verrait-il en leader mondial de l’énergie solaire ? Pays hôte de la prochaine conférence climatique internationale, la COP22, qui se déroulera à Marrakech en novembre prochain, le Maroc vient en effet d’inaugurer l’une des plus grandes centrales photovoltaïques au monde. Un évènement qui marque surtout la première étape d’un titanesque projet thermo-solaire qui devrait accroitre considérablement la production renouvelable du continent africain.

Noor 1 inaugurée par le roi du Maroc

C’est accompagné de la ministre marocaine de l’Environnement, Hakima El Haité, et de son homologue française, Ségolène Royal, que le roi Mohammed VI a donné le coup d’envoi de la production de la centrale solaire thermodynamique Noor 1. Une cérémonie d’inauguration qui s’est déroulée le jeudi 4 février, à une vingtaine de kilomètres de la ville de Ouarzazate, aux portes du Sahara, dans une région forte de quelque 3.000 heures d’ensoleillement chaque année.

Noor 1 est présentée par ses concepteurs comme l’une des plus importantes centrales photovoltaïques au monde. D’une superficie de 450 hectares, elle est équipée de plus de 500.000 collecteurs solaires : des miroirs cylindro-paraboliques incurvés de 12 mètres de haut qui lui confèrent une puissance de 160 MW. Grâce à des capteurs, ces miroirs suivent la trajectoire du soleil tout au long de la journée afin de capter le plus efficacement possible ses rayons.

Noor 1 utilise également la technologie des sels fondus, qui lui permettent de stocker de la chaleur jusqu’à 3 heures après le coucher du soleil. Cette énergie thermique est ensuite mise au contact de volumes d’eau afin de produire de la vapeur et ainsi actionner une turbine en charge de produire de l’électricité.

Un projet renouvelable titanesque

La construction de Noor 1, qui a débuté en mai 2013, a nécessité un investissement total de plus de 600 millions d’euros. Cet investissement, dont une partie provient de la Banque africaine de développement et de la Banque européenne d’investissement, est géré par l’Agence marocaine de l’énergie solaire. L’exploitation du parc sera assurée par Acwa Power, un consortium majoritairement saoudien, et des partenaires espagnols.

Noor 1 est la première étape d’un projet solaire d’envergure qui ambitionne de réduire la dépendance du Maroc aux énergies fossiles importées (gaz et pétrole) tout en renforçant la part du renouvelable photovoltaïque dans le mix énergétique de l’empire chérifien et de l’Afrique. D’ici 2030, les énergies renouvelables pourraient couvrir la moitié des besoins marocains en électricité.

Le projet Noor comportera à terme quatre centrales solaires géantes, d’une puissance cumulée totale de 560 MW. Ces installations devraient produire annuellement près de 2.000 MW. Quatre autres centrales solaires s’ajouteront au projet Noor. Elles seront déployées à Ain Bni Mathar, à Foum Al Oued, à Boujdour et à Sebkhat Tah. L’énergie solaire a, à n’en pas douter, de beaux jours devant elle au Maroc.

Crédit photo : David Shankbon

Rédigé par : guy-belcourt

lun 2 Juin 2014
Utiliser de l'énergie renouvelable pour améliorer le bilan carbone et réduire le coût des processus d'extraction du pétrole. C'est la finalité que souhaite atteindre la compagnie norvégienne DNV GL qui propose d'utiliser les technologies de l'éolien offshore afin de fournir…
ven 1 Avr 2016
De l’autre côté de l’Atlantique aussi, l’énergie éolienne a le vent dans le dos. L’entreprise EDF Energy Renewables continue d’ailleurs de s’y implanter en défendant le savoir-faire industriel made in France. (suite…)
lun 5 Fév 2018
Si l’on savait Donald Trump largement favorable à l’exploitation des énergies fossiles, même les plus polluantes, on ignorait encore jusqu’à quel point ce revirement dans la politique énergétique des Etats-Unis affecterait les filières renouvelables. On sait désormais qu’elles ne sont…
lun 20 Nov 2017
En cette fin de COP23, la trajectoire pour limiter le réchauffement climatique sous la barre des 2°C semble de plus en plus difficile à atteindre. Volontariste, la France s’évertue pourtant à mettre en œuvre sa transition écologique, au moment où…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *