Une nouvelle hydrolienne à ondulation inspirée des poissons - L'EnerGeek

Une nouvelle hydrolienne à ondulation inspirée des poissons

hydrolienne_membrane_ondulante_photo_EELENERGYSi l’énergie hydrolienne permet d’envisager à moyen terme une production d’électricité renouvelable stable et prévisible, elle nécessite toutefois pour cela des courants marins puissants et réguliers. Une condition qui limite logiquement son potentiel de développement géographique et laisse inexploitées de nombreuses zones maritimes. Une réserve énergétique considérable, donc, que la jeune société française EEL ENERGY propose aujourd’hui de mettre à profit via son hydrolienne à ondulation nouvelle génération, inspirée du mouvement des poissons.

Une hydrolienne plus adaptée à l’environnement marin

La start-up française EEL ENERGY a récemment dévoilé les dessous de son hydrolienne à membrane ondulante basée sur le bio-mimétisme et destinée à exploiter des courants marins de faible intensité.

Testé depuis plusieurs mois dans le bassin de l’IFREMER à Boulogne-sur-Mer dans la région Nord-Pas-de-Calais, ce prototype unique au monde est capable de réagir à de très petits courants inférieurs au mètre par seconde et ne crée donc que très peu de perturbations sur son environnent. Composée d’une membrane ondulante de 15 x 15 mètres, cette hydrolienne oscille sur une amplitude de 1,5 mètre, et limite son impact sur les courants marins.

Un panneau mouvant (ou membrane) reproduisant les mouvements des animaux aquatiques remplace ici les hélices et affichent des performances très prometteuses supérieures à celles enregistrées par les hydroliennes traditionnelles. La déformation de la membrane, sous l’effet du courant marin, permet de générer de l’énergie hydro-cinétique qui est ensuite transformée en électricité grâce à des générateurs innovants.

D’après les essais réalisés à l’IFREMER, un courant de 2,5 mètres par seconde suffirait pour atteindre l’optimum de production d’électricité évalué à un mégawatt.

Un potentiel de production considérable

Ces caractéristiques avantageuses permettraient de concentrer un nombre d’hydroliennes important dans des sites dotés de courants faibles, et de limiter les coûts de transport de l’électricité et de raccordement via l’exploitation de sites côtiers.

Comme l’explique Franck Sylvain, directeur financier d’EEL ENERGY, « l’hydrolienne à membrane ondulante offre ainsi 1000 fois plus d’emplacements potentiels qu’avec les turbines, sur des courants allant de 1 à 3 mètres/seconde ». Des parcs hydroliens de 1000 unités pourraient par exemple générer suffisamment d’énergie pour alimenter près de 3 millions de foyers, et cela sans pollution visuelle ni sonore et sans endommager la faune.

« 71% de la surface de notre planète est recouverte d’eau, perpétuellement en mouvement. Si demain nous arrivons à capter la puissance produite par ces mouvements d’eau, nous n’aurons plus besoin d’autre source d’énergie sur terre », ajoute-t-il.

Pour rappel, les hydroliennes à hélice classiques turbinent sur 15 à 18 mètres de diamètre, modifiant les courants, et nécessitent 2,5 mètres de courant par seconde minimum pour s’actionner.

Des essais grandeur nature dès 2016

Le succès des premières phases d’expérimentation en bassin réalisées à l’échelle 1/20ème et 1/6ème promet donc un bel avenir à cette nouvelle technologie. Elle devrait d’ailleurs être testée en conditions réelles d’exploitation au large de Boulogne-sur-Mer dès 2016 et le long des côtes écossaises en 2017 sur une surface de 225 m2 et pour une capacité de production d’un MW.

Ce projet soutenu l’Ifremer, Bpifrance et Hutchinson pourrait passer à sa phase d’industrialisation à l’horizon 2018.

Crédits photo : EEL ENERGY

Rédigé par : livingston-thomas

jeu 19 Mai 2016
Le président de la région de la Réunion, Didier Robert, souhaite développer l’énergie solaire sur son territoire. Avec un fort taux d’ensoleillement et un système électrique isolé, l’île opte logiquement pour les énergies renouvelables afin d’assurer son indépendance énergétique. (suite…)
lun 21 Nov 2016
Vendredi 18 novembre s’est achevée à Marrakech la 22ème conférence de l’ONU sur le climat. Après l’accord de Paris, la COP22 a permis aux pays participants de revenir sur la stratégie à adopter afin de réduire les émissions de gaz à…
mar 6 Juin 2017
Plusieurs conférences internationales ont été organisées autour de la baisse des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et du développement des technologies environnementales. Afin de montrer l’exemple, elles se sont progressivement engagées à réduire au maximum…
mer 22 Oct 2014
Le chantier naval de STX France implanté à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) a accueilli lundi 20 octobre la première pierre du projet Anemos. Dédiée aux énergies marines renouvelables, cette future usine d'assemblage vise à étendre et renforcer les activités du constructeur naval…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *