L'énergie bas carbone, une aubaine pour les fournisseurs d'électricité ? - L'EnerGeek L'énergie bas carbone, une aubaine pour les fournisseurs d'électricité ? - L'EnerGeek

L’énergie bas carbone, une aubaine pour les fournisseurs d’électricité ?

énergie_bas_carbone_photo_kuebiSi la transition énergétique peut parfois s’avérer lourde à porter, pour les fournisseurs d’énergie, au regard des forts investissements de base qu’elle implique, elle serait également le terreau d’opportunités économiques considérables. Une étude publiée le mardi 5 janvier dernier par les cabinets Accenture et CDP estime en effet que le basculement dans un système d’énergie bas carbone pourrait créer jusqu’à 380 milliards d’euros par an de valeur nouvelle d’ici à 2030 pour les opérateurs.

Accompagner la transition vers un monde bas carbone

Dans un rapport commun intitulé « Low-Carbon, High Stakes » et relayé par le site Actu Environnement, les cabinets d’études Accenture et CDP identifient les voies de développement et les modèles économiques prometteurs accompagnant les mutations énergétiques à venir. La lutte contre le changement climatique impose en effet aux acteurs du secteur énergétique – responsables de 25% des émissions de CO2 à l’échelle mondiale – de réduire leur dépendance aux combustibles fossiles et d’investir massivement dans le développement des énergies vertes et décarbonées.

Comme l’explique Peter Lacy, directeur d’Accenture Strategy au niveau mondial, « la réponse mondiale aux émissions de gaz à effet de serre et à la pénurie d’eau va mettre en danger les modèles actuels de production et de fourniture d’électricité, et menacer les profits des fournisseurs. Pour soutenir la croissance, améliorer la compétitivité et générer de la valeur de façon durable, cette industrie doit être prête à se transformer et à profiter des opportunités qui émergent des systèmes d’énergie à faibles émissions de carbone ».

Les auteurs du rapport ont calculé que, sans évolution de leur part, les pertes pour les fournisseurs d’énergie pourraient atteindre jusqu’à 930 milliards d’euros par an à l’horizon 2030 en raison de la forte demande en électricité et de l’introduction de la tarification du carbone. A l’inverse, une évolution raisonnée et adaptée aux exigences climatiques et aux caractéristiques des énergies bas carbone, pourrait leur permettre de générer annuellement, entre 245 et 380 milliards d’euros de valeur nouvelle sur la même période.

Une évolution nécessaire des modèles économiques

Le rapport détaille pour cela six pistes de développement possibles, toutes sources d’opportunités économiques et qui permettraient aux opérateurs de réduire leurs coûts et d’augmenter leurs revenus de manière significative.

La première niche consiste à accentuer les efforts en matière d’efficacité énergétique dans la production d’électricité dans le but de réduire à la fois les coûts opérationnels et les coûts d’émissions de CO2. Ces économies potentielles sont évaluées aujourd’hui à près de 55 milliards d’euros par an.

Ajouté à cette première mesure somme toute assez logique, Accenture et CDP estiment surtout que les producteurs, fournisseurs, transporteurs et distributeurs d’électricité doivent désormais se renouveler et profiter de l’essor des énergies renouvelables.

Ils identifient notamment cinq modèles économiques valables offrant aux opérateurs de réelles perspectives de développement dans les services de gestion de l’énergie offerts aux consommateurs (opérateurs d’énergie « as-a-service »), dans l’exploitation à grande échelle des actifs de production bas carbone, dans la mise en place de partenariats avec les collectivités et les particuliers (fournisseurs d’accès à une énergie propre locale), dans l’optimisation des réseaux et la généralisation des smart grids, et enfin, dans le développement des technologies de captation du carbone.

Pour parvenir aux 380 milliards d’euros par an potentiels, les opérateurs d’énergie devront également « découpler les revenus de la production d’électricité de ceux des volumes des ventes, engager des opérations pour réduire les émissions de CO2, céder les actifs et les activités non stratégiques, et engager davantage de partenariats inter-industries », précise le document.

Crédits photo : Kuebi

Rédigé par : livingston-thomas

jeu 8 Sep 2016
Des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et du Centre suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM) ont révélé, fin août, avoir mis au point un procédé de stockage de l'énergie solaire sous forme d'hydrogène, au moyen de cellules…
mer 18 Sep 2013
Selon le ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, la puissance du parc éolien français s’élevait à environ 7.820 MW au 30 juin 2013. Au total, 1164 installations étaient raccordées au réseau électrique nationale. L’énergie produite par la filière…
ven 14 Avr 2017
Déjà bien implanté dans le secteur de l'énergie solaire en Inde, via sa filiale Solairedirect India, le groupe français Engie continue de miser sur les énergies renouvelables, conformément à l’objectif de l’Etat indien d’accélérer sa transition énergétique. Il a annoncé,…
ven 21 Nov 2014
Le gestionnaire du réseau haute tension français, la société RTE, a publié lundi 17 novembre son aperçu mensuel sur l'énergie électrique, un dossier qui s'intéresse à la production et à la consommation d'électricité française pour le mois d'octobre 2014. Ce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *