Bilan électrique 2015 : les principaux enseignements - L'EnerGeek Bilan électrique 2015 : les principaux enseignements - L'EnerGeek

Bilan électrique 2015 : les principaux enseignements

bilan2015D’après le bilan électrique 2015, réalisé par Réseau transport électricité (RTE), la consommation électrique des Français a augmenté de 0,5 % l’an dernier, pour s’établir à 476,3 TWh. Globalement, les énergies bas carbone progressent – le renouvelable surtout ; le nucléaire se maintient – tandis que les énergies fossiles diminuent.

Dans un contexte économique plus favorable, selon les chiffres de l’INSEE – une croissance économique d’1,1 % l’an dernier -, la consommation d’électricité corrigée de l’effet météorologique a augmenté de 0,5%, pour atteindre 476,3 TWh, en 2015. Une hausse qui s’explique également, selon Olivier Grabette, directeur général adjoint de RTE, par le caractère hautement « thermosensible » de la France : une baisse d’un degré de la température en hiver entraine souvent une consommation additionnelle de 2.400 MW, estime-t-il.

Du côté de la production, le bilan électrique 2015 souligne que la puissance installée a également augmenté de 0,5% sur cette période – 584 MW. En effet, « le parc charbon diminue de 1 500 MW, tandis que le parc renouvelable, solaire et éolien essentiellement, s’accroît de 2 000 MW » d’après le rapport. Désormais, la répartition de la production d’électricité est la suivante : 76% pour le nucléaire, 11% pour l’hydraulique, 6% pour le thermique, 4% pour l’éolien et 3% pour les autres ENR.

Concernant ces énergies vertes, Olivier Grabette indique que « sur une journée [le 9 mai 2015, ndlr], les renouvelables ont pu produire 34% de la consommation électrique française ». Un niveau record qui devrait être battu, si ce n’est cette année, du moins au cours des prochains exercices, vu la croissance des infrastructures renouvelables en France. Le directeur général adjoint de RTE de rappeler toutefois que « l’année a été marquée par de très bonnes conditions de vent et d’ensoleillement », sous-entendant que la productivité des énergies renouvelables était avant tout fonction du climat.

Pour pallier leur intermittence, la France peut compter sur une autre énergie bas carbone, selon le rapport de RTE. Le nucléaire tient en effet son rang de première source de production dans l’Hexagone, ce qui permet des prix de l’électricité toujours plus bas que la moyenne européenne, et une balance commerciale en la matière excédentaire.

Rédigé par : jacques-mirat

lun 15 Fév 2016
Pour faire face à un résultat en baisse de 18%, Total a décidé de réduire ses investissements à 19 milliards d’euros. Toutefois, malgré ces chiffres, l’énergéticien français résiste mieux que ses concurrents à la chute des prix du baril de…
ven 19 Déc 2014
GDF Suez a annoncé mardi 16 décembre avoir remporté, via sa filiale E-CL, un appel d'offre portant sur la fourniture d'énergie au Chili. Selon les termes de ce contrat, d'une valeur de 1,7 milliard de dollars, le groupe français est…
ven 14 Fév 2014
Le groupe industriel français Alstom a signé mercredi 12 février à Washington, en présence d'Arnaud Montebourg, son premier contrat à l’export pour ses éoliennes géantes en mer . Elles seront fabriquées en France et équiperont le parc offshore de Block…
mer 8 Fév 2017
Depuis le 5 novembre 2015, la région de Basse-Autriche est capable de couvrir la totalité de sa consommation électrique grâce aux énergies renouvelables. Un petit miracle vert qui sert de modèle à tous les Etats européens engagés dans la transition…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *